L’Amérique doit-elle rendre Hors-la-loi les sans-abri et les jeter tout simplement en prison pour ne plus avoir à s’en occuper ?

Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est exactement ce qui commence à se produire dans des dizaines de grandes villes à travers les Etats-Unis. C’est sans doute difficile à croire, mais aujourd’hui, dans de nombreuses grandes zones urbaines à travers l’Amérique, si vous êtes reconnu coupable de «camping sauvage», vous pouvez être emmené directement en prison. Dans certaines villes, si vous bloquez un trottoir ou si vous vous fabriquez une sorte de structure vous servant d’abri, cela peut également être considéré comme des crimes graves. Et il y a même certaines localités qui ont rendu illégal le fait de donner de la nourriture aux sans-abri si vous n’avez pas obtenu un permis de la municipalité en question. Malheureusement, étant donné que l’économie américaine continue de ralentir, le nombre de sans-abri continuera d’augmenter, si bien que la crise va croître et donc prendre de l’ampleur.

Bien entendu, ces nombreuses lois sont adoptées pour que les sans-abri partent ailleurs et disparaissent de nos vues. Mais plus ces lois commencent à se multiplier aux Etats-Unis, et moins les sans-abri auront de lieux où ils pourront vivre sans risquer de finir en prison.

Une ville qui est fortement critiquée pour avoir adopté des lois extrêmement draconiennes est Houston. Dans cette ville, il est devenu illégal pour les sans-abris d’utiliser n’importe quel type de matériel leur permettant de se protéger du vent, de la pluie et du froid

Sylvester Turner, le maire de Houston, a adopté une mesure similaire – son ordonnance anti-campement rend illégal l’utilisation de «tissu, métal, carton ou d’autres matériels comme une tente ou une structure permettant un campement temporaire. Ainsi, les sans-abri de Houston doivent non seulement faire face aux éléments, mais aussi à la menace permanente des forces de police. Pour appliquer ces mesures répressives, voici la principale justification des forces de police: La « neighborhood safety ».


Alors que l’Amérique est confrontée à un tas de problèmes, il est étonnant de constater que certains politiciens américains consacrent autant de temps à élaborer des lois aussi tordues.

Selon un article récent, les sans-abri à Houston ont dorénavant officiellement l’interdiction de faire toutes les choses suivantes…

1. Ils n’ont pas le droit de bloquer un trottoir, de rester sur un terre-plein ou de bloquer l’entrée d’un bâtiment. (En clair, ils ne peuvent plus faire la manche).

2. Ils ne peuvent plus non plus bloquer une allée permettant de circuler, conformément à la loi de l’État qui existait déjà.

3. Ils ne peuvent pas dormir sous une tente, dans des cartons ou tout autre structure improvisée sur le domaine public.

4. Ils ne peuvent pas détenir de dispositifs de chauffage.

5. Ils ne peuvent pas transporter de biens occupant plus d’1m3 d’espace.

6. Les gens n’ont pas le droit de donner à manger à plus de cinq sans-abri sans détenir un permis.

Si j’étais SDF à Houston, je voudrais certainement quitter cette ville.

Mais où vont-ils ?

Eh bien la situation est quasiment aussi mauvaises à Dallas. En fait, on apprend que la police de Dallas « a dressé plus de 11 000 procès-verbaux à des individus pour avoir dormi sur le domaine public entre janvier 2012 et novembre 2015. »

Cela représente 323 procès-verbaux par mois.

Bien entendu, certaines personnes ont essayé de contester ces amendes devant les tribunaux, mais pour une grande majorité, ils ont perdu. Par exemple, vérifiez ce qui s’est passé récemment à Denver

Trois personnes qui étaient venues contester le fait d’avoir été interdit de camper sur le domaine public ont été reconnues coupables le mercredi 5 avril au palais de justice de Lindsey-Flanigan. Les accusés – Jerry Burton, Randy Russell et Terese Howard – avaient campé illégalement sur le domaine public le 28 novembre 2016 et avaient entravé les opérations de police. Les trois ont été condamnés par le tribunal à une période de probation d’un an et entre 20 et 40 heures de travail d’intérêt général.

Cette mesure d’interdiction remonte à 2012, où l’utilisation de tentes, d’abris, de sacs de couchage et autres matériaux de survie dans certains endroits de la ville ont été rendus illégaux. Ces interdictions ne visent pas explicitement les SDF mais c’est tout comme.

Dans la nuit du 29 novembre 2016, des SDF s’étaient volontairement installés avec des tentes et des sacs de couchage devant la mairie, pour protester contre le ciblage dont ils étaient victimes. La police est intervenue pour les dégager. La scène a été filmée par l’avocat Kayvan S.T. Khalatbari, qui défend les SDF. C’est sa vidéo qui circule depuis beaucoup en ligne.

Etant donné que les tribunaux font généralement respecter ces lois, cela a simplement encouragé d’autres localités à adopter des ordonnances anti-SDF. Selon un rapport, des dizaines de grandes villes ont adopté de telles lois…

Les interdictions pour « camping urbain » dans les lieux publics ont augmenté de 69% aux Etats-Unis. Ce que l’on considérait comme étant une nuisance est dorénavant interdit, entraînant des amendes voire des peines d’emprisonnement à ceux qui ne peuvent certainement plus se le permettre. Aux Etats-Unis, le « National Law Center on Homelessness & Poverty » (organisation américaine à but non-lucratif qui défend les droits des personnes sans abri et /ou économiquement faibles), a fait un suivi de ces changements depuis 2006. Ses résultats ? Enormément de lois ont été adoptés, et ironiquement, être SDF aux Etats-Unis devient coûteux.

Par exemple, au sein des 33 villes sur les 100 qui ont été étudiées, il est illégal de camper sur le domaine public. Dans 18 villes, il est illégal de dormir sur le domaine public. Faire la manche est illégal dans 27 villes.

Dans 39 villes, vivre dans un véhicule est illégal.

Je l’ai déjà dit à maintes reprises, les gens deviennent de plus en plus durs. Au lieu d’essayer de faire tout ce que nous pouvons pour venir en aide à ceux qui en ont besoin, nous préférons les déplacer pour ne plus les voir, et ceux qui tentent d’apporter de la nourriture et d’aider les sans-abri sont sévèrement sanctionnés.

Malheureusement, tout cela arrive à un moment le nombre de sans-abri connaît une forte augmentation partout aux Etats-Unis. Dans un précédent article, j’avais expliqué qu’à New York, le nombre de sans-abri avait récemment atteint un tout nouveau sommet historique, et les choses vont si mal qu’à Los Angeles, le Conseil municipal avait officiellement demandé au gouverneur Jerry Brown de déclarer l’état d’urgence.

Lorsque nous pensons aux sans-abri, nous avons souvent cette image en tête, d’hommes barbus avec des problèmes d’alcoolisme, alors qu’en réalité, beaucoup d’entre eux sont des enfants.

En fait, le nombre d’enfants sans-abri aux Etats-Unis a augmenté d’environ 60% depuis que la dernière récession a pris fin.

Si actuellement, nous traitons ainsi les gens les plus vulnérables de notre société alors que l’économie se porte soit-disant mieux, comment nous comporterons nous lorsque l’économie s’effondrera complètement ?

Source: theeconomiccollapseblogLire les précédents articles de Michael Snyder

Get Prepared Now!: Why A Great Crisis Is Coming & How You Can Survive It (Broché)


De: Michael Snyder, Barbara Fix

Neuf à partir de: EUR 12,43 En stock
D’occasion à partir de: EUR 42,80 En stock

The Rapture Verdict (Broché)


De: Michael Snyder

Neuf à partir de: EUR 15,69 En stock
D’occasion à partir de: EUR 165,20 En stock

The Beginning Of The End by Michael Snyder (2013-05-15) (Broché)


De: Michael Snyder

Neuf à partir de: EUR 76,56 En stock
D’occasion à partir de: EUR 74,58 En stock

The post Être SDF aux USA est quasi illégal ! Houston, Dallas et des dizaines d’autres villes adoptent des lois draconiennes appeared first on BusinessBourse.

Via: BusinessBourse — http://ift.tt/2tqdtUF

July 15, 2017 at 09:04AM