L’Arabie saoudite a-t-elle permis à Daech de se procurer des armes en provenance des Balkans? C’est ce que tend à démontrer une enquête très fouillée publiée ce samedi par le Journal du Dimanche (JDD). L’hebdomadaire appuie ses révélations sur la société Conflict Armament Research qui est parvenue à ficher les armes utilisées par l’EI. « En trois ans, ils ont déjà étudié et indexé 75.000 armes appartenant aux terroristes, écrit le JDD. Partout, leur constat est le même. Certes, une partie de cet arsenal date des années 1980 et de la guerre Iran-Irak. Plus surprenant, les soldats de l’organisation terroriste manient aussi du matériel performant produit entre les années 2004 et 2015 par des industriels de la défense installés dans les Balkans ».

Et selon le journal, l’importation de ces armes en provenance des Balkans serait facilitée par l’Arabie saoudite. « Sur leur site, les investigateurs de Sarajevo ont mis en ligne un reçu signé du ministère saoudien de la Défense, daté du 28 mai 2013, qui valide la réception de plusieurs tonnes de ces armes confectionnées en Serbie – on y voit notamment transiter deux millions de cartouches de type 7,62 X 54 mm R, semblables à celles utilisées par les snipers de Daech près de Tikrit » précise le JDD. Le journal indique également que les commandes passées entre l’Arabie saoudite et la Bulgarie qui plafonnaient en 2013 à 1,2 million d’euros, « ont grimpé à 85 millions d’euros en 2014, pour atteindre 92 millions en 2015. (…). Les achats portent sur des armes légères, fusils d’assaut, fusils longue portée, lance-grenades, lance-roquettes personnels ».

Un sulfureux – mais juteux – business que confirme le spécialiste James Bevan cité par le JDD. « Nous avons commencé à voir des choses étranges il y a environ deux ans, avec des armes récentes provenant de pays d’Europe centrale et commandées par des agences saoudiennes. » Le spécialiste exclut, dans plusieurs cas, des transferts accidentels ou des prises de guerre au coup par coup. « Les délais sont trop courts et les quantités trop spécifiques entre le moment où ces stocks quittent des entrepôts d’Europe centrale et celui où ils sont identifiés sur le terrain entre les mains de Daech » affirme-t-il.

Via: Challenges en temps réel : accueil — http://ift.tt/2td2O4o

July 15, 2017 at 01:40PM

Publicités