Les ressorts intimes du « Penelopegate »


La journaliste Sylvie Bommel dévoile le rôle de Penelope Fillon dans l’affaire qui a ébranlé la campagne présidentielle.

Née en 1955, soit la même année que l’épouse de François Fillon, la journaliste Sylvie Bommel s’est passionnée pour le « Penelopegate », dont les ressorts intimes lui échappaient. Comment cette femme si discrète avait-elle pu être à l’origine d’une affaire qui a non seulement bouleversé la campagne présidentielle, mais aussi mis un terme à la carrière politique de son mari ? Après enquête, Sylvie Bommel livre une réponse en demi-teinte : Penelope savait et laissait faire.

Lire aussi :Penelope Fillon, de l’ombre à la lumière

Elle connaissait le versement de ces sommes qui ont fait d’elle, pendant presque vingt ans, l’attachée parlementaire du député François Fillon puis de son suppléant Marc Joulaud. Mais, tout entière dévouée à ses cinq enfants (le dernier, Arnaud, est né alors qu’elle avait dépassé la quarantaine] et à son mari, elle a choisi de ne pas s’y intéresser. L’argent du ménage, c’est François Fillon qui le gérait. Elle, de nature peu dépensière, n’était heureuse qu’à la campagne, au milieu des siens. Le reste était l’affaire de son mari, dont elle n’a jamais contesté les choix. Le livre est d’ailleurs sous-titré « Ce que François veut ». Penelope ou la « complice passive », selon Sylvie Bommel.

« Penelope »  de Sylvie Bommel,  éd. JC Lattès.

 

Via: Le fil info Actu de Paris-Match — http://ift.tt/2tqi4WB

July 15, 2017 at 11:15AM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :