« Confiance, confiance encore, confiance toujours! ». Dans son article intitulé « Pensées du Terrain. Lettres à un jeune engagé”, le général Pierre de Villiers prodigue ses conseils à un jeune venant de s’engager dans l’armée. Le chef d’Etat major des armées a pris l’habitude de publier régulièrement ce genre de lettres sous une forme épistolaire destinés aux jeunes recrues de l’armée. Ecrit sous forme épistolaire, le chef d’état-major des armées livre ses recommandations, fort de toute une carrière dans l’armée française. Ce message Facebook qui vient ponctuer une semaine de dissensions.

Evoquant d’abord la figure du général Charles Delestraint, héros de la Résistance, premier chef de l’armée secrète, De Villiers enjoint dans son message à « refuser toute mentalité de chien battu ou d’esclave. » Il poursuit ensuite, exhortant son lecteur à ne pas endosser de responsabilités seul : « Choisissons donc d’agir comme si tout dépendait de nous, mais sachons reconnaître que tel n’est pas le cas. » Difficile de ne pas y percevoir une critique voilée à l’encontre d’Emmanuel Macron, qui, lors de son recadrage jeudi soir, avait rappelé son statut de chef des armées.

« Personne ne mérite d’être aveuglément suivi »

De Villiers semble justement se faire l’écho du « Je suis votre chef », prononcé jeudi soir par le président de la République. Il insiste sur la nécessité de « la vraie confiance en soi » qui « réconcilie en soi et en l’autre. » Une confiance qu’il estime capitale au bon fonctionnement des armées, réclamant une action conjointe entre chef et subordonnés : « La confiance dans le subordonné, est, particulièrement, féconde (…) Comme chef d’état-major des armées, je mesure chaque jour davantage à quel point je suis dépendant de l’action de chacune et de chacun d’entre vous. Seul, je ne peux rien. Ensemble, rien n’est impossible! » Le Général De Villiers conclut enfin sa lettre par une recommandation : « Méfiez-vous de la confiance aveugle. Parce que tout le monde a ses insuffisances, personne ne mérite d’être aveuglément suivi (…) Elle doit être nourrie jour après jour, pour faire naître l’obéissance active, là où l’adhésion l’emporte sur la contraire. »

Jeudi soir, au ministère de la Défense, le chef de l’Etat avait sèchement recadré sans le citer le général De Villiers, jugeant qu’il n’était pas bon de mettre une polémique budgétaire « sur la place publique » et le rappelant à son « devoir de réserve ». La veille, Pierre de Villiers avait critiqué à huis-clos devant la Commission du budget de l’Assemblée nationale les 850 millions d’euros d’économies imposées au ministère des Armées en 2017. 

Après la contestation du Général de Villiers, le rappel à l’ordre ferme d’Emmanuel Macron a jeté un doute sur son maintien en poste, alors même qu’il venait d’être reconduit pour un an à partir du 1er juillet à la demande d’Emmanuel Macron, et qu’il a passé en revue les troupes avec le président de la République pendant le défilé du 14 juillet. Le premier ministre Edouard Philippe a assuré qu’il pouvait “bien entendu” demeurer chef d’état-major des armées. Le général sera reçu vendredi prochain à l’Elysée. 

Alexandra Saviana

Via: Le Journal du dimanche – Toute l’Actu — http://ift.tt/2ulCsgm

July 15, 2017 at 07:19PM