Vous connaissez la police d’écriture « Calibri ». Ces caractères élégants que l’on recommande aux étudiants qui doivent livrer un rapport ou fournir un CV pour leur job d’été. Eh bien, cette police de caractère créée par Microsoft est au coeur d’une affaire politico-financière au Pakistan. Explications.

Le Premier ministre du Pakistan Nawaz Sharif et sa fille Maryam sont empêtrés dans une affaire politico-financière depuis que leurs noms sont apparus dans les fameux Panama Papers. Pour tenter de se défendre, l’homme d’état a produit des documents datés de février 2006, censé le disculper. Problème : ils sont saisis avec la police de caractère Calibri mise sur le marché par Microsoft depuis 2007.

C’est ainsi que les enquêteurs sont parvenus à prouver, le plus simplement du monde, que les documents étaient faux. Depuis la révélation de cette entourloupe, les internautes pakistanais se régalent en postant des jeux de mots et des traits d’esprit autour de ce que tout le monde appelle désormais le #Fontgate (le scandale de la police de caractère, en anglais).

 Maryam Nawaz, fille du Premier ministre, est également mouillée dans le scandale.

Maryam Nawaz, fille du Premier ministre, est également mouillée dans le scandale. | AFP

« Aujourd’hui, il y a eu plus de recherches sur le hashtag #calibri que sur le porno au Pakistan », s’esclaffait un internaute se faisant appeler Sherry sur Twitter.

Le journaliste Mubashir Zaidi a commenté que le Premier ministre devrait rédiger sa lettre de démission « en police #Calibri ». D’autres ironisaient sur « une police sans-serif devenue sans Sharif ». Les documents incriminés visent à prouver que la fille de M. Sharif, Maryam, pressentie comme son héritière politique à un an des élections, est fiduciaire — et non propriétaire bénéficiaire — de luxueux appartements londoniens sur lesquels enquête la Cour suprême.

Le scandale avait éclaté l’an dernier, après la publication des Panama Papers, 11,5 millions de documents secrets émanant du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, dont certains concernaient les biens détenus par la famille Sharif via des sociétés off-shore.

La page Wikipédia sur le Calibri est devenue un champ de bataille entre partisans et adversaires du clan Sharif, et les modifications de la description de cette police ont atteint un tel rythme que la page a fini par être temporairement protégée de toute manipulation.

Les partisans du parti au pouvoir, le PLM-N de M. Sharif, font valoir que la police existait depuis 2004. Microsoft n’a pas répondu aux questions de l’AFP. Des internautes ont publié des photos d’une rencontre entre le fondateur de Microsoft et le Premier ministre pakistanais, ironisant « voici Bill Gates remerciant M. Sharif pour avoir inventé le #Calibri ».

Le créateur de la police, Lucas de Groot, a estimé « improbable » que le Calibri, qu’il a achevé en 2004, ait été utilisé dans un document officiel rédigé en 2006. Cette police n’existait alors que dans des versions beta des logiciels Microsoft et ne pouvait être obtenue qu’au prix de « sérieux efforts », a-t-il souligné dans un communiqué à l’AFP.

Maryam Nawaz, elle-même très présente sur Twitter (@MaryamNSharif), n’a pas réagi publiquement à cette polémique. Elle avait auparavant assuré que le rapport d’enquête concluant que la famille Sharif vivait au-dessus de ses moyens officiels, serait « anéanti » devant le tribunal. La Cour suprême, qui doit tenir une nouvelle audience sur cette affaire lundi, n’a pas détaillé dans l’immédiat ce qu’elle comptait faire des conclusions du rapport d’enquête, qui n’est pas contraignant juridiquement.

Via: Ouest-France – Actualité — http://ift.tt/2ts8F17

July 16, 2017 at 01:16AM