Nathalie MP.

Quelle négligence de ma part ! Dans mon précédent article « spécial 14 juillet » que je consacre traditionnellement à des énigmes de chiffres et de lettres, j’ai complètement oublié de vous proposer un sixième problème d’une actualité brûlante, the problème qui agite fébrilement le microcosme politico-gouvernemental en ce début d’été :

Problème n° 6 : comment faire pour limiter l’inextinguible déficit de nos comptes publics ?

Et pour s’en tenir à l’avenir immédiat, à propos duquel il semblerait que nous soyons vaguement liés par deux-trois promesses régulièrement repoussées à l’égard de l’Union européenne, comment parvenir à boucler 2017 en rentrant dans les clous d’un déficit maxi de 3% et éviter de trop se gameller en 2018 ?

Fichu problème, sur lequel tout le monde s’arrache les cheveux depuis 1974, date du dernier budget excédentaire de l’État !

Ne rien changer aux spécialistes de la fiscalité

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir mis nos meilleurs limiers sur le problème n° 6. De Giscard à Chirac, en passant par Hollande et Macron, des énarques, toujours des énarques et encore des énarques à l’Élysée et dans les ministères ! Parfois un polytechnicien ou un agrégé de ci ou ça, parfois même un spécialiste des implants capillaires, bref, la crème de la crème de la solution fiscale.

Depuis, la France grenouille dans la spirale infernale « dépenses, impôts, dette » avec le palmarès magnifique qu’on commence à bien connaître : médaille d’argent mondiale pour le taux de dépenses publiques sur PIB (57%) et médaille d’or européenne pour le taux de prélèvements obligatoires (45%) !

ne rien changer aux dépenses

ne rien changer aux prélèvements

Si, avec une redistribution pareille, on n’arrive pas à être le pays modèle du bonheur et du « vivrensemble », c’est à désespérer de Bercy, Saint-Germain des Prés, Le Monde, l’Obs, Piketty, Lordon et le canal Saint-Martin réunis !

Et pourtant, notre taux de chômage est à 9,6%, soit le double de ce qui se fait en Allemagne, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni, notre croissance est plus qu’atone (1,1% en 2016 contre 1,7% en moyenne dans la zone euro), nos performances éducatives sont médiocres et notre dette caracole résolument vers 100 % du PIB.

Sans compter que les taux d’intérêt pourraient bien remonter et alourdir dangereusement la facture.

C’est incompréhensible. Tant de bonnes intentions et si peu de résultats, comment est-ce possible ?

Il faut dire que l’équipe sortante Sapin-Eckert, toujours prête à vanter son « sérieux » sans raison, n’a rien négligé pour assurer le spectacle budgétaire avant les élections.

Ne rien changer aux promesses de campagne

Tout cela s’est finalement soldé par un formidable ratage de Hollande et du Parti socialiste. Il n’empêche que toutes les promesses sonnantes et trébuchantes lancées en 2016 (garantie jeunes, dégel du points d’indice des fonctionnaires…) ont dû être tenues dans le budget 2017 et qu’elles se sont traduites par des dépenses qu’il a bien fallu caser, ou plutôt cacher quelque part à coup de débours différés et de rentrées fiscales avancées. De quoi « fragiliser la trajectoire des finances publiques », disait Didier Migaud, Président de la Cour des Comptes, dès septembre 2016.

En effet, pas complètement abusée par les trucs et astuces des deux comiques de Bercy, la vénérable institution nous alerte depuis un bon moment sur les « insincérités » du budget 2017 concocté par le gouvernement sortant : le retour projeté à un déficit public de 2,8% est jugé « improbable », le taux de croissance envisagé à 1,5% « trop optimiste » et les économies de dépenses largement médiatisées sont qualifiées d’« irréalistes ».

Emmanuel Macron était-il trop pris par sa campagne électorale pleine de fraîcheur et d’élan printanier, était-il trop occupé par les réglages millimétrés de toutes ses apparitions publiques pour prêter l’oreille aux mises en garde de la Cour des Comptes sur ces triviales affaires de gros sous ?

La Cour des comptes ne compte toujours pas

Toujours est-il qu’il s’était engagé à faire 60 milliards d’euros d’économies dans les dépenses (en tendance, pas en valeur absolue, ne rêvons pas) tout en lançant parallèlement un plan d’investissement de 50 milliards d’euros. Depuis, il a promis en plus des fonds pour l’innovation (10 milliards), le Sahel, le minimum vieillesse et un pass-culture de 500 euros pour tous les jeunes à partir de 18 ans. Bref, aucun engagement sérieux de baisse des dépenses.

Des baisses d’impôt devaient également entrer en vigueur dès 2018 (exonération de la taxe d’habitation pour 80% des foyers fiscaux, limitation de l’ISF au patrimoine immobilier, transformation du CICE en baisse de charges) afin de provoquer un « choc pour l’emploi ». Financement ? Vague, si ce n’est une hausse de la CSG.

Or dès le lendemain de son long discours du 3 juillet adressé aux parlementaires réunis en grande pompe à Versailles, son propre Premier ministre Édouard Philippe, soudain angoissé ou rendu prudent par les derniers avertissements de la Cour des Comptes (29 juin), revenait le 4 juillet sur la plupart de ces mesures. Ce premier revirement ne fut pas officialisé n’importe où : juste dans le discours de politique générale du Premier ministre à l’Assemblée nationale.

Du sérieux, donc, ou du moins le croyait-on. Mais il semblerait que le duo Sapin-Eckert ait trouvé de dignes successeurs.

Un peu embêté d’avoir à revenir sur ses promesses de campagne dès les premières semaines de son mandat comme le premier Hollande venu, soumis à moquerie et contestation de toutes parts, y compris chez ses proches, Emmanuel Macron, dans un second revirement, a finalement décidé le 9 juillet de désavouer la plupart des déclarations de son Premier ministre à l’Assemblée pour s’en tenir au projet initial malgré la situation catastrophique de la comptabilité nationale.

La Cour des Comptes ayant expliqué qu’il fallait trouver au minimum 4,5 milliards d’euros pour boucler 2017 sans se faire remarquer encore une fois par l’Union européenne pour dépassement des 3%, les ministères ont été priés de trouver d’urgence des économies à faire.

Ne rien changer aux dépenses

Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des comptes publics, a donc eu l’occasion de montrer toute l’action dont il est capable. Dans une interview au Parisien le 10 juillet, il nous confirme d’abord que la France reste la France :

Ni les collectivités locales, ni la Sécurité sociale ne seront mises à contribution.

Il est vrai que nous ne parlons pas de n’importe quel pays. Nous parlons de la France, Mesdames et Messieurs, nous parlons de son merveilleux modèle social mondialement applaudi et envié. Et il est vrai aussi qu’avec la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages, les collectivités locales sont très inquiètes pour leurs financements. Il ne s’agirait pas de les braquer encore plus.

Donc seul l’État central est concerné par ce redoutable serrage de ceinture. Qu’on en juge :

Nous avons considéré qu’il y avait possibilité de réduire le train de vie des ministères : sur la gestion du parc des voitures, avec des appels d’offres mieux négociés, etc.

J’espère qu’il a pensé aux appels d’offre sur les ramettes de papier et les crayons de couleurs.

Bercy économiserait ainsi 268 millions d’euros sur son fonctionnement, Matignon 60 millions et le Quai d’Orsay 282 millions. L’Éducation nationale devrait aussi trouver 75 millions d’euros. Pour bien mesurer l’effort colossal que tout cela représente, rappelons qu’en 2016 nos dépenses publiques totales se sont montées à 1 257 milliard d’euros.

Autrement dit, on nous prend pour des idiots, on nous amuse, on nous endort avec une gesticulation grotesque pour économiser trois francs six sous vite fait bien fait. Mais pas un instant il n’est envisagé une remise à plat de la structure de nos dépenses.

Dépenser moins ? Ou dépenser ailleurs ?

C’est d’autant plus inquiétant que dans la même interview, Darmanin ajoute cette curieuse remarque :

(Dans l’Éducation nationale) nous allons tenir l’intégralité des promesses du président de la République. (…) Nous faisons justement des économies pour pouvoir mettre de l’argent là où nous en avons besoin.

Étrange. On croyait qu’on faisait des économies parce qu’on vivait au-dessus de nos moyens. Si c’est pour procéder à d’autres dépenses, même plus judicieuses aux yeux du gouvernement, cela ne changera rien à la situation globale.

Autre sujet d’inquiétude, les efforts réclamés aux ministères sont bizarrement répartis. En particulier, la Défense est plutôt mal traitée. C’est pourtant une attribution régalienne de l’État qui devrait à ce titre lui consacrer une certaine attention.

Or on lui demande des économies de 850 millions pour cette année, soit la plus grosse part des 4,5 milliards, alors que notre armée est engagée à l’extérieur (Irak, Syrie, Afrique) et que Macron lui-même avait promis de porter sa part dans les budgets à 2% du PIB pour faire face à la fois à son sous-équipement chronique et au retrait que les États-Unis disent vouloir opérer sur les théâtres internationaux. Fait rare, même le chef d’état-major des armées s’en est ému ouvertement, ce qui lui a valu un blâme public de la part du chef de l’État.

De là à penser que la véritable question qui préoccupe nos dirigeants consiste plutôt à savoir comment continuer à dépenser autant tout en ayant l’air de dépenser moins, il n’y a qu’un pas.

Conclusion : Macron va faire comme Hollande

On constate malheureusement une fois de plus que le problème n° 6 de l’équilibre, voire l’excédent, des comptes publics, est à nouveau traité de façon purement clientéliste et cosmétique. La superficialité et la visée à court-terme sont de règle.

La réduction des dépenses et le retour des budgets à l’équilibre n’est pas seulement une lubie bruxelloise visant à imposer « l’austérité » aux peuples européens par pure malice. C’est surtout la seule façon de parvenir à réduire progressivement notre dette, laquelle n’est pas autre chose qu’un impôt sur les prochaines générations ; puis de pouvoir ensuite baisser les impôts afin de dégager les capitaux que des chefs d’entreprises avisés investiront à leurs risques dans les activités motrices de notre prospérité future.

Force est de constater que le « dépassement des clivages » prôné par M. Macron ne va pas jusque là. Comme avant, nos élites politiques restent intimement convaincues que la dépense publique favorise l’économie (et leur réélection). Comme avant, il n’est aucunement question de réfléchir en profondeur à ce que nous coûte notre État-providence ou notre millefeuille administratif.

Aussi, pour résoudre le difficile problème n° 6 sans rien changer de ce qui nous handicape en profondeur, il reste à espérer que la France pourra capter quelques miettes de la croissance mondiale retrouvée. C’était la solution (ratée) de Hollande. C’est manifestement aussi la solution de Macron. Le changement, c’est très difficile.

Sur le web

Cet article Ne rien changer aux dépenses : quand Macron fait comme Hollande est paru initialement sur Contrepoints – Journal libéral d’actualités en ligne

Via: Contrepoints — http://ift.tt/2uwktUK

July 16, 2017 at 07:50AM

Publicités