L’ancien Premier ministre britannique estime que l’opinion publique a évolué sur la question de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Il entrevoit la possibilité de son abandon. Une telle option est d’ailleurs pour lui cruciale pour l’avenir de son pays.

Farouche opposant au Brexit, l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair n’a pas abandonné la partie. Un an après le oui au référendum des Britanniques, et alors que le Parlement a voté fin mars le déclenchement de l’article 50 – qui acte le début du processus de sortie –, l’ex-chef du gouvernement estime que l’opinion publique a changé de cap sur la question.

«Je pense qu’il est désormais possible que le Brexit n’ait pas lieu», a-t-il confié dans une interview à Sky News le 15 juillet. «Je pense qu’il est absolument nécessaire qu’il n’ait pas lieu», a-t-il poursuivi, jugeant que chaque jour qui passait apportait les preuves des dommages autant économiques que politiques causés par le Brexit.

Ces propos de l’ancien Premier ministre ne sont guère surprenants, Tony Blair ayant clamé en mai dernier son intention de s’investir davantage contre le Brexit, se disant déterminé à se «salir les mains» pour le combattre.

Si les élection législatives de juin ont affaibli la position de Theresa May pour ses futures négociations avec Bruxelles sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, Londres peut néanmoins se satisfaire du souhait de plusieurs pays de conclure des accords commerciaux bilatéraux post-Brexit avec le Royaume-Uni. Le président américain Donald Trump s’était même montré, le 8 juillet, très enthousiaste à ce sujet.

Lire aussi : Trump propose à May un accord commercial post-Brexit : d’autres pays auraient aussi fait des offres

Via: RT en français — http://ift.tt/2v7Mak2

July 16, 2017 at 04:27PM

Publicités