Jean-Michel Décugis, avec Benoît Hasse

La police a constaté, lors des nuits des 13 et 14 juillet ce phénomène nouveau de violences urbaines.

Le guide des violences urbaines à Paris comporte désormais une nouvelle rubrique : les barricades. Lors du week-end du 14 Juillet, qui s’est révélé particulièrement «festif» dans la capitale en termes d’incendies de voitures, feux de conteneurs et tirs de mortiers, les forces de l’ordre ont constaté l’apparition d’un nouveau phénomène : la mise en place de barricades. Selon les rapports de police que nous avons pu consulter, près d’une dizaine de rues de Paris ont ainsi été momentanément entravées par des feux de poubelles et conteneurs lors des nuits des 13 et 14 juillet. Ces soirées dans les rues des populaires XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements ont été particulièrement mouvementées. Les barrages ont souvent été repérés par la police à partir du visionnage des caméras du plan de vidéoprotection de Paris (PVPP) et ont fait l’objet d’intervention, donnant lieu à des interpellations.

 

Ainsi dans la nuit du 13 au 14 juillet, quatre mineurs ont été arrêtés vers 23 heures pour des dégradations après la mise en place de barricades dans les rues Charles-Lauth et Gaston-Darbou, dans le XVIIIe arrondissement. Les suspects avaient mis le feu à un conteneur de la Ville de Paris et tiré un mortier à l’arrivée des policiers. Autre interpellation, vers 1h30, rue des Envierges, dans le XXe arrondissement. Des jeunes du quartier avaient placé en travers de la voie publique plusieurs conteneurs avant de les incendier. Ils ont ensuite attendu les forces de l’ordre avec des tirs de mortiers et de fusées d’artifice puis ont pris la fuite. Les sapeurs-pompiers de Paris sont alors intervenus.

 

Tirs de mortiers et fusées d’artifice

 

«Cette logique de guet-apens, avec des barricades de poubelles qui sont incendiées, c’est un phénomène que l’on connaît dans les cités. Mais au cœur de la capitale, c’est quelque chose de relativement inédit et de tout à fait inquiétant», observe Yvan Assiona, responsable du syndicat Alliance à Paris. Et le policier de préciser : «Il y avait eu des incidents de ce type à Paris lors de mouvements lycéens ou durant les manifestations contre la loi Travail. Mais jamais lors de la Fête nationale.»

LIRE AUSSI
>
 14 juillet : 897 voitures brûlées en France

Les barricades ont été encore plus nombreuses dans la capitale durant la nuit du 14 au 15 juillet. Là encore, plusieurs interpellations ont eu lieu. Cité Joseph-Python dans le XXe arrondissement, les policiers ont essuyé des jets de mortiers en arrêtant un jeune qui avait jeté des poubelles au milieu de la chaussée. Les forces de l’ordre ont répliqué en faisant usage de gaz lacrymogène et de lanceurs de balles de défense.

 

«C’est un phénomène nouveau à Paris, constate un haut gradé de la sécurité publique dans la capitale. Avant, les jeunes nous tendaient des pièges et se sauvaient à notre arrivée. Mais aujourd’hui, comme dans les cités de banlieue, ils nous défient et vont à l’affrontement.»

Jean-Michel Décugis, avec Benoît Hasse  Le Parisien

Sur le même sujet

Via: Le Parisien – Toute l’actualité — http://ift.tt/2tliZMS

July 18, 2017 at 09:49AM