L’individu tenait des propos incohérents lorsqu’il a été interpellé par les forces de l’ordre. Aucun blessé n’est à déplorer.

Grosse frayeur. Un homme tenant des « propos incohérents » a forcé en voiture mardi matin l’enceinte d’un marché à Vendays-Montalivet (Gironde), sans faire de blessés, selon la préfecture, qui a écarté, « à ce stade », un acte terroriste.  

Selon les éléments fournis par la préfecture, l’homme a pénétré dans la matinée « à petite vitesse » dans la zone du marché « en renversant une barrière ». « Les commerçants ont eu le réflexe de jeter des objets divers et notamment un parpaing sur le véhicule qui a été stoppé », a précisé Samuel Bouju, directeur de cabinet du préfet de Gironde. 

L’homme a été interpellé par une patrouille de gendarmerie qui se trouvait sur place. Il « n’a pas tenu de propos religieux » et il « n’est pas suivi ou connu par nos services au titre de la radicalisation« , mais pour des faits de « délinquance de droit commun », a précisé Samuel Bouju, qui a indiqué que l’homme avait tenu des « propos désordonnés, incohérents » entraînant « son placement en hospitalisation d’office ». 

« Il n’y a pas eu de panique sur le marché »

Né en 1964 à Talence, près de Bordeaux, l’homme est connu pour des « infractions en relation avec des stupéfiants », a confirmé la Procureure de la République de Bordeaux, Marie-Madeleine Alliot, qui a indiqué qu’une enquête de flagrance avait été ouverte et confiée à la Brigade de recherches de gendarmerie de Lesparre-Médoc. 

L’homme habite une localité voisine, selon le maire de Vendays-Montalivet, Pierre Bournel, joint par téléphone, qui a confirmé que l’homme a « renversé les barrières », mais « n’est pas entré à vive allure » dans la zone du marché. 

Deux personnes ont été victimes « d’éraflures » et une assistante de sécurité publique « un peu choquée », a précisé Samuel Bouju. « Il n’y a pas eu de panique sur le marché, pas de mouvement de foule », a-t-il ajouté. conformément à la procédure, un périmètre de sécurité a été mis en place autour du marché, le temps pour les démineurs d’inspecter le véhicule. Ces derniers « n’ont rien trouvé », a précisé la Procureure de la République. 

Via: LEXPRESS.fr – Rss A la Une — http://ift.tt/2tBRn1A

July 18, 2017 at 07:12PM

Publicités