La fraude aux moyens de paiements a coûté 800 millions d’euros en 2016

La fraude sur tous les moyens de paiement est essentiellement dûe aux transactions par carte. Mais grâce à une meilleure sécurisation des paiements, les fraudes ont baissé.

La fraude sur l’ensemble des moyens de paiements (carte bancaire, chèque, virement, prélèvement…) émis en France, a coûté 800 millions d’euros en France en 2016, selon le rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, qui dresse pour la première fois l’état des lieux complet de la fraude. Au total 4,8 millions de transactions ont été concernées. «Cette somme peut sembler relativement modeste au regard des flux de paiements échangés annuellement en France, de l’ordre de 27.000 milliards d’euros», souligne François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et président de l’Observatoire. «Elle représente toutefois une charge substantielle pour les utilisateurs et les fournisseurs de services de paiement», souligne de son côté le rapport.

La carte bancaire, le moyen de paiement le plus utilisé par les Français pour régler les achats en ligne ou chez les commerçants, représente la moitié du montant de la fraude. Un tiers des 800 millions est lié aux paiements par chèque (généralement volés, dont les montants sont plus importants que ceux des cartes détournées), et le solde concerne les instruments de paiement de type virement ou prélèvement.

L’essentiel des opérations frauduleuses ont été constatés lors de paiements via internet.

Bonne nouvelle, pour la première fois depuis 2004, le montant de la fraude à la carte a légèrement baissé l’an dernier. Il s’élevait à 399 millions contre 416 millions en 2015. La fraude a concerné 0,064% des paiements réalisés par carte, contre 0,070% en 2015. Comme c’est le cas depuis plusieurs années, l’essentiel des opérations frauduleuses (les deux tiers du montant de la fraude) a été constaté lors de paiements via internet, alors qu’ils ne représentent que 12% des transactions. Par ailleurs, la fraude a continué à affecter plus fortement les transactions transfrontalières que les opérations nationales. Cependant après plusieurs années de hausse, les montants fraudés à l’étranger se sont stabilisés à 300 millions d’euros.

La fraude reste limitée avec le paiement par carte sans contact

Même si le paiement par carte sans contact a bondi en 2016 (le nombre de paiement a été multiplié par trois), la fraude sur ce moyen de paiement est restée limitée: sur 630 millions de transactions réalisées, pour un montant total de 6,4 milliards d’euros, le taux de fraude n’a pas dépassé 0,020% contre 0,019% en 2015. Les fraudes interviennent généralement après le vol de la carte. «On a un canal de paiement nouveau qui se développe dans de bonnes conditions, c’est très positif», s’est félicité François Villeroy de Galhau.Les Français peuvent régler leurs achats d’un montant maximum de 20 euros chez les commerçants. Ce montant passera à 30 euros d’ici la fin de l’année.

La fraude sur les autres moyens de paiement apparaît quant à elle globalement stable avec un taux de fraude de 0,025% pour le chèque, 0,003% pour le prélèvement, et 0,0004% pour les virements et effets de commerce.

«Le léger recul de la fraude sur la carte, ainsi que la stabilité observée sur celle des autres instruments de paiement, témoignent des efforts entrepris par les acteurs du marché des paiements en termes de sécurisation des transactions», salue l’observatoire.

Via: Économie – Google News — http://ift.tt/2uvHmHC

July 19, 2017 at 02:13AM