Au début du mois de juillet, deux jeunes femmes ont été agressées à l’intérieur de l’internat. Les étudiants dénoncent des « dysfonctionnements graves dans la sécurité ».

Les internes de l’hôpital de la Timone, à Marseille, sont en colère. Le 9 juillet, vers 18 heures, deux jeunes femmes ont été victimes de « très violentes agressions » dans l’enceinte même du bâtiment, indique l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille dans un communiqué.  

LIRE AUSSI >> La Timone, hôpital en état d’urgence 

« Un climat de peur, une colère froide »

L’une des victimes « souffre, en plus du traumatisme psychique, de multiples plaies de la face, fractures des os du crâne et d’une hémorragie intracrânienne », détaille le Syndicat autonome des internes des Hôpitaux de Marseille. L’agresseur, qui aurait tenté de violer la jeune femme, serait connu des services de police. Il a été interpellé lundi, selon Franceinfo

Dans leur communiqué, les internes dénoncent des « dysfonctionnements graves dans la sécurité de cet internat ». Selon eux, « les dirigeants de l’APHM n’ont pas réalisé les travaux demandés par les médecins pour des raisons budgétaires ».  

Ils mettent notamment en cause la porte d’entrée de l’internat « qui ne fermait pas depuis plus de 6 mois ». « Les internes ressentent, dans un climat de peur, une colère froide et l’impression d’avoir été méprisés par la direction hospitalière », assènent encore les internes marseillais.  

L’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille a posté un agent de sécurité depuis le 10 juillet devant l’internat. Et une réunion est prévue ce mercredi entre les internes, la Direction des travaux et la Direction de la Timone pour faire le point sur les travaux à réaliser. 

Via: À la une – Google News — http://ift.tt/2uBBWu9

July 19, 2017 at 12:57PM

Publicités