Mon Général,

Vous partagez régulièrement vos conseils aux soldats des Armées via vos « lettres à un jeune engagé ». Ces petits billets s’adressent à vos subordonnés, à ceux qui ont décidé que la France méritait leur sacrifice, à ceux qui ont fait le choix du sacerdoce militaire, à ceux qui ont choisi la voie du service et de l’honneur… Bien qu’un grade étoilé nous sépare, comme vous je fais partie de ceux-là.



C’est donc en cette qualité de jeune engagé et de citoyen Français que je me permets de vous écrire aujourd’hui pour vous apporter mes vues sur la crise que l’Institution militaire traverse. « Pour vous apporter mes vues » ? Quelle arrogance. À vrai dire, si je prends la plume, je le fais avant tout au nom de tous mes camarades : je sais que de nombreux militaires – du caporal à l’Amiral, du maréchal des logis au sous-marinier ou au médecin-chef – se reconnaîtront en ces mots. Je ne fais qu’exprimer la pensée et le sentiment de notre grande famille.



L’Armée Française s’est toujours mise au service de la nation en obéissant aux représentants que celle-ci se choisit. Ceux-ci ont décidé d’engager notre pays sur plusieurs théâtres, intérieurs et extérieurs, si bien que nos forces n’ont jamais été aussi sollicitées. Beaucoup de nos régiments sont en auto-relève, les soldats s’épuisent, se blessent ou sont tués. Mais c’est là notre rôle. 
 


Nous ne sommes pas exigeants, nous ne demandons pas de salaires mirobolants, ni de contre-parties à tous les sacrifices que nous acceptons de faire pour la res publica. Fidèles aux consignes du Général de Lattre de Tassigny – « Ne pas subir » – nous ne nous plaignons pas. Fiers héritiers du savoir-faire militaire français, nous savons qu’avec des souliers troués on peut marcher jusqu’en Russie, qu’avec des vieux fusils et des âmes exaltées on peut reprendre une nations à l’occupant, qu’avec des taxis on peut repousser l’assaillant, que même avec du matériel désuet, obsolète ou défectueux, nous pouvons remplir notre mission. Nous le savons et nous nous sommes toujours efforcés de le faire. Sans rechigner car nous avons confiance dans nos chefs et dans leur discernement. 



Mais aujourd’hui, mon Général, je ne crois pas m’avancer vainement en déclarant que le doute commence à nous accabler, malgré nous.

Peu importe ce que certains peuvent penser en regardant nos troupes défiler fièrement ou en voyant les images officielles vantant nos équipements, nos armées sont en situation d’attrition sévère : elles ne peuvent pas renouveler et moderniser leurs capacités, elle ne peuvent pas les maintenir, elles peuvent seulement les voir fondre. La moitié de nos hélicoptères sont cloués au sol, nous n’avons pas les moyens d’engager nos chars Leclerc, nous envoyons des hommes en OPEX avec du matériel obsolète en sachant que cela peut leur coûter la vie, nous mettons en danger la vie de certaines sections en les forçant à prendre des itinéraires plus dangereux mais « plus économiques »… Sans parler de l’état des casernes et des véhicules. Sans parler des soldats obligés de s’équiper à leurs frais pour maximiser leurs chances de survie (ou pour minimiser leur chance d’y passer)…

La situation est donc déjà difficile à gérer, mais nous faisons de notre mieux, car nous savons que la sécurité de nos concitoyens dépend de nos actions au quotidien. Mais qu’en sera-t-il demain ? 



Alors que les militaires attendaient un geste de la part de ce nouveau gouvernement, alors que le Président avait promis une augmentation de budget, alors que le monde est enflammé par les conflits, l’État a décidé le 14-Juillet, jour de Fête nationale, qu’il faudrait au ministère des Armées faire d’avantage d’économies. L’Armée va donc devoir faire plus, avec moins. 800 millions d’euros d’économies. Amusant quand l’on sait que le 13 Juillet la France versait à la Côte-d’Ivoire près de 2 milliards d’euros pour… construire un métro à Abidjan. Comme quoi quand l’on veut, on peut.



Nos ministres ont sans doute des bonnes raisons de nous demander un tel effort : conserver notre note AAA chez Moody’s, ne pas creuser le déficit, satisfaire aux directives européennes, préparer l’avènement d’une Europe de la Défense… Nous n’allons pas leur apprendre leur travail. Mais nous nous devons de leur dire qu’ils nous empêchent ainsi de faire le nôtre.




En forçant l’Armée à concéder une nième baisse de budget, le gouvernement met en péril la santé mentale et physique de militaires qui s’épuisent, impuissants, à maintenir l’intégrité de la nation. Engager d’avantage de forces – ce que l’époque nous obligera à faire – avec des moyens restreint relève du suicide. Tirer les « dividendes de la paix » en affaiblissant le ministère des Armées, c’est hypothéquer notre capacité de dissuasion et donc notre souveraineté. Considérer le budget de notre Armée comme une variable d’ajustement, c’est considérer notre démocratie comme une variable d’ajustement. 



Nous ne faisons pas de politique : nous mourrons pour que d’autres aient le droit d’en faire.

Les militaires ne se syndiquent pas, les militaires n’entrent pas en grève, les militaires ont eu le droit de vote après les femmes. Et pourtant nous savons mieux que quiconque que vivre dans un pays libre ne va pas de soi. Quand un militaire va glisser un bulletin dans l’urne, il sait que c’est sa vie et celle de ses camarades qu’il remet en jeu. Et il accepte de le faire volontairement, car habité par le sens du devoir, il ne craint pas de tomber pour défendre les siens. Ce qu’il craint en revanche, c’est d’être poignardé dans le dos par ceux-là même qu’il défend et ceux-là même qu’il a élus. C’est ce qu’est cette décision : un coup de poignard dans le dos.



Nous autres, militaires, sommes loyaux et légalistes. Nous sommes la force de défense du pays et de la population qui le peuple. Nous obéissons donc aux ordres de celui qu’ils ont choisi comme représentant. Peu importe que nous soyons en désaccord avec ce dirigeant. Si tel est le choix du gouvernement, l’Armée fera des économies. Et comme elle l’a toujours fait, l’Armée s’efforcera d’accomplir ses missions, de garder les mains propres et la tête haute, sans faillir et sans subir. Et ce quels que soient les moyens qu’on nous accordera. Car nous, nous avons le souci de l’intérêt national.



Mais nous autres, militaires, ne sommes pas non plus ces idiots du village France qui accepteraient sans broncher d’être foulés au pied. L’Armée est une masse de chiens braves et loyaux, guidés par des loups sages et prévoyants. Vous êtes, Mon Général, notre loup. Vieux loup plein d’expérience, vous avez su rester droit malgré les attaques d’un chiot qui a tout fait pour vous humilier publiquement. Nous vous en sommes reconnaissants, car vous servez l’honneur de l’Institution. Mais au-delà de cela, vous êtes aussi le bras, la voix, de la Grande Muette, celui qui donnera ou non son accord à la mise en place de ce plan budgétaire.



Depuis le 14-Juillet, les militaires sont retranchés dans leur fort de Camerone, attendant, haletants, d’être fixés sur leur sort. C’est à vous que revient cette décision. Vous pouvez accepter ce nouvel affront, nous vous suivrons malgré tout. Ou vous pouvez démissionner, et comme le Capitaine Danjou sacrifier le bras pour sauver le corps, pour sauver l’honneur. Dans ce cas là nous pourrons dire que l’honneur de l’Armée sera sauf.



Nous sommes confiants dans votre discernement Mon Général, et nous savons que quel que soit votre choix, vous le ferez dans l’intérêt de vos hommes, dans l’intérêt de cette institution séculière qu’est l’Armée. Et par là même, dans l’intérêt de la nation. C’est pourquoi quelle que soit la décision prise ce vendredi 21 juillet, nous l’accepterons et agirons comme nous l’avons toujours fait : en soldats. Car nous ne souhaitons qu’une chose, pouvoir faire notre travail.



Pour finir, Mon Général, merci de dire au Président de la République qu’il est effectivement notre chef, comme il l’a fort bien rappelé. Qu’ainsi il a toute notre obéissance. Mais il doit encore mériter notre respect. Et s’il décide de maintenir ces coupes budgétaire, espérons au moins que ce Chef des Armées – le premier à n’avoir jamais fait de service militaire – affichera un masque de remord quand, dans la cour d’honneur des Invalides, il devra rendre hommage aux soldats français tombés pour une politique budgétaire.



En vous demandant de m’excuser par avance pour le ton sans-doute trop familier de mon propos, je vous assure, Mon Général, de tout mon soutien, et de celui de mes camarades. Puissiez-vous faire rayonner sur notre jeune dirigeant l’idéal du service public, du dévouement, de « l’honneur de vivre » ; cela afin de l’ épauler dans la tâche difficile qui est la sienne.



Veuillez recevoir, Mon Général, mes salutations dignes, sincères et respectueuses.




Via: Boulevard Voltaire — http://ift.tt/2vgbmos

July 19, 2017 at 01:01AM