La digitalisation du monde révolutionne les affaires humaines, mais également, nos vies quotidiennes en profondeur. Elle rend de surcroit l’économie mondiale beaucoup plus fragile et vulnérable aux actions cybers malveillantes que matérialisent les cyberattaques. Selon deux scénarios minutieusement décrits dans une toute nouvelle étude prospective menée par le Lloyd’s – le marché londonien d’assurance et réassurance spécialisées – et la société Cyence (leader dans la modélisation des analyses du risque cyber), les conséquences détaillées que pourrait avoir une cyberattaque à l’échelle mondiale « d’amplitude majeure », sont parfaitement vertigineuses… Action malveillante qui pourrait – selon cette même étude – occasionner jusqu’à 53 milliards d’USD de pertes économiques sèches.

Soit, au bas mot, autant qu’une catastrophe naturelle d’une extrême violence, telle que l’on a pu en connaitre à travers l’ouragan Sandy survenu en 2012… Une perspective naturellement peu réjouissante pour les marchés financiers… Il faut également se rappeler à cet égard, l’impact qu’avait eu dans les esprits une précédente étude datant de 2015 : le rapport du Lloyd’s avait déjà mis en évidence les conséquences d’une cyberattaque de très grande ampleur, mais sur le réseau électrique américain cette fois… Une menace labile mais bien réelle, d’abord évoquée par le président des Etats-Unis d’alors, Barack Obama, dans son discours sur l’état de l’Union de 2013. Le premier marché mondial de l’assurance et de la réassurance estimait alors que le coût d’une telle attaque pourrait dépasser les 1000 Mds$..

Cette nouvelle étude du Lloyd’s dévoile sans fard, l’impact économique potentiel de deux scénarios catastrophe spécifiques : dans le premier scénario envisagé, une opération de piratage impacte gravement l’activité d’un prestataire de services informatiques organisé en nuage (Cloud), entraînant des pertes colossales pouvant atteindre jusqu’à 53 milliards de dollars. Dans le second scénario envisagé, des attaques informatiques ciblent cette fois le système d’exploitation d’ordinateurs utilisés par une multitude d’entreprises à travers le monde, entraînant par la même, une perte sèche de 28,7 milliards de dollars. À titre de comparaison, les experts estiment généralement que l’ouragan Sandy (deuxième cyclone tropical le plus coûteux de l’histoire en matière de dégâts), avait engendré des pertes économiques abyssales comprises entre 50 et 70 milliards de dollars américains. Cette étude aux conséquences vertigineuses fait également apparaitre qu’en dépit de l’essor grandissant de la demande en cyber assurance, les montants couverts restent eux très largement insuffisants. Le déficit d’assurance se chiffrant en dizaines de milliards de dollars américains…

 

Via: Atlantico.fr — http://ift.tt/2u7boyF

July 19, 2017 at 12:51PM

Publicités