Illustration d'un loup européen.

Illustration d’un loup européen. — Superstock/SIPA

  • Le gouvernement autorise l’abattage de 40 loups d’ici le 30 juin 2018 afin de protéger les troupeaux d’ovins
  • Il s’agit toutefois de concilier la cohabitation des loups, une espèce protégée en Europe, et l’élevage

L’abattage de 40 loups entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018 pour limiter les dégâts sur les troupeaux a été autorisé, ont annoncé ce jeudiNicolas Hulot et Stéphane Travert, les ministres de la Transition écologique et de l’agriculture.

« Dans la perspective d’un nouveau plan Loup 2018-2022, une concertation aura lieu à la rentrée et une étude a été lancée pour mesurer l’efficacité des tirs sur la prédation de l’animal vis-à-vis des troupeaux », ont également indiqué les ministres dans un communiqué.

Le même nombre que l’année précédente

Le nouvel arrêté « fixe à 40 le nombre de loups pouvant être prélevés », soit le même nombre que pour la période 2016-2017. « Au delà d’un seuil intermédiaire de 32 loups, les tirs de prélèvements ne seront plus autorisés » et « seuls des tirs de défense ou de défense renforcée pourront avoir lieu ».

>> A lire aussi : Nouvelle autorisation d’abattage de loups: «La France met l’espèce en danger»

Les tirs de prélèvements sont autorisés dans un périmètre donné lorsqu’il y a eu des attaques sur un troupeau. Les tirs de défense sont possibles pour les éleveurs lors d’une attaque de troupeau pour tenter de repousser le loup.

Le loup, une espèce protégée 

Les ministres ont également annoncé que le suivi des mesures de protection allait être « renforcé ». « Lors de chaque attaque, le constat de dommages permettra d’évaluer de façon précise les mesures mises en place pour protéger le troupeau », ont-ils précisé.

>> A lire aussi : Loup: La hausse des abattages remet-elle en cause la survie de l’espèce en France?

Le nouveau plan Loup devra être mis en œuvre à partir de début 2018 pour concilier la cohabitation entre une espèce protégée en Europe et l’élevage dans les départements où le prédateur est présent.

En France, la population de « canis lupus » augmente et est désormais estimée à environ 360 individus.

Sur la période 2016-2017, plus de 8.000 bêtes – des ovins essentiellement – ont été tuées dans des attaques attribuées au loup surtout dans les Alpes-Maritimes,
la Savoie, les Alpes-de-Haute-Provence, le Var, les Hautes-Alpes et l’Isère.

Via: 20Minutes – Une — http://ift.tt/2vnRpfu

July 20, 2017 at 03:32PM

Publicités