C’est une triste conséquence des fortes chaleurs. Celui de la défenestration d’enfants. Villiers-le-Bel vient d’être touché par « deux accidents dramatiques en trois jours », souffle le maire (PS) Jean-Louis Marsac. La municipalité a décidé de lancer ce mercredi une campagne de prévention sur son site Internet. La situation est assez préoccupante d’où la mise en place de cette prévention.

Il faut dire que deux garçons de 3 et 4 ans sont toujours dans un état sérieux à l’hôpital Necker (Paris XV) après des défenestrations accidentelles. Un premier enfant de 4 ans a chuté du quatrième étage dans le quartier de la Cerisaie, ce samedi. Lundi, vers 22 h 30, un autre, âgé de 3 ans, est tombé du quatrième étage, boulevard Voltaire aux Carreaux. « Tout est allé très vite. Le petit bout est monté sur un tabouret et a chuté », regrette Djida Techtach, première adjointe (PS), qui s’est rendue auprès de la famille. Sur place, les secours m’ont expliqué qu’ils ont noté ces dernières semaines des cas de défenestrations dans le Val-d’Oise. »

Des faits qui incitent la municipalité à alerter ses habitants sur les dangers de ce phénomène. D’autant que cette période estivale est propice à ces accidents. Selon une enquête réalisée en 2013 et publiée en mars 2014 par Santé publique France, ces défenestrations « touchent des garçons à 70 % » et se déroulent « principalement au printemps et en été ». Chaque année, en France, ces chutes accidentelles font plusieurs centaines de victimes, en particulier chez les enfants de moins de 10 ans.

« Fenêtre ouverte = danger », peut-on lire sur l’affiche de sensibilisation mise en ligne par la ville. Sous ce slogan, une enfant tente de grimper par-dessus des barreaux. « Les maisons de quartiers font le relais et nous profitons des activités dans la ville pour échanger avec les habitants sur l’importance de rester vigilant », insiste Djida Techtach.

DR

La préfecture du Val-d’Oise vient, elle aussi, de se mobiliser sur le sujet, dans le cadre d’une campagne nationale menée chaque année par l’agence Santé publique France. Elle a reçu 200 affiches de la campagne nationale 2017. « Elles vont être distribuées auprès des principaux bailleurs sociaux afin qu’ils les affichent dans les halls d’immeubles et les diffusent dans les lieux accueillant du public », détaille-t-on en préfecture.

Les conseils des pompiers

La maison peut vite devenir un terrain dangereux pour les enfants. Le Sdis (Service départemental et d’incendie secours) prodigue quelques conseils pour éviter le pire. « Il faut faire preuve de bon sens », insistent les pompiers, rappelant que « les accidents domestiques tuent plus que les accidents de la route ».

Attention aux balcons. « Il faut éviter de laisser des sièges et des vélos sur lesquels les enfants peuvent monter, répète le Sdis 95. Tout comme le séchoir à linge. »

Bloquer l’accès aux fenêtres. « Vous pouvez par exemple installer un système de verrou à la poignée de la fenêtre, afin de rendre son ouverture plus difficile », indique le Sdis. Installer un meuble sous une fenêtre peut faciliter l’accès à la fenêtre pour les petits, mais aussi les empêcher d’approcher. C’est donc à chaque ménage de faire preuve de bon sens selon l’agencement de son appartement.

Redoubler de vigilance. « Un enfant ne doit jamais être laissé seul, car tout peut devenir dangereux dans un logement : la fenêtre, la table à langer, le four… Le téléphone portable est aussi trop souvent un élément de distraction pour le parent qui quitte alors des yeux son enfant…, constate le Sdis. Il ne faut pas oublier que l’enfant peut être en danger chez lui. »

Via: Le Parisien – Toute l’actualité — http://ift.tt/2uBXBTs

July 19, 2017 at 10:45PM