Vendue comme « esclave sexuelle » par les jihadistes à Raqa, la yazidie Heza est de retour dans la cité syrienne, cette fois-ci comme combattante, pour venger les milliers de jeunes femmes qui ont subi le même sort qu’elle.

En uniforme militaire, la tête couverte d’un fichu vert brodé de fleurs, Heza revit son cauchemar d’il y a trois ans.

« Ils nous ont emmenées comme des moutons, ils nous ont pourchassées et humiliées dans ces rues mêmes« , ajoute-t-elle, en montrant du doigt une série de maisons détruites par les combats à Mechleb.

Ce quartier de l’est de Raqa a été le premier à tomber aux mains des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde qui cherche à chasser le groupe Etat islamique (EI) de son fief du nord de la Syrie avec le soutien des Etats-Unis.

Pour Heza, dont le nom signifie « force » en kurde, ce combat l’aide à apaiser sa souffrance.

« Prendre les armes m’a aidée à évacuer certaines angoisses« , dit-elle entourée de combattantes de la minorité kurdophone yazidie dans une maison abandonnée à Mechleb. […]

La Dépêche

Via: Fdesouche — http://ift.tt/2ubeYJY

July 19, 2017 at 10:00PM