Xander, le fils du lion Cecil, a été abattu par un chasseur le 7 juillet 2017.

Xander, le fils du lion Cecil, a été abattu par un chasseur le 7 juillet 2017. — Parc national Hwange

La jungle à nouveau endeuillée. Xanda, le fils du lion Cecil, a connu le même destin que son père : il a été abattu par un chasseur à l’extérieur du parc national Hwange, au Zimbabwe. Agé de six ans, ce lion du Kalahari a été tué le 7 juillet, mais sa mort a été annoncée jeudi par le biologiste britannique Andrew Loveridge, qui vient de récupérer le collier GPS qu’il avait attaché au cou de l’animal.

Loveridge explique au Guardian que la chasse était « légale ». Xanda était au-dessus de l’âge minimum et a été tué 2 kilomètres à l’extérieur du parc.

Des « trophy hunts » controversées

La chasse était organisée par Richard Cook, qui n’a pas révélé le nom de ses clients. Comme une vingtaine de pays africains, le Zimbabwe autorise les « trophy hunts » (chasse aux trophées), avec des chasseurs, souvent étrangers, qui paient jusqu’à 40.000 euros pour le droit d’abattre un lion ou un éléphant, dans la limite de certains quotas.

Selon les partisans de cette pratique, qui divise les associations de protection des animaux, une partie des fonds est reversée aux communautés et donc réinjectée dans le parc. Mais en 2013, un rapport préparé pour La Coalition des lions africains estimait que seulement 3 % des 200 millions de dollars annuels de ce business revenait vraiment dans la proche des locaux.

En 2015, la mort du lion Cecil avait provoqué un vif débat, et le dentiste américain Walter Palmer était devenu l’ennemi public numéro un. Le Zimbabwe avait finalement annulé les charges contre lui car ses papiers étaient en règle. Reste à espérer que les 12 descendants de Cecil encore en vie, et ses 15 petits-enfants, connaissent une fin moins tragique.

VIDEO

 

Via: 20Minutes – Une — http://ift.tt/2uhnfvR

July 21, 2017 at 03:01AM