Berlin – La réaction de l’Allemagne, qui a durci sa politique à l’égard d’Ankara après l’arrestation de militants de droits de l’Homme, est « compréhensible », a jugé samedi le commissaire européen Johannes Hahn dans un entretien à un journal allemand.

« Je crois que nous avons fait preuve d’une grande patience avec la Turquie. Elle ne semble pas apprécier cela », a déclaré au quotidien Die Welt M. Hahn, commissaire européen à l’Elargissement. « La réaction de l’Allemagne est compréhensible »

Berlin, excédé par l’interpellation à Istanbul de défenseurs des droits de l’Homme, dont un Allemand, Peter Steudtner, a annoncé jeudi une « réorientation » de sa politique vis-à-vis de la Turquie avec des mesures qui risquent de pénaliser économiquement son partenaire historique.

La Turquie « s’éloigne de plus en plus des standards européens », a expliqué M. Hahn, alors que les négociations en vue d’une adhésion de la Turquie à l’Union européenne (UE) sont depuis plusieurs années au point mort.

« Les dernières arrestations de militants des droits de l’Homme confirment malheureusement le cap destructeur qu’a pris la Turquie depuis la tentative de coup d’Etat (de juillet 2016), que nous avons fermement condamnée », a poursuivi M. Hahn.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait déjà rappelé le week-end dernier dans le journal allemand Bild que « la main de l’Europe rest(ait) tendue » à Ankara. En échange, la Turquie doit démontrer « clairement sa volonté d’être européenne », selon M. Juncker.

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a lui aussi condamné l’attitude du chef de l’Etat turc, Recep Tayyip Erdogan : même le « reste des critiques et l’opposition qui ne peuvent pas être tous associés au mouvement (du prédicateur Fethullah) Gülen (accusé par Ankara d’avoir fomenté le putsch manqué de juillet 2016, ndr) sont désormais poursuivis, jetés en prison et réduits au silence », a-t-il déclaré à la chaîne publique ZDF, selon les extraits d’une interview qui doit être diffusée dimanche.

« Nous ne pouvons pas accepter ce qui se passe en Turquie », a encore martelé l’ancien chef de la diplomatie d’Angela Merkel, soutenant l’attitude ferme de Berlin face à Ankara.

L’amitié entre les Allemands et les Turcs est un « grand trésor », a estimé de son côté son successeur à la tête de la diplomatie allemande, Sigmar Gabriel, dans un appel lancé samedi à la diaspora turque d’Allemagne, la plus importante au monde avec environ trois millions de personnes, et publié en turc et en allemand dans le quotidien Bild.

Mais « le gouvernement allemand ne peut pas regarder sans rien faire l’arrestation de citoyens allemands », écrit encore M. Gabriel, qui insiste sur le fait que la réaction de Berlin ne vise pas la communauté turque d’Allemagne.

Au total, neuf Allemands, dont quatre ayant également la nationalité turque, sont actuellement détenus en Turquie. Parmi eux figure notamment le journaliste Deniz Yücel, correspondant du journal Die Welt en Turquie.

(©AFP / 22 juillet 2017 18h22)

Via: Romandie — http://ift.tt/2gSV81f

July 22, 2017 at 08:29PM

Publicités