La banque française a été sanctionnée pour la défaillance de son système de lutte anti-blanchiment. De l’argent ayant pu servir à financer le terrorisme, selon les Échos.

La Société Générale s’est vu sanctionner d’une amende de 5 millions d’euros ce vendredi, selon les informations des Échos. L’Autorité de contrôle prudentiel et de régulation (ACPR) estime qu’il y a des failles du système de contrôle de blanchiment d’argent et du financement du terrorisme de la banque.

Des délais de signalements trop longs

Tracfin, l’organisme d’État chargé de traquer l’argent des organisations terroristes, a jugé que les délais de signalements aux autorités des comptes clients suspects à la Société Générale étaient trop importants. De plus, “quelques opérations qui auraient dû être portées à la connaissance de Tracfin ne l’ont pas été”, relève l’organisme, selon les Échos. Toutefois, Tracfin a tenu à informer que les pratiques de signalement de la banque étaient “globalement satisfaisantes”.

 

Source : La Société Générale soupçonnée de financer le terrorisme | Valeurs actuelles