Ancienne assistante des prix Nobel Irène et Frédéric Joliot-Curie, professeure d’université, auteure de nombreux livres et fille de résistant, Nadine vivait depuis 30 ans quai de la Loire, dans le XIXe arrondissement de Paris.

Huissier et police

Selon ses amis, cette femme âgée de 85 ans a été placée sous tutelle depuis septembre dernier… ce qui n’a pas empêché son expulsion le 12 juillet dernier, selon l’association Droit au logement.

Elle a depuis été relogée dans un hôtel, situé en dehors de son quartier, mais pour seulement deux semaines au maximum…

Les serrures changées

Refusant de quitter « son » quartier, désorientée et choquée d’avoir retrouvée son domicile les serrures changées, Nadine s’est réfugiée dans un local associatif de son quartier, avant de le quitter après quelques jours.

VIDÉO – Un des voisins de Nadine l’a interrogée:

Retrouvée peu après, elle a été hospitalisée à l’hôpital Lariboisière (Paris Xe), d’où elle espère retrouver son appartement, selon Le Parisien.

La tutrice était en vacances

Sa tutrice, elle, était en vacances – sans doute loin d’imaginer que la personne qu’elle doit accompagner pour certaines tâches se retrouverait à la rue entre-temps.

En une semaine, les voisins ont commencé à s’organiser, et comptent bien faire pression pour que Nadine puisse réintégrer son logement – ou, au moins, son quartier.

L’association Droit au logement appelle à une meilleure protection des personnes âgées.

Dix ans d’endettement

Endettée par la création d’une petite maison d’édition en 2006, Nadine décide de vendre son appartement à prix modique, contre l’accord d’y rester jusqu’à sa mort, loyer de 750€ à la clé.

Une sorte de « viager » informel… et au préjudice de la vieille dame, puisque dans le cas d’un vrai viager, c’est l’acquéreur qui verse au vendeur une somme chaque mois, en plus d’une somme fixe.

Mais ça n’a pas suffi: l’Urssaf a ponctionné des années durant une bonne part des revenus de Nadine, son endettement augmentant peu à peu. En 2014, un jugement d’expulsion – à cause d’une dette de 4000 €. Une somme qui, si elle est négociée et/ou étalée, n’aboutit que rarement à une expulsion.

Nadine ne s’est-elle pas défendue? N’a-t-elle pas été accompagnée, suivie correctement? Elle n’était, à l’époque, pas placée sous tutelle.

Mais depuis le 12 juillet, le jugement a été exécuté.

 

Source : A la Une | Nadine, 85 ans, expulsée de son logement: les voisins se mobilisent

Publicités