Dans un entretien exclusif accordé à France 24 mardi soir, le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj est revenu sur ses discussions avec le général Haftar et sur la volonté commune d’organiser des élections pour mettre fin à la crise.

Après avoir adopté une déclaration commune avec le général Haftar à l’initiative du président français Emmanuel Macron à la Celle-Saint-Cloud, le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj a accordé, mardi 25 juillet, dans la soirée, une interview exclusive à France 24.

Dans cet entretien dont voici des extraits, Fayez al-Sarraj est revenu sur cette journée de négociation : « La rencontre était très positive malgré quelques divergences ». « Nous partageons la même vision sur la priorité d’un consensus politique », a affirmé le Premier ministre libyen à France 24. « Nous avons parlé de l’urgence de préparer un meilleur environnement pour les élections, d’unifier les institutions, et bien sûr, du fait que les élections soient la seule solution », a-t-il détaillé.

Plus tôt dans la journée, Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar s’étaient mis d’accord sur une déclaration non signée entérinant un cessez-le-feu sous conditions ainsi que l’organisation d’élections au printemps 2018. « Nous nous engageons à un cessez-le-feu (…) et prenons l’engagement solennel d’œuvrer pour la tenue des élections présidentielle et parlementaires dès que possible », avaient-ils déclaré.

>> À lire aussi : Le général Haftar et Fayez al-Sarraj s’accordent sur un cessez-le-feu sous conditions

« L’organisation des élections demande une vraie préparation »

Reste que les enjeux sécuritaires sont immenses pour la tenue d’élections en Libye, selon le Premier ministre : « Les peurs de certains par rapport à la situation sécuritaire sont parfaitement justifiées. L’organisation des élections demande une vraie préparation politique, sécuritaire et logistique. Il faut un travail commun pour assurer leur bon déroulement », a-t-il déclaré à France 24.

Fayez al-Sarraj a également évoqué la question de la crise migratoire en Méditerranée : « La Libye ne peut pas dans son état actuel accueillir plus de migrants ». « Les centres d’accueil ont besoin de financements », a-t-il estimé, parlant d’une « situation catastrophique ».

 

Source : Exclusif : « Nous partageons la même vision d’un consensus politique », affirme le Premier ministre libyen – France 24

Publicités