Les groupes La France insoumise et Les Républicains ont successivement quitté l’hémicycle dans la nuit pour protester contre la tenue des débats par le président de séance. Un nouvel écueil qui vient consacrer une semaine compliquée pour la nouvelle majorité.

Les cafouillages s’enchaînent cette semaine à l’Assemblée nationale. Un signe des lacunes dans la tenue des débats liés aux premières réalisations du quinquennat Macron. La journée de jeudi semble avoir atteint un paroxysme, marquée par le départ de nombreux élus. Une chose est sûre, la multiplication des incidents a d’ores et déjà pollué le débat parlementaire, et la séquence vire à l’humiliation pour la majorité parlementaire. La responsabilité du président François de Rugy et du président du groupe LREM Richard Ferrand est pointée du doigt.

La séquence surréaliste du jour s’est ouverte sur le rejet par inadvertance d’un texte qui faisait pourtant une quasi-unanimité et qui avait été validé en commission, au sujet de la transparence fiscale des ministres. Il vise à étendre les règles de vérification fiscale des membres du gouvernement à tous les types d’impositions. Aujourd’hui, seuls l’impôt sur le revenu et l’ISF sont concernés. Objectif: éviter un nouveau scandale Thévenoud. Il semblerait que les élus En Marche aient été troublés de voir cette mesure saluée et soutenue par le député La France insoumise Éric Coquerel. Alors que ses collègues votent, contre toute attente, le rejet du texte, Sacha Houlié, président de la séance, est consterné, et leur adresse une sévère mise au point: «Il faut être attentif! Quand je mets au vote un amendement, c’est un amendement. Quand je mets au vote un article c’est un article!» Une scène qui devrait conforter ceux qui accusent les députés En Marche de «voter comme des machines».

La catastrophe s’est poursuivie et amplifiée dans la soirée, avec le vote d’un amendement assez anodin déposé par le MoDem et destiner à remédier aux difficultés que rencontrent les candidats pour ouvrir un compte de campagne dans une banque. Vers 23h30, un vote à main levée doit valider le texte, mais le décompte du vice-président de l’Assemblée, Hugues Renson (LREM), détermine un rejet. Le comptage est rapidement remis en question, mais Renson refuse de procéder à un nouveau vote, arguant d’avoir «une meilleure vision depuis le perchoir». Les députés insoumis, Ruffin et Mélenchon en tête, ont dès lors manifesté leur défiance jusqu’à partir de l’hémicycle en signe de protestation. «Franchement, c’est saoûlant. On demandait juste un geste de bonne volonté (…) Maintenant vous nous dites que c’est trop cher. Allez on s’en va, restez entre vous, bonsoir», a tranché Mélenchon, en référence au coût horaire d’une séance parlementaire.

Vers minuit, les débats reprennent, mais un nouvel esclandre attend les députés dont une bonne part est alors excédée. Christian Jacob prend la parole pour pointer «un point de blocage stupide» autour d’une demande de vote que lui refuse Hugues Renson. Le président du groupe LR s’est alors lancé dans un échange tendu: «J’entends bien que le plateau vous donne beaucoup de conseils et c’est normal. Vous pouvez prendre vos responsabilités de vice-président. Et ça n’est pas aux hauts fonctionnaires du plateau (…) de dicter systématiquement la ligne politique. La ligne politique ce sont les députés qui la fixent! Et c’est vous qui assumez la présidence: vous pouvez réunir et convoquer cette conférence des présidents pour avoir le feu vert. Si le président de Rugy n’est pas joignable, je pense qu’il y a quand même au moins un membre de son cabinet qui est joignable, sinon ça devient quand même très compliqué. Encore une fois le ministre des Relations avec le Parlement n’est pas là, le président du groupe En Marche n’est pas là, le président de Rugy n’est pas là. Son cabinet est injoignable! Il y a quand même des limites!». Devant la fin de non-recevoir opposée par Hugues Renson, les élus LR décident de quitter l’hémicycle à leur tour.

Jacob brocarde «une permissivité sans limites»

Un peu plus tôt dans la journée, Christian Jacob s’était déjà ému «de la permissivité sans limites» de la présidence de l’Assemblée. Il n’a pas caché son agacement face aux coups d’éclats des députés LFI et à l’absence de réaction de la présidence de l’Assemblée. D’abord irrité d’avoir vu François Ruffin prendre la parole, alors que sa chemise dépassait de son pantalon, Jacob s’est ému jeudi de voir les insoumis déballer un sac de courses destiné à montrer ce que l’on peut acheter en nourriture pour 5 euros, le montant qui sera soustrait chaque mois aux aides aux logements.

«On voit que certains de nos collègues, et notamment de la France insoumise testent la présidence de notre Assemblée régulièrement, testent sa permissivité, qui se trouve être sans limite» a-t-il lancé. Et de s’inquiéter: «On est passé du sans cravate au sans veste, maintenant les paniers à provisions arrivent dans l’hémicycle. Je veux simplement poser la question: jusqu’où va-t-on aller? Est-ce qu’on va avoir des séances où on va pouvoir venir en short et en tongs, est-ce qu’on va venir avec des cagettes de tomates et se les échanger d’une tribune à l’autre?».

Alors que 350 amendements restent encore à discuter d’ici ce vendredi soir, la journée s’annonce encore très longue pour les députés.

Source : Assemblée nationale : les cafouillages de la majorité virent au chaos parlementaire

Publicités