Fatigué, Jean-Luc Mélenchon s’est agacé mardi de l’ajout d’une séance à l’Assemblée nationale, la semaine prochaine. Le leader de la France insoumise critique le rythme imposé par la majorité macroniste.

« L’Assemblée nationale convoquée le 9 août! Le renouveau politique En Marche : voter la nuit, se réunir en août. » Mardi, Jean-Luc Mélenchon a une nouvelle fois regretté la longueur de la session parlementaire. Comme d’autres députés, le leader de la France insoumise aurait espéré partir en vacances dès ce jeudi. Las, il lui faudra attendre mercredi prochain. Une ultime séance de débats sur l’un des textes de moralisation politique a en effet été programmée au Palais-Bourbon, selon l’annonce faite mardi en conférence de présidents. La raison? Réunis en commission mixte paritaire, députés et sénateurs ont échoué à s’accorder sur ce projet de loi organique. Une nouvelle lecture sera donc nécessaire.

L’ordre du jour du 9 août communiqué mardi par le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement Christophe Castaner mentionne ainsi cette lecture définitive, considérée toutefois encore comme « éventuelle », avec une séance de questions au gouvernement. Le président de l’Assemblée François de Rugy avait déclaré mercredi dernier avoir « bon espoir que le Sénat et l’Assemblée nationale puissent se mettre d’accord pour que cette loi (de moralisation de la vie politique, NDLR) soit adoptée rapidement, c’est-à-dire dès la fin de cette session extraordinaire », attendue ce jeudi. Le lendemain, il avait évoqué plutôt une éventuelle poursuite « en octobre » parlementaire de ces textes.

« Vous croyez que je suis quoi, moi? Comme tout le monde! »

Jean-Luc Mélenchon, qui a enchaîné ces derniers mois deux campagnes électorales et l’examen des premiers textes parlementaires, avait déjà râlé contre le rythme imposé aux députés, vendredi dans sa « revue de la semaine » en vidéo. « Vous avez plage maintenant? Vous avez de la chance. Moi, la séance va reprendre », dit-il aux internautes, ajoutant que lui et ses collègues ont « tous annulé [leurs] locations » estivales. « Les journalistes disent : ‘Ah, Mélenchon il n’est pas content parce qu’il ne prend pas ses vacances.’ Bah oui! C’est pas la peine de parler de rénovation de la vie politique si vous ne laissez pas les gens se reposer. Vous croyez que je suis quoi, moi? Comme tout le monde! », s’insurge le député de Marseille. Et de prévenir : « Le 4, j’ai fait ma valise et je m’en vais me reposer. J’aurai quinze jours, les amis. J’espère que vous aurez un peu plus… Enfin bon, je ne me plains pas. »

A l’Assemblée, Jean-Luc Mélenchon critique régulièrement l’attitude de la majorité macroniste et son manque de considération à l’égard de l’opposition. Mais ses sorties sur son impatience à partir en vacances suscitent des réactions amusées de la part de certains responsables politiques. « Ça tourne à l’obsession cette histoire de vacances », a commenté la députée LREM Aurore Bergé, tandis que l’élu LR constructif Thierry Solère avait publié ce tweet après la diffusion de cette vidéo.

Mardi, de nombreux internautes – comme l’ex-député PS Alexis Bachelay – ont également répondu à Jean-Luc Mélenchon qu’avec un tel discours, la Nuit du 4 août 1789 qui marqua la fin des privilèges n’aurait jamais eu lieu…

Source : Le ras-le-bol de Mélenchon après la prolongation de la session parlementaire