Céline Pina : l’indignation sélective des défenseurs de Mennel


FIGAROVOX/TRIBUNE – Céline Pina répond à ceux qui ont volé au secours de la chanteuse Mennel Ibtissem dans la presse. Selon elle, il est malhonnête de passer sous silence les liens entre l’ex-candidate de The Voice et les Frères musulmans. Il est urgent de répondre aux vraies questions que pose «l’affaire Mennel».


Kero

Ancienne élue locale, Céline Pina est essayiste et militante. Elle avait dénoncé en 2015 le salon de «la femme musulmane» de Pontoise et a récemment publié Silence Coupable (éd. Kero, 2016). Avec Fatiha Boutjalhat, elle est la fondatrice de Viv®e la République, mouvement citoyen laïque et républicain appelant à lutter contre tous les totalitarismes et pour la promotion de l’indispensable universalité de nos valeurs républicaines.


La démission d’une candidate de The Voice suite à la découverte de sa proximité idéologique avec les frères musulmans fait débat. Rien de neuf sous le soleil: il existe des œuvres magnifiques produites par des êtres humains défendant des idéologies abjectes, dangereuses ou obscurantistes et nul n’interdit à une islamiste ou à un intégriste d’être candidate à un télécrochet et d’avoir le talent pour. De la même façon, que cela puisse interroger les citoyens est tout aussi légitime. Pour autant, la polémique ne s’est pas éteinte avec cette démission puisqu’une tribune parue dans Libération accuse les laïques d’avoir pris en chasse la jeune chanteuse au seul motif de son turban et de tweets choquants. Le souci étant que cette tribune accusatrice et orientée occulte délibérément de nombreux autres éléments, ce qui nuit à sa crédibilité. Rétablir la vérité des faits sur ce point s’impose.

Mais elle pose également la question de savoir s’il était légitime d’interroger le positionnement de cette jeune femme et s’il n’eût pas mieux valu taire sa proximité avec une mouvance islamiste pour éviter de fracturer plus encore notre société. Cette démission, habilement gérée par des propagandistes, renforçant encore plus le sentiment de rejet exprimé par nombre de jeunes des quartiers serait une aubaine et favoriserait la radicalisation, là où l’acceptation eût envoyé un message d’apaisement. Autant la première partie de cette tribune est peu honnête intellectuellement, autant la question posée dans la seconde est essentielle et mérite d’être entendue et examinée.

Une tribune peu honnête intellectuellement

S’il est vrai que c’est le port d’un turban, rappelant un voile islamique et revendiqué comme tel, qui a amené à ce que les internautes enquêtent sur la jeune femme, ce n’est pas le voile en soi qui a suscité le scandale mais bel et bien les prises de position de celle-ci, dont l’accumulation fait sens comme sa proximité avec la galaxie frériste. L’auteur de la tribune choisit de réduire cette question à la diffusion de deux tweets choquants et problématiques, écrits juste après des attentats sanglants, pour aussitôt les écarter d’un revers de main. La jeunesse devenant la martingale de l’irresponsabilité. C’est un peu court, mais admettons: après tout les erreurs de jeunesse, cela existe aussi. Le problème est que le compte de la jeune chanteuse était bien plus riche que l’auteur ne le laisse entendre et qu’il est révélateur de ses liens avec les frères musulmans.

Mennel Ibtissem promeut également le « hijab day », dont elle est l’une des ambassadrices depuis 2015.

Dans les faits, la jeune femme partage essentiellement des prêches et informations d’islamistes notoires: Hassan Iqioussen, Nabil Ennasri, Tariq Ramadan, Marwan Muhammad. Elle est un soutien de Dieudonné et met en avant les associations islamistes les plus emblématiques: Baraka City, Syria Charity. Elle est proche du BDS et de Lallab. Son clip sur la Palestine a été tourné et sponsorisé par le CBSP, organisation liée aux frères musulmans, classée parmi les organisations terroristes aux USA et au Canada. Le CBSP est une organisation qui possède des fonds considérables et les emploie à desseins. Ils ont été soupçonnés notamment d’alimenter le Hamas, ce sont des tracts de cette association qui avaient été trouvés chez les assassins d’Ilan Halimi.

Ses références ont de quoi troubler également. Le fait qu’elle fasse la promotion de Sofiane Meziani, sur son compte Instagram à destination des plus jeunes est révélateur. Fine fleur des frères musulmans, Sofiane Meziani est un intellectuel islamiste qui théorise la nécessité de lutter contre la démocratie. Une jeune femme de vingt ans passionnée de chanson ne va pas chercher des références aussi précises, issues du corpus des frères musulmans, par hasard.

Elle promeut également le «hijab day», dont elle est l’une des ambassadrices depuis 2015. Quant à la chanson de Léonard Cohen, présentée comme la preuve de l’ouverture d’esprit de la jeune chanteuse, on peut d’autant plus y voir un calcul habile, qu’assez rapidement, en passant à la langue arabe, elle ne traduit pas les paroles de celle-ci, évacuant la dimension hébraïque et les allusions sexuelles, pour glisser vers une version qui en fait un chant religieux islamique. Le but du jeu est ici d’installer de la confusion: «vous voyez bien qu’elle n’est pas radicale, ni islamiste, sinon elle ne reprendrait pas un juif, ne chanterait pas hallelujah et ne serait pas maquillée». C’est ignorer que Mennel n’est pas proche des salafistes mais des frères musulmans. Quand les uns sont dans l’orthopraxie pure, les autres ont des objectifs politiques et une volonté de conquête de pouvoir affirmée. Ils savent s’adapter au contexte et brouiller les pistes. Une femme voilée qui reprend la chanson d’un juif, quoi de mieux pour faire passer la pilule. La stratégie est intelligente. Chez les frères musulmans, on a le voile coquin et glamour pendant la période de séduction et d’influence. Le durcissement vient plus tard mais il vient toujours.

Enfin la mise en scène de ses excuses et de sa démission est très maîtrisée, même si pas toujours bien calculée. Le premier message d’excuses du 5 février passe mal. Ce message, marqué par le déni, très victimaire, mettant en avant «la religion de paix et d’amour» et parlant d’incompréhension contraste avec les tweets sans empathie et complotistes rédigés au moment des attentats. Alors elle recommence le 6 où elle présente des excuses plus formelles. L’annonce de la démission, elle, est marquée du sceau de la communication pure. Ce qui est plutôt intelligent et mature, quand on est dans la tourmente, mais est rarement le fait d’une gamine d’une vingtaine d’années qui vient juste d’argumenter sur sa jeunesse, son inexpérience et sa maladresse lors d’attentats qui datent de deux ans à peine. Elle s’appuie ici sur un entourage qui maîtrise les codes de la communication de crise. Le grand art étant de transformer une démission qui n’est due qu’à tous les choix de la jeune femme, précédents et actuels, en conséquence d’attaques injustes. Elle se met en scène en victime, digne et forte alors qu’il ne tenait qu’à elle d’assumer son idéologie et de poursuivre son parcours. La jeune fille est manifestement cornaquée et réussit à renverser la situation. Elle prépare la séquence que l’on vit: celle qui consiste à évacuer la dimension islamiste du problème pour faire croire que ce sont les musulmans qui sont rejetés à travers la jeune chanteuse et ainsi alimenter le ressentiment communautaire. Et une certaine presse suit, comme d’habitude…

Au vu de tant d’indices convergents, il est assez envisageable de penser que la chanteuse a été mise sur orbite par les Frères musulmans. Ce qui ne serait dans cette hypothèse que la énième répétition d’un processus que nous connaissons bien depuis des années, pour qui s’intéresse aux techniques dont usent les Frères.

Il est assez envisageable de penser que la chanteuse a été mise sur orbite par les Frères musulmans.

Pourtant, si on daigne faire preuve de bon sens, la question de savoir si Mennel est ou non proche des islamistes se résout rapidement. Imaginez qu’une jeune candidate de The Voice partage du Henry de Lesquen, du Marion Maréchal Le Pen et du Bruno Gollnisch, qu’elle participe à des opérations saucissons-pinards, soutienne Alain Soral et diffuse sur instagram les œuvres d’Alain de Benoist, vous poseriez-vous vraiment la question de savoir si elle est proche du FN? Non. Et bien c’est pareil. À la fin, quand ça vit dans l’eau, que ça nage, que ça a des écailles, des nageoires, des branchies, il y a des chances que cela soit un poisson.

La meilleure défense c’est l’attaque

Pour faire de la jeune chanteuse, non la responsable de ses choix mais une victime de l’intolérance, il fallait d’abord occulter toute une partie de la réalité et cacher un certain nombre de faits, mais aussi trouver les coupables idéaux, ceux que l’on peut sans risque donner à haïr. En premier lieu vient l’extrême-droite. Et il est vrai que celle-ci a attaqué violemment la jeune femme. Mais tout de suite après, ce sont les laïques qui sont jetés en pâture. Bien sûr, ils ne sont pas qualifiés ainsi, dans la tribune de Libération on manie l’insulte conventionnellement acceptée de «laïcard». Or les laïques n’ont jamais demandé l’éviction de la chanteuse de The Voice, en revanche ils considéraient qu’il était important de savoir d’où elle parle. On peut facilement imaginer qu’une chanteuse proche de l’extrême-droite aurait été mise en cause du fait de son idéologie de la même façon.

Pourquoi? Parce que l’immense notoriété apportée par The Voice est une manne en matière de propagande. Et quand on a été collaborateur politique, comme ce professeur de philosophie l’a été, on sait comment on met en place des stratégies d’influence. Une grande fierté des organisations politiques est d’arriver à placer des militants dans des émissions télé en les faisant passer pour de simples citoyens. La parole est vue comme représentative de celle des Français quand elle a été calibrée et orientée pour servir un camp. Par ailleurs cette stratégie d’entrisme des frères musulmans ou des Indigènes de la république est récurrente. En général ces proches des islamistes ou militants indigénistes sont présentés comme militants antiracistes, féministes, comme simples citoyens ou universitaires, mais jamais leur appartenance aux frères musulmans ou au PIR n’est dite par les journalistes dont c’est pourtant le métier. C’est ainsi que les Wiam Berhouma, Attika Trabelsi et autres Rokhaya Diallo font passer de la pure propagande pour de l’analyse objective ou du témoignage spontané. Ce genre de manipulation fut récurrent dans «Des paroles et des actes» sur France 2. On comprend donc l’intérêt à instrumentaliser une jeune femme si belle et talentueuse pour en faire une ambassadrice glamour de ses objectifs politiques. Et les frères musulmans étant bien plus politiques que religieux, la communication passe avant l’orthopraxie en phase de séduction. Après, c’est une autre affaire.

Se taire ou dénoncer

Voilà pourquoi cette histoire n’est pas aussi simple que l’auteur de la tribune voudrait le faire croire. Pourtant, si cette posture de Tartuffe qui soutient le plus gros de ses accusations en passant des faits avérés sous silence pour se présenter en parangon de pureté et de tolérance est plus que gênante, il n’en reste pas moins qu’une observation, fort juste, mérite que l’on s’y arrête. Le fait que cette histoire sera instrumentalisée par ceux qui dans les quartiers cultivent la haine de la France et le prosélytisme religieux, afin de continuer leur œuvre séparatiste.

Outre que c’est reconnaître qu’un travail de propagande politico-religieux est fait dans les quartiers, ce qui accrédite le travail d’entrisme et de radicalisation, Mennel devient sous la plume du jeune professeur exalté «une partie de la jeunesse de France à qui l’on refuse sa part de France». Encore une belle inversion de la causalité. La jeune femme est un vecteur idéologique et si une partie de la jeunesse de France est séduite par l’islamisme radical, il était peut-être important que la jeune femme n’acquière pas en plus de la notoriété, une forme de reconnaissance publique qu’elle aurait mise au service de son idéologie.

Cette zone de flou où l’on passe de l’acceptable au radical, est la porte d’entrée vers l’intégrisme religieux et l’activisme politique.

Alors fermer les yeux au nom de la paix sociale? Dénoncer les manipulations au risque de voir ceux qui les mettent en place entonner l’air de la persécution? Le choix est piégé et cette histoire est du perdant-perdant. D’ores et déjà elle est instrumentalisée pour manipuler les jeunes influençables. En partant, la jeune femme s’offre une aura de martyr alors qu’elle n’est comptable que de ses choix et l’identification victimaire joue à plein ; en restant, elle aurait accompli son œuvre de prosélytisme par visibilité et se serait servie de sa notoriété pour diffuser les thèses islamistes auxquels elle adhère. Dans les deux cas, la manipulation fonctionne. En revanche si l’islamistosphère est en train d’entraîner dans sa mouvance une jeunesse de plus en plus importante, le constat ne doit pas nous laisser indifférents.

Mennel, même si elle n’est pas d’un milieu défavorisé, est représentative de l’extension de cette zone grise qui va des Indigènes de la République aux islamogauchistes et même jusqu’aux différentes obédiences islamistes. Cette zone de flou où l’on passe de l’acceptable au radical, est la porte d’entrée vers l’intégrisme religieux et l’activisme politique. Cette jeunesse manipulée, infusée dans les mosquées, séduite via les associations islamistes ou instrumentalisée via les réseaux sociaux est de plus en plus nombreuse. Selon l’enquête de l’Institut Montaigne de 2016, 50 % des 15/25 ans parmi les musulmans de France auraient adopté un système de valeurs clairement opposé à celui de la République. La jeune chanteuse n’est pas un déclencheur, elle est un symptôme. Car de tels résultats ne sauraient seulement s’expliquer par un certain nombre de difficultés sociales dont la réalité ne doit cependant pas être niée, ils sont le produit d’un travail politique. Cette radicalisation n’est pas fille du racisme, mais fruit de la propagande active menée par les officines islamistes. Cela est su, mesuré, mais cette dimension prosélyte est tue dans l’article.

Chez tous les jeunes, le besoin de croire et la quête de sens sont réels ; or, faute de savoir faire partager des valeurs universelles basées sur la foi en l’égalité des hommes, nous ne savons plus les intégrer à ce monde commun qui est celui de la citoyenneté, de l’altérité et de la solidarité. Certains se sentent abandonnés et essaient de se réinventer loin d’une sphère publique et d’une activité politique, réduite par ceux qui devraient en incarner les beautés, à un espace de consommation et de gestion ; d’autres sont livrés à la prédation d’une idéologie obscurantiste, complotiste, séparatiste et inégalitaire qui poursuit ses propres objectifs. Dans les deux cas, nous sommes face à l’échec d’intégration au monde commun, à cet héritage qui est autant un legs, qu’une manière de vivre et un projet d’avenir. Et cet échec concerne une grande partie de la jeunesse, qu’elle vienne d’ici ou d’ailleurs. Elle nous concerne en tant que peuple quand elle aboutit à nourrir un séparatisme entre des communautés qui se définissent par la haine qu’elles se portent. Le commencement de ce travail de détachement, on y assiste dans la multiplication des revendications de séparatisme racial (les manifestations interdites aux blancs), dans le refus de séparer la peau de la chemise (celles qui revendiquent le voile s’assimilent à leur vêtement: elles «sont» leur voile, il est indissociable de leur personne, il les incarne et les définit), dans des revendications qui, sous prétexte d’être culturelles, remettent en cause notre contrat social. Cela ne peut qu’exacerber les tensions internes à la société. Et le refus des gouvernants d’affronter ces thèmes ne fait que faire bouillir plus fort le chaudron.

La tolérance, quand en face se dresse un ennemi dont l’idéologie vise à détruire ce que nous sommes, n’est que le faux nez de la lâcheté et de l’abandon.

Une vraie question nous est posée à travers cette histoire et nous n’avons pas le droit de nous en laver les mains. Combien de jeunes aujourd’hui grandissent dans le ressentiment et sont captifs de discours simplificateurs et haineux parce que nous ne savons pas leur faire partager nos principes émancipateurs, ni faire respecter nos lois et ce que nous sommes? Nos élites les ont oubliés, nos politiques ne savent pas en parler, nos institutions ne savent plus les incarner, les citoyens ne savent plus les défendre. Il y a toujours un écart entre la promesse républicaine et sa réalité. Mais là, cet écart normal est instrumentalisé par une idéologie totalitaire et agressive pour détruire toutes les richesses que porte cette promesse. Comme le dit très bien Dominique Schnapper: «Il faut justement analyser et dénoncer les manquements aux pratiques démocratiques (…). Mais on ne doit pas non plus juger comme sans effet l’affirmation de valeurs collectives qui fondent la légitimité de l’ordre politique ni les rejeter sous l’argument – vrai – qu’elles ont été et restent souvent mal appliquées ou même trahies». Affirmer l’égalité en droit de tous les êtres humains ne supprime pas d’un coup de baguette magique le sexisme ni le racisme, mais il permet de changer les mentalités, d’éduquer différemment les enfants, produit des effets en droit… Pour autant, il faudra lutter pour toujours essayer de rapprocher la promesse de sa traduction dans les faits. C’est aussi cela, la politique.

Alors il va falloir réapprendre à s’aimer, à aimer ce que l’on est, pour pouvoir l’offrir en partage, le rendre à nouveau désirable et donc le transmettre il faudra réapprendre, renouer les liens, empêcher d’autres Mennel de tomber entre des mains mal intentionnées mais habiles. Rappeler aussi aux grandes consciences qui ne s’épanouissent que dans la dénonciation, qu’en niant ce qui se passe sous leurs yeux, l’entrisme dans les quartiers et la diffusion de l’islamisme, c’est une partie de notre jeunesse qu’elles envoient dans le mur. Voilà pourquoi je pense que se taire, choisir la censure en espérant que cela fera disparaître le problème est le pire choix. La tolérance ne réglera pas tout. Car la tolérance, quand en face se dresse un ennemi dont l’idéologie vise à détruire ce que nous sommes et qui instrumentalise une jeunesse perdue pour arriver à ses fins, n’est que le faux nez de la lâcheté et de l’abandon.

Article complet: FIGARO — http://www.lefigaro.fr/vox/medias/2018/02/12/31008-20180212ARTFIG00222-celine-pina-l-indignation-selective-des-defenseurs-de-mennel.php

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/170827106626

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :