La Marche des fiertés s’élance sur fond de bisbilles


La Marche des fiertés s’élance sur fond de bisbilles:

Le mot d’ordre retenu par l’Inter-LGBT suscite des mécontentements.

«Les discriminations au tapis, dans le sport comme dans nos vies»: tel est le mot d’ordre de la Marche des fiertés 2018. Organisé par l’Inter-LGBT (Interassociative Lesbienne, Gaie, Bi et Trans), le défilé s’élancera samedi en début d’après-midi de la place de la Concorde. Derrière l’unité des drapeaux arc-en-ciel, ce mot d’ordre a fait des mécontents et a même été qualifié «d’indécent» par quelques associations.

À la veille de la révision de la loi de bioéthique qui pourrait aboutir à une extension de la PMA pour les couples de lesbiennes et les femmes célibataires, certains militants qui s’apprêtent à arpenter les rues de Paris auraient en effet aimé voir cette actualité mise plus en avant.

«Nous avons fait un choix différent, celui du slogan “PMA: l’égalité n’attend pas”. C’est la priorité. La promesse d’une loi sur l’ouverture de PMA date de 2012 et elle a été sans cesse reportée. Même si tous les voyants sont au vert, c’est important de faire pression sur le gouvernement et la majorité présidentielle pour demander d’ouvrir ce débat au Parlement dès cet automne», explique Joël Deumier, président de SOS Homophobie, une association partenaire de l’Inter-LGBT mais indépendante du collectif.

L’Association des familles homoparentales (ADFH) a également choisi de mettre en lumière le thème de la PMA «étant donné le calendrier politique actuel»

Alors que les opposants à la PMA pour toutes se sont massivement exprimés lors des États généraux de la bioéthique, les dernières déclarations d’Emmanuel Macron sur ce thème sont cependant jugées «positives» par le président de SOS Homophobie. «Une femme seule […] un couple du même sexe peuvent avoir un projet parental […] À partir du moment où l’on sait le faire, est-ce qu’on pense que c’est contraire à nos valeurs profondes, à nos principes, d’octroyer ce droit?», a déclaré le président lors de sa visite au Vatican. Sans se prononcer clairement, il a laissé entendre qu’un «cheminement» était possible. L’Association des familles homoparentales (ADFH) a également choisi de mettre en lumière le thème de la PMA «étant donné le calendrier politique actuel». Vendredi, l’association a dévoilé sur France Info un sondage Ifop selon lequel 64 % des Français et 80 % des personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres soutiennent la PMA pour toutes.

» LIRE AUSSI – La majorité se mobilise pour la Marche des fiertés

«Le mot d’ordre est centré sur les discriminations et le sport, en raison de l’organisation de la Coupe du monde en Russie, pays où l’homophobie est affichée et fait des victimes, mais cela ne nous empêche pas de continuer à réclamer cette PMA promise de longue date», tempère Clémence Zamora-Cruz, porte-parole de l’Inter-LGBT. En réponse aux inquiétudes de la Manif pour tous sur la «PMA sans père», le collectif a d’ailleurs prévu de brandir des pancartes: «PMA sans père et sans reproche». Reste que les organisateurs de la marche n’ont pas été épargnés par les querelles internes et les bisbilles en tout genre.

Dénonçant un «pinkwhasing» du gouvernement, de la Mairie de Paris ou encore des entreprises participant à la marche comme Mastercard ou Tinder, un collectif de plusieurs associations a annoncé que leurs militants ne défileraient pas derrière la banderole officielle. Et d’appeler à la constitution d’un cortège de tête «mené par des personnes queer et trans racisées et en non-mixité». «Nous invitons les personnes blanches à respecter cette non-mixité en se plaçant derrière elles/eux», précise leur communiqué qui n’a pas manqué de faire polémique sur les réseaux sociaux.

«On est très loin des valeurs républicaines et des valeurs inclusives de la Marche. C’est un phénomène préoccupant», se désole Yohann Roszewitch, conseiller à la lutte contre la haine et les discriminations anti-LGBT à la Dilcrah. Un acteur historique de la lutte contre le sida, Act Up, s’est de son côté agacé d’être placé en fin de cortège avec l’association Aides. «L’Inter-LGBT relègue les séropos et les précaires en fin de cortège, ce qui nous prive d’une visibilité satisfaisante pour faire entendre nos revendications», s’est émue dans un communiqué l’association qui n’a pas adhéré au mot d’ordre de la marche.

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/175409384816

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :