Le troublant phénomène des enfants stars sur YouTube


Le troublant phénomène des enfants stars sur YouTube:

Les vidéos ultraconsuméristes qui les montrent en train de déballer des montagnes de cadeaux font un carton. Mais une association vient de saisir la Défenseure des enfants pour dénoncer une forme de «travail illicite».

Ils s’appellent Athena, Kalys, Néo ou Swan. En quelques années, des enfants mis en scène par leurs parents sur le site Web d’hébergement de vidéos YouTube sont devenus les «stars» des internautes en culotte courte. Les plus jeunes de ces youtubeurs n’affichent pas plus de 4 ans. Ouverture de cadeaux, dégustation de bonbons et de chips, présentation et tests de jouets, sorties au fast-food… Autant de sujets de prédilection pour les chaînes «familiales» qui diffusent sur la Toile ces émerveillements enfantins face à tout ce que notre société de consommation produit pour les plus jeunes.

Devant la caméra de son papa, Kalys, qui partage la vedette de la chaîne Studio Bubble Teaavec sa petite sœur Athena, déballe et essaye toute une panoplie de la Reine des Neiges. Gadgets en pagaille, sourires gracieux de la fillette, commentaires attendris du papa et citations de marques à gogo… Mise en ligne en 2015, cette séance d’unboxing – le mot anglais pour décrire ce déballage de paquets face caméra – cumule près de 22 millions de vues sur YouTube. Créée en 2014, la chaîne YouTube Studio Bubble Tea affiche aujourd’hui plus de 1 million d’abonnés. Une autre chaîne YouTube, Swan The Voice – Néo & Swan, qui met en scène deux frères, s’est pour sa part envolée à près de 3 millions d’abonnés.

Flou juridique

La maman de Néo et Swan toucherait pour sa part entre 50.000 et 100.000 euros mensuels, selon une enquête d’«Envoyé spécial» diffusée en mai dernier

Un succès qui se monétise puisque les vidéos sont entrecoupées de spots publicitaires. Au-delà de 10.000 vidéos vues, YouTube verse près d’un euro pour 1000 vues à leurs auteurs. À ce pécule s’ajoute souvent le sponsoring des marques présentées à l’écran. Une manne dont le montant reste confidentiel.

Mickaël, le papa qui a lancé la chaîne Studio Bubble Tea, confirme ainsi toucher entre 10.000 et 50.000 euros par mois. «Un chiffre d’affaires soumis à des dépenses, charges et impôts en vigueur. Ce n’est pas un salaire», précise-t-il. La maman de Néo et Swan toucherait pour sa part entre 50.000 et 100.000 euros mensuels, selon une enquête d’«Envoyé spécial» diffusée en mai dernier. Mais la montée en puissance de ces chroniques familiales aux airs de catalogue publicitaire alerte des acteurs de la protection de l’enfance.

Selon nos informations, la Défenseure des enfants, Geneviève Avenard, a été saisie mercredi par l’Observatoire de la Parentalité et de l’Éducation Numérique (Open). Dans son courrier de saisine, l’association dénonce l’«activité professionnelle illicite» de ces mineurs qui «met en péril leur développement physique et psychologique». Ces derniers effectuent «un travail exercé sans officialisation et sans encadrement juridique aux fins de protéger l’enfant mineur», souligne la lettre. En cause, le flou juridique qui règne sur les activités des enfants sur Internet. Dans le cadre de ces activités numériques, ils ne bénéficient pas des règles qui limitent leur durée de travail sur des plateaux de tournage classiques par exemple ou qui obligent à déposer leurs revenus à la Caisse des dépôts et consignations jusqu’à leur majorité.

«Jusqu’à 35 vidéos par mois sont mises en ligne sur ces chaînes. Plusieurs parents ont même créé une société. Ils captent les loisirs de leurs enfants et en tirent des bénéfices importants sans aucun encadrement,  souligne Thomas Rohmer, président de l’Open. Il y a aussi un enjeu de droit à l’oubli. Qu’adviendra-t-il de ces enfants quand ils auront grandi? Ce sont des images qu’ils ne maîtrisent pas et qu’ils vont devoir assumer toute leur vie.»

Des enfants «fascinés»

«Ce sont mes filles qui sont demandeuses et qui s’amusent (en famille). Et elles ont aussi une vie de petites filles de leur âge à côté»

En mai dernier, l’association a déjà saisi le Conseil national de la protection de l’enfance (CNPE), une instance présidée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Elle a de surcroît écrit aux procureurs de Lyon et de Bobigny pour signaler cette situation. Reste à savoir si la justice pourrait lancer une enquête. De son côté, le créateur de Studio Bubble Tea réplique que ses filles ne tournent que «deux heures environ par semaine», un temps comparable à celui d’«une activité extrascolaire».

«Ce sont mes filles qui sont demandeuses et qui s’amusent (en famille). Et elles ont aussi une vie de petites filles de leur âge à côté», plaide-t-il. «Quant à l’avenir de mes filles, notre maison leur appartient. J’ai fait le choix de leur garantir un toit pour l’avenir […] À défaut de législation pour le moment, chaque idée a ses avantages pour mettre à l’abri nos enfants». En attendant, Studio Bubble Tea surfe sur son succès avec la création d’une gamme de jouets…

Au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), on s’inquiète également de l’impact de ces chaînes familiales sur les jeunes internautes. «Ils sont forcément fascinés par cette abondance de cadeaux et d’activités de loisirs. Ces vidéos peuvent engendrer de la frustration et contribuent à véhiculer chez un très jeune public l’idée que le bonheur passe par de la consommation permanente, relève Olivier Andrieu-Gérard, expert au comité Jeune public du CSA et coordonnateur à l’Union nationale des associations familiales (Unaf). Sur certaines de ces chaînes, ils sont exposés à une forme de publicité cachée, avec la mise en avant de marques, et n’ont pas toujours les moyens de faire la part des choses. Il faut repenser la régulation de ces médias numériques.» Pour ce, l’instance mise sur une directive sur la régulation audiovisuelle en discussion au niveau européen. La réflexion pourrait également être lancée dans le cadre des états généraux des nouvelles régulations numériques, annoncés la semaine dernière par le gouvernement.

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/176453579629

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :