Midterms: les modèles de prévision ont-ils annoncé les bons résultats?


Le Figaro a présenté trois semaines avant les élections de mi-mandat aux États-Unis des modèles de prévision électorale, certains basés sur des indicateurs économiques. Confrontation entre pronostics et résultats.

Le Figaro a présenté le 16 octobre les prévisions des midterms réalisées cet été par six des plus grands politologues américains spécialistes de la prévision électorale. Les co-auteurs de cet article, Véronique et Bruno Jérôme (*) cofondateurs d’ElectionScope dont nous tirerons les enseignements.

» LIRE AUSSI – Pourquoi les résultats définitifs des midterms ne sont toujours pas connus

• Les modèles économétriques ont-ils globalement vu juste?

Les modèles n’avaient pas annoncé de tsunami bleu (démocrate) et ils ont vu juste. Tous les modèles ont trouvé la couleur du vainqueur à la Chambre des Représentants où les Républicains ont perdu la majorité. Une fois encore, la «tradition» de pertes de sièges pour le parti du président dans les élections de mi-mandat a été respectée. S’agissant du Sénat, il n’avait fait l’objet que de deux prévisions et là aussi, les politologues Lewis-Beck et Tien tout comme Campbell ont été capables d’annoncer le maintien des Républicains et de se situer très proches du résultat final envisageant un gain d’un siège pour les premiers et deux sièges pour le second.

• Quel type de modèle a le mieux prévu?

Parmi les six modèles des spécialistes américains, certains ont sous-estimé le score des candidats Républicains à la Chambre des Représentants tandis que d’autres l’ont surestimé. Les résultats définitifs pour la Chambre n’ont pas encore été publiés. Nous estimons qu’ils devraient s’établir à une perte de 37 sièges pour les Républicains (**).

Le modèle de Morris (voir infographie pour la description des modèles) est au plus près de ce score (-39), suivi par Lewis-Beck-Tien et Campbell (-44) et puis Abramowitz qui a sous-estimé la perte (-30). Le modèle Bafumi-Erikson-Wlezien sous-estime davantage la perte républicaine (-27) tandis que Bitecofer la surestime largement (-52).

S’agissant de l’estimation des sièges en tant que tels, nous laisserons de côté le modèle de Bitecofer qui, incluant des déterminants socio-démographiques, a finalement largement sous-estimé le score des Républicains. Ainsi, en moyenne les modèles reposant sur les intentions de vote (Morris, Abramowitz, Campbell et Bafumi-Erikson-Wlezien) sont, à la marge, un peu plus performants que le modèle politico-économique de Lewis-Beck et Tien. L’erreur moyenne en valeur absolue est de 6,5 sièges dans le premier cas contre 7 sièges dans le second.

Cette «meilleure performance» s’explique par le phénomène que les politologues appellent l’ «asymétrie du blâme». Lorsque l’économie va bien, les électeurs récompensent les sortants moins intensément qu’ils ne les punissent quand l’économie va mal. On ajoute que, la situation économique s’améliorant, cette dernière recule dans les priorités des électeurs au profit d’enjeux plus politiques ou sociétaux.

• Et le rôle de l’économie dans tout cela?

La bonne santé de l’économie a, de toute évidence, limité la défaite de Donald Trump. ElectionScope, sans développer de modèle de prévision comme les équipes américaines, avait calculé, que compte tenu de la corrélation observée dans le passé entre l’évolution du pouvoir d’achat et les résultats aux Midterms (voir l’infographie publiée le 15 octobre) la hausse observée de 2,3% du pouvoir d’achat des ménages américains se solderait par une perte de 22 sièges pour les Républicains. Si l’économie avait été le seul déterminant du vote Donald Trump aurait ainsi conservé «de justesse» la Chambre des Représentants. Mais, du côté de la politique, le calcul de corrélation d’ElectionScope entre popularité du président et pertes (ou gains) de sièges établissait qu’une popularité de 40% conduirait à une perte de 40 sièges. En combinant ainsi, facteurs économiques et politiques, la prévision «rustique» d’ElectionScope réalisée en octobre estimait la perte moyenne à 31 sièges (moyenne de 22 et de 40) pour les Républicains, soit seulement 6 sièges d’écart avec les résultats électoraux du 6 novembre.

• Peut-on tirer quelques enseignements en vue de 2020?

Les midterms peuvent être considérées comme un référendum à mi-mandat sur la gestion de l’équipe au pouvoir. En ce sens, ce sont des élections barométriques, qui parfois constituent un indicateur potentiel crédible des chances de réélection du Président. Ainsi, les modèles ont, très tôt, annoncé que Donald Trump pourrait conforter sa majorité au Sénat et éviter une débâcle à la Chambre des Représentants que nombre de commentateurs attendaient cependant. Ce qui indiquait aussi qu’il conserverait quelques chances pour 2020. Les résultats réels confirment d’ailleurs que, s’il n’a pas gagné les Midterms, Donald Trump ne les a pas non plus perdues car, la victoire des démocrates est plutôt limitée avec 13 sièges de majorité absolue à la Chambre et une défaite sévère au Sénat.

(*) auteurs de La victoire électorale ne se décrète pas!, Economica, 2017; maîtres de conférences, respectivement en gestion à Paris Sud-Saclay et en économie à l’université de Paris-II; Véronique Jérôme est aussi directrice de la communication et membre du PFG @pol4casting.

(**) Au 10 novembre 2018, les Républicains détenaient 199 sièges et les Démocrates 226, 10 sièges restant à répartir pour recompte ou décompte non achevé (Californie (4), Géorgie (1), Maine (1), New Jersey (1), New York (1), Texas (1), Utah (1)). Après examen des résultats détaillés, nous avons réparti ces 10 sièges à raison de 5 pour les Démocrates et 5 pour les Républicains, ce qui conduit à 231 sièges pour les Démocrates et 204 sièges pour les Républicains. Soit une perte de 37 sièges pour les Républicains.

Source : Le Figaro Premium – Midterms: les modèles de prévision ont-ils annoncé les bons résultats?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :