Ruffin assume les «contradictions» et les «confusions» du mouvement des gilets jaunes


Ruffin assume les «contradictions» et les «confusions» du mouvement des gilets jaunes:

Sur France inter, le député de la France insoumise confirme qu’il participera à la journée du 17 novembre et n’hésite pas à la comparer au climat ayant précédé la prise de la Bastille, en 1789…

Contrairement à sa collègue de la France insoumise, Clémentine Autain, le député LFI François Ruffin sera présent dans la rue, le 17 novembre, pour «renifler» et «comprendre» cette mobilisation «biscornue», «un peu bizarre», pleine de «contradictions» et de «confusions». «J’y vais pour écouter, pour comprendre», a expliqué sur France inter l’ancien journaliste, qui s’est fixé comme objectif, dans son précédent métier, de «rendre visible la France invisible».

»Bricolage», «bidouillage»

François Ruffin n’a pas hésité à dresser une comparaison historique: «Le 14 juillet (1789), ce n’est pas parti de façon claire. Le matin du 14-Juillet, les gens ne se sont pas dit: ‘Ce matin, tiens, on va abattre ce symbole du despotisme qu’est la Bastille’ (…). Ça se passe dans la confusion et dans les contradictions», poursuivant son parallèle avec les gilets jaunes.

Sur le fond, le député de la Somme a fustigé le plan présenté par l’exécutif. «Les mesures du gouvernement sur l’écologie, c’est du bricolage, du bidouillage», a-t-il taclé. Il regrette ne pas avoir entendu le mot «justice» dans la bouche du président de la République.

Côté propositions, François Ruffin s’est dit «pour la sortie du diesel, du glyphosate et du plastique», sans s’étendre sur les moyens d’y parvenir. Il a toutefois suggéré une taxation des «porte-conteneurs» pour rapprocher la production des lieux de consommation et fait remarquer que les dividendes touchés par les sociétés d’autoroute, soit «4,5 milliards d’euros», suffiraient à rendre gratuits les transports publics «dans toutes les villes de France». Il a également cité l’exemple du Danemark qui interdit la vente des voitures diesel.

Le président est aujourd’hui «haï»

Au passage, François Ruffin a réagi à l’interview d’Emmanuel Macron, mercredi soir, qui a admis ne pas avoir réussi «à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants». C’est une «litote», a souligné le parlementaire, comparable au «va, je ne te hais point de Racine», a poursuivi Ruffin, s’emmêlant les pinceaux avec la citation du Cid de Corneille. En sortant de l’Élysée, «Jupiter a constaté le divorce» avec les Français, après son itinérance mémorielle. «Le président est aujourd’hui haï», a asséné le député picard.

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/180171146190

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :