Le futur vaisseau martien d’Elon Musk passera un premier test en avril


Le futur vaisseau martien d’Elon Musk passera un premier test en avril:

La fabrication du prototype du futur vaisseau interplanétaire de SpaceX, baptisé Starship, avance à grand pas sur le site texan de l’entreprise américaine.

Le projet de grand vaisseau spatial interplanétaire de SpaceX, destiné à voler au sommet de la future fusée géante de l’entreprise BFR, avance à grand pas au Texas. Elon Musk, le PDG de SpaceX a annoncé sur Twitter que le premier vol du prototype à basse altitude devrait avoir lieu dès le mois d’avril 2019, et que le vaisseau final avait 60% de chance d’être mis en orbite avant la fin 2020.

» LIRE AUSSI – Le premier client d’Elon Musk pour aller autour de la Lune est un milliardaire japonais

Le surprenant patron américain a toujours promis des calendriers hyper ambitieux qu’il n’a (presque) jamais respectés pour ses projets précédents, mais il a tout de même donné des preuves en image que l’assemblage du vaisseau progressait à grand pas. Ce projet de vaisseau réutilisable et capable de redécoller de Mars ou de la Lune, sobrement renommé Starship à la place de BFS (Big Falcon Ship), est totalement indépendant de la capsule habitée Dragon 2 qui va faire ses premiers vols d’essais cette année, et devrait, elle, emmener des astronautes de la NASA en orbite basse, vers la Station spatiale internationale.

Un vaisseau à l’aspect très rustique

Toujours sur Twitter, on peut constater que le prototype du Starship ne ressemble à aucun engin spatial connu: sa coque est composée de tôles d’acier inoxydable assemblées entre elles. L’assemblage sur le site d’essai de SpaceX à Boca Chica au Texas se fait sous le seul abri d’une grande tente amovible, et certaines opérations, comme le polissage de la coque se déroulent même à l’air libre. L’engin semble construit en trois parties: d’un côté le sommet et de l’autre la base, avec trois pieds d’atterrissage fixes, et une partie cylindrique pour le corps de l’engin.

Cet aspect inhabituel en inox brillant est le résultat de changements radicaux et récents dans l’architecture du vaisseau conçu par les équipes de SpaceX. Elon Musk justifie l’abandon de la fibre de carbone pour la coque par les importantes contraintes thermiques auxquelles l’engin devra résister: des conditions cryogéniques quand l’oxygène et le méthane liquides seront chargés dans les réservoirs, et une fournaise lors de sa rentrée dans l’atmosphère à très haute vitesse. Avec ce choix, l’engin ne devrait pas avoir besoin de bouclier thermique lourd (l’une des parties les plus complexes et les plus chères à entretenir sur les anciennes navettes spatiales de la NASA).

Elon Musk a promis de détailler les choix techniques de Starship après le premier vol d’essai du prototype. Les premiers essais n’iront pas dans l’espace. L’engin fera «seulement» des décollages et des atterrissages à la verticale, depuis le site d’essai de Boca Chica, près de la côte du golfe du Mexique, à l’extrême sud du Texas. Le prototype ne sera pas aussi grand que le vaisseau final, mais il fait en revanche le même diamètre, 9 mètres, et sera propulsé par les mêmes moteurs, Raptor, deux fois plus puissants que ceux qui propulsent l’actuelle fusée Falcon 9.

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/181549698346

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :