«Gilets jaunes»: face à l’opinion, le quitte ou double de l’exécutif


«Gilets jaunes»: face à l’opinion, le quitte ou double de l’exécutif:

Le trio Macron-Philippe-Castaner est à un moment de bascule où il peut soit provoquer un sursaut de ras-le-bol contre des «gilets jaunes» débordés par les casseurs, soit être victime de la colère d’une opinion qui n’en peut plus.

Pour le gouvernement, la bataille de l’opinion se joue maintenant. Face aux images révoltantes de samedi, les macronistes cherchent plus que jamais à incarner le «parti de l’ordre», à être les porte-voix de la révolte des Français contre la violence la plus choquante. Le langage de fermeté de l’exécutif ne peut qu’être approuvé, et soutenu. Mais il est insuffisant pour être rassurant. Un pouvoir n’est en effet pas jugé sur le niveau de son indignation, mais sur l’efficacité de sa réaction. Et lorsqu’il est défié par la rue, l’expression de son autorité n’a rien d’évident. Après les dégradations du 1er décembre à l’Arc de triomphe et les saccages dans différentes villes de France, le gouvernement avait su retourner une partie de l’opinion qui soutenait initialement le mouvement des «gilets jaunes». La loi anti-casseurs a reçu un soutien majoritaire. Bien qu’elle soit contestée. Peut-être même justement en raison de sa contestation par la gauche droits-de-l’hommiste et par la frange des Marcheurs qui lui en est proche. Cette critique-là valait label de fermeté. En reprenant en partie la copie du LR Bruno Retailleau, Emmanuel Macron avait réussi là où François Hollande avait échoué avec la déchéance de nationalité: faire voter une loi proposée par le camp d’en face et majoritairement approuvée par les Français.

Les Français vont-ils continuer à regarder le gouvernement comme un bouclier ? Ou vont-ils lui imputer l’incapacité à clore ce trop long feuilleton ?

En ce nouveau samedi noir à Paris, la loi n’est pas encore en vigueur et les événements en confirment le bien-fondé. Contrairement à ce que de beaux esprits, jusqu’au Défenseur des droits, le chiraquien Jacques Toubon, et quelques instances européennes ont prétendu, le problème n’est pas celui des lanceurs de balles de défense (LBD). Ce ne sont pas les libertés des manifestants qui sont menacées par la police, mais celles de citoyens qui le sont par les violents. Ce sont les casseurs, pas la loi anticasseurs, qui mettent en danger la République. Mais arrivés à ce constat, les Français vont-ils continuer à regarder le gouvernement comme un bouclier? Ou vont-ils lui imputer l’incapacité à clore ce trop long feuilleton? Vont-ils pointer l’échec de sa stratégie de maintien de l’ordre? Vont-ils l’accuser d’impuissance? Vont-ils lui reprocher d’être plus dans l’incantation que dans l’action?

Le trio Macron-Philippe-Castaner est à un moment de bascule où il peut soit provoquer un sursaut de ras-le-bol contre des «gilets jaunes» désormais débordés par les black blocs, «antifas» et autres énergumènes de l’ultra-gauche ; soit être victime de la colère d’une opinion qui n’en peut plus. Ils sont devant une sorte de quitte ou double qui explique la mise en scène si appuyée de leur mobilisation (retour du chef de l’État à Paris, cellule de crise, déplacements sur place…). Que ce nouvel abcès de violence intervienne à l’heure de la conclusion du grand débat national est également une mauvaise nouvelle pour le gouvernement: au moment où il voulait se projeter dans l’avenir, il doit à nouveau rendre des comptes sur un climat que deux mois d’un débat, portant réussi, n’ont pas suffi à apaiser.

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/183536582439

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :