«Gilets jaunes»: la radicalisation des profils en garde à vue


«Gilets jaunes»: la radicalisation des profils en garde à vue:

De plus en plus de manifestants autonomes, se qualifiant d’«anti-système», sont arrêtés par les forces de l’ordre lors des samedis de mobilisation. Des profils qui épousent la démographie d’une délinquance classique.

Moins de citoyens se revendiquant du mouvement des «gilets jaunes» et plus d’individus autonomes qui, sans fard, s’assument comme «anti-système» et ne se cachent plus derrière la célèbre chasuble fluo. Ainsi se dessine, au fil des samedis de mobilisation,
la sociologie des individus pris dans les filets policiers et présentés aux autorités judiciaires.

Cela n’empêche pas, cependant, ces «profils», désormais majoritaires, de nier les faits et les actes les plus graves, en affirmant n’être pas les bonnes personnes interpellées. «Sans doute pour certains parce qu’ils font déjà l’objet de condamnations»,
souligne-t-on dans le monde judiciaire. Ce lundi, il faudra cependant attendre le milieu de journée pour avoir des informations plus précises, notamment en ce qui concerne les récidivistes et les individus à qui avait été déjà infligée une peine complémentaire
d’interdiction de paraître, dont le non-respect peut se traduire par une incarcération immédiate.

Une délinquance classique

Dimanche à la mi-journée, ce n’était pas moins de 185 majeurs et une quinzaine de mineurs qui étaient toujours en garde à vue, soit plus du double d’une journée ordinaire au tribunal de grande instance de Paris. Le Barreau de Paris avait anticipé un tel
afflux, puisqu’il a mobilisé 70 avocats pour cette permanence de week-end à haut risque, avec la possibilité de désigner des renforts.

De source judiciaire, les femmes interpellées samedi ne représentaient qu’à peine 9% du total. 45% des personnes placées en garde à vue sont nées entre 1990 et 1999. Ce sont donc, sans surprise, les vingtenaires qui représentent le gros des
troupes des casseurs. Fait intéressant, plus d’un tiers des personnes placées en garde à vue, 37% exactement, sont des trentenaires tandis que 10% sont des quadragénaires. Une démographie des auteurs des dégradations, des violences et de la résistance
aux forces de l’ordre qui, sans surprise, épouse très exactement celle de la délinquance classique.

Dans les rangs de la défense d’urgence on note également qu’il commence à y avoir une proportion grandissante d’avocats de collectifs de manifestants d’extrême gauche. De quoi conforter l’idée que cette mouvance a efficacement noyauté le mouvement initial.

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/183537264049

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :