Les «gilets jaunes» totalement désorganisés


Les «gilets jaunes» totalement désorganisés:

La violence n’est pas condamnée par tous les meneurs, mais tous cherchent d’autres formes de mobilisation.

Faut-il s’attendre à un prochain rassemblement dans la capitale samedi prochain? Déjà, les réseaux sociaux l’annoncent. «On lâchera rien», «on retourne à Paris», est-il écrit sur plusieurs sites. La violence qui a éclaté sur les Champs-Élysées ce week-end ne semble donc pas décourager une partie des «gilets jaunes».

Malgré ces mots d’ordre lancés, rien ne dit que les Parisiens auront de nouveau à craindre une nouvelle manifestation samedi prochain. Pour certains «gilets jaunes», en effet, cet acte XVIII – destiné à prouver que le mouvement restait toujours actif – doit être le dernier de la liste. Les rassemblements qui se sont enchaînés depuis maintenant quatre mois doivent cesser et laisser place à d’autres formes d’action. Telle est la position d’un des leaders les plus radicaux de la contestation, Éric Drouet. Pour lui, des opérations de blocage en vue de paralyser l’économie du pays doivent désormais être menées à travers la France.

Un seuil de violence inadmissible

Mais cette position est loin de faire l’unanimité. Les «gilets jaunes», qui se sont certes davantage mobilisés ce week-end par rapport au précédent, sont à la recherche d’un nouveau souffle. Pour continuer à être visibles, d’autres responsables plaident, au contraire, pour le maintien de la contestation dans la rue. «Christophe Castaner dit que notre mouvement est mort. Nous avons démontré ce samedi que nous étions toujours présents et il faut continuer», insiste Maxime Nicolle, alias Fly Rider, qui veut désormais la poursuite des manifestations en province. «Paris a assez vu la colère du peuple et les “gilets jaunes” pourraient rester dans leur ville pour s’y rassembler», dit-il sans condamner les violences de ce week-end à Paris. «Elles sont l’œuvre des black blocs mais aussi, c’est vrai, de “gilets jaunes”. Mais cette violence est la réponse à celle d’un gouvernement qui ne fait rien contre les plus démunis», dit-il.

De son côté, selon Benjamin Cauchy, autre leader, le week-end qui vient de s’écouler a atteint un seuil de violence inadmissible. «Le mouvement ne doit plus manifester sur Paris. Il y a trop de débordements à chaque fois», dit-il en soulignant que les manifestations en province, ce week-end, se sont déroulées, quant à elles, sans incidents. «Il y a eu des rassemblements à Marseille, Bordeaux, Montpellier et toutes se sont tenues correctement», souligne-t-il. Si la mobilisation doit continuer dans ces grandes villes, selon lui, les «gilets jaunes» sont arrivés à un tournant. Même si le mouvement n’est pas en perte de vitesse, il doit trouver d’autres modes d’expression pour continuer à vivre. «On le voit bien, les ronds-points se sont vidés, la mobilisation dans la rue ne donne rien. Il faut passer à l’expression par les urnes», dit-il. Cette semaine, il doit annoncer son intention de rejoindre un mouvement politique.

«Les “gilets jaunes” sont devenus le cheval de Troie des black blocs qui profitent de leur mobilisation pour venir tout casser. Cela ne peut pas durer»

Pour Benjamin Cauchy, il y a aujourd’hui urgence pour ces contestataires à se dissocier des violences. «Les “gilets jaunes” sont devenus le cheval de Troie des black blocs qui profitent de leur mobilisation pour venir tout casser. Cela ne peut pas durer. Ces débordements discréditent le mouvement et le gouvernement en profite pour le dénigrer davantage», déplore-t-il.

Pourtant, ce week-end, à Paris, d’autres «gilets jaunes» ont manifesté dans le calme. Nombre d’entre eux ont rejoint les cortèges pour la défense du climat. François Boulo, autre responsable du mouvement, en faisait partie tout comme son bras droit, Sébastien Lelièvre, «gilet jaune» à Caen. «Nous avons pu manifester sans heurts et c’est ce que nous devons faire à chaque fois», indique-t-il. «C’est de cette manière que le mouvement pourra survivre», poursuit-il en réfléchissant à l’élaboration d’une charte à l’attention des «gilets jaunes». Un code de bonne conduite pour éviter le piège de la violence. Mais, selon lui, le gouvernement a aussi un rôle à jouer. «Il doit faire l’annonce de mesures fortes le plus vite possible.» Sans cela, affirme-t-il, le mouvement pourrait repartir de plus belle et les plus radicaux pourraient, une fois de plus, entretenir un jeu bien dangereux avec la violence.

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/183537858520

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :