Les églises, victimes d’un inquiétant vandalisme


Les églises, victimes d’un inquiétant vandalisme:

Saccages, vols, profanations… Les lieux de culte catholiques sont pris pour cible sur tout le territoire, avec près de trois actes commis par jour. Des élus LR interpellent les autorités.

«Dieu pardonnera, moi pas»: Bernard Carayon, maire de Lavaur, dans le Tarn, ne décolère pas depuis la profanation qui a visé, le 5 février dernier, la cathédrale Saint-Alain, joyau du gothique méridional. En fin de journée, deux lycéens, identifiés
grâce à des caméras situées à proximité, investissent le lieu de culte, embrasent l’autel d’une des chapelles de l’édifice ainsi qu’une crèche. Un crucifix est retourné, un second jeté tandis qu’un troisième Christ en croix a le bras tordu pour lui
faire prendre une pose grotesque dans le confessionnal.

» LIRE AUSSI – Les églises, cibles d’une série de profanations

«On venait d’achever cinq  années de travaux de restauration, pour une facture de 2 millions d’euros. Il a fallu en appeler aux pompiers pour aspirer l’épaisse fumée noire»

Bernard Carayon, maire de Lavaur

«Cet acte fondamentalement antichrétien a été perpétré au moment même où l’on venait d’achever cinq  années de travaux de restauration, pour une facture de 2 millions d’euros, s’indigne l’édile du Tarn. Il a fallu en appeler aux pompiers pour
aspirer l’épaisse fumée noire et à une quarantaine de paroissiens pour remettre de l’ordre.»

Si l’élu se dit «très chagriné et très surpris de l’entreprise de relativisation des évêques, en particulier de Mgr Georges Pontier, président de la conférence des évêques de France et originaire de Lavaur», Laurent Wauquiez, de son côté, se rend vite
sur place pour fustiger la «christianophobie dans le pays». Dans la même semaine, quatre autres dégradations avaient été répertoriées dans des lieux de culte catholiques: à Maisons-Laffitte et Houilles, dans les Yvelines, à Dijon et à Nîmes. «Plusieurs
églises profanées en peu de jours, ce n’est pas anodin, lance alors le chef de file des Républicains. Il ne doit pas y avoir d’omerta là-dessus. On doit pouvoir réagir […] C’est quelque chose qui blesse la France .»

Dans la foulée, le premier ministre, Édouard Philippe, est à son tour monté au créneau avec ce tweet: «Dans notre République laïque, on respecte les lieux de culte. De tels actes me choquent et doivent être unanimement condamnés. Je le dirai aux évêques
de France lors de la réunion de l’instance de dialogue avec l’Église catholique.»

Un dernier bilan, daté du 14 mars et que révèle Le Figaro, est édifiant. Dressé par le Service central de renseignement criminel (SCRC) de la gendarmerie, qui couvre 95 % du territoire, il recense 129 vols et pas moins de 877  dégradations
ciblant des édifices catholiques sur l’ensemble du pays en 2018. Soit près de trois actes de vandalisme (2,75) par jour. Même s’il traduit un léger tassement au regard des années précédentes, en particulier de 2017 où un pic de 1045  faits
a été atteint, le phénomène se maintient à un seuil plus que préoccupant. Un constat confirmé par le ministère de l’Intérieur qui a relevé, pour sa part, 1063 actes antichrétiens en 2018, en comptant les cimetières.

Dépeçage généralisé

Sur le front les dégradations, l’enchevêtrement des faits donne le vertige. Leur nature suscite l’indignation. Vitraux brisés, bénitiers renversés et tabernacles forcés dans le sanctuaire vendéen de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, croix de cinquante centimètres
tracée à l’aide d’excréments et «ornée» d’hosties collées aux murs de Notre-Dame-des-Enfants à Nîmes, mais aussi statues détériorées, troncs cassés et autres cierges brisés à Morteau… Aucune parcelle du territoire n’est épargnée par ces actes.

Au chapitre des «vols d’objets religieux dans les églises», les gendarmes spécialisés sont formels: «Il s’agit majoritairement de vols d’opportunité et plus rarement de groupes criminels organisés.» Si l’on fait exception du spectaculaire cambriolage du Trésor de la cathédrale d’Angoulême, en novembre 2017,
pour un préjudice estimé à 60.000 euros, l’un des faits les plus saillants remonte à seulement deux semaines, avec le démantèlement d’une équipe ayant écumé vingt églises du nord de la France et de Belgique. Au total, une centaine de pièces liturgiques,
classées au patrimoine pour certaines, ont été récupérées pour une valeur globale de 100.000 euros.

«Ces vols n’ont aucune motivation antichrétienne mais bel et bien un intérêt financier»

Des militaires spécialisés

Formels, les gendarmes assurent qu’il s’agit de «vols d’opportunité, commis sans effraction, l’accès aux églises étant facilité par le fait qu’elles sont le plus souvent ouvertes pour être accessibles au public ou, lorsqu’elles sont closes, les systèmes
de fermeture présentent peu de résistance». Ce dépeçage généralisé n’a plus de limite, puisqu’il vise même les installations électriques ou le dallage, très prisé de collectionneurs comme ont pu le déplorer des églises bourguignonnes il y a deux ans.

«Ces vols n’ont aucune motivation antichrétienne mais bel et bien un intérêt financier », observent les militaires spécialisés en rappelant qu’«un calice peut être monnayé entre 200 et 2000 euros». Toujours selon nos informations, les deux zones
les plus touchées s’étendent actuellement de Vannes à Saint-Nazaire ainsi qu’entre Valence et Avignon.

L’une des affaires les plus insolites remonte au 2 janvier 2017. Ce jour-là, l’hebdomadaire normand Les Nouvelles de Falaise diffuse une étrange «alerte enlèvement d’un nourrisson» à Thury-Harcourt, une commune de 3700 âmes dans le Calvados. Elle
émane du père Michel Roger, curé de la paroisse de Notre-Dame de Bonne-Nouvelle, «cambriolée» sans effraction deux jours après Noël. «Le nourrisson était vêtu d’une couche seulement. Il répond au nom de Jésus. Ses parents, Marie et Joseph, très inquiets
demandent que leur soit rendu leur enfant et, si possible, son petit mouton préféré dans les meilleurs délais, à leur domicile ou proche de leur domicile», poursuit non sans malice l’ecclésiastique qui exerce son magistère sur 61  clochers,
isolés pour certains au cœur de la campagne.

Comment protéger les quelque 42.258 églises et chapelles paroissiales dénombrées au 1er mars dernier par l’Observatoire du patrimoine religieux? En raison de la désertification des campagnes,
du reflux de la fréquentation des fidèles et de la crise des vocations des prêtres, la question frise la gageure. Si, dans nombre de sites, la solution réside dans la fermeture des églises en dehors des horaires des messes ou dans les visites sur
rendez-vous, les édifices les plus importants sont désormais équipés d’alarmes et de vidéosurveillance. Mais la facture, souvent lourde, interdit de généraliser ces dispositifs de défense passive qui ont pourtant fait leurs preuves dans les commerces,
même les plus modestes.

Après l’Italie, la France reste aujourd’hui encore le deuxième pays dont le patrimoine cultuel est le plus convoité. Pillée, vandalisée, martyrisée, la fille aînée de l’Église n’en finit plus de subir la ronde pastorale des profanateurs.

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/183795508427

Publicités

Un commentaire sur “Les églises, victimes d’un inquiétant vandalisme

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :