Vandalisme dans les églises: du simple tag à la profanation


Vandalisme dans les églises: du simple tag à la profanation:

De nombreux édifices religieux on récemment subi des dégradations.

Qui a entendu parler du saccage du prieuré de Saint-Jean des Balmes, en Aveyron? De ces adolescentes qui «jouaient» à uriner dans le bénitier de l’église de Villeneuve-de-Berg, en Ardèche? Du vol du ciboire en vermeil de la basilique Saint-Eutrope à Saintes, en Charente-Maritime, tandis que les hosties étaient éparpillées derrière l’autel? Tous ces méfaits ont pourtant été perpétrés ce mois-ci, sans compter les nombreuses autres atteintes à des lieux de culte chrétiens qui ont eu lieu ces dernières semaines, un peu partout en France. Vitraux brisés, statues décapitées, murs tagués… Les églises ne sont pas uniquement la cible de petits voleurs de troncs. «Les actes antichrétiens ne cessent de croître : je reçois en moyenne deux signalements par jour!, indique Daniel Hamiche, administrateur de l’Observatoire de la christianophobie. Alors que j’ai recensé 33 profanations en 2018, nous en sommes déjà à une douzaine pour 2019. Février a été le mois le plus lourd: j’ai compté 49 actes de vandalisme.»

» LIRE AUSSI – Dégradations dans des églises: «Les chrétiens doivent faire entendre leur voix»

Tags, portes et grilles arrachées, le prieuré de Saint-Jean des Balmes, à Veyreau, a récemment subi de nombreuses dégradations. «C’est un acte honteux et lâche de s’attaquer à un lieu historique et encore plus à une église!, s’effare Miguel Garcia, maire de la commune, dans Midi Libre. C’est surtout sa symbolique qui interpelle.» Rien qu’en Charente, neuf églises ont été vandalisées depuis janvier. À Hyères, dans le Var, la chapelle Notre-Dame de Santé, régulièrement taguée, l’a encore été la semaine dernière. À Vittel, dans les Vosges, un Christ sur une «croix de chemin» datant de 1839 a connu de multiples déboires: cassé plusieurs fois, déplacé, mutilé… Huit jours après sa remise en place, mi-mars, le bas de son corps a été arraché.

Crier leur haine

Certes, ce ne sont parfois que des «jeux» d’ados mal cadrés. Comme ces cinq copines qui se filmaient en train de danser sur l’autel de l’église de Villeneuve-de-Berg. Deux extincteurs vidés sur les bancs, le cierge pascal et une statue renversés: là encore, cinq jeunes de 12 à 15 ans sont en garde à vue pour des dégradations commises le 11 mars dans l’église Saint-Louis de Strasbourg. «En plus, on vient d’avoir des dégradations similaires dans une autre église!, s’exclame Nicolas Matt, l’élu en charge des relations avec les cultes. Mais rien à voir avec la profanation du cimetière juif de Quatzenheim! Il s’agit là d’incivilités dues à une méconnaissance des valeurs plutôt que d’un acte politique.»

» LIRE AUSSI – «À quoi bon défendre les chrétiens? Ça ne rapporte rien!»

«La seule église qui illumine est celle qui brûle!», a-t-il été tagué en février sur le portail d’une école catholique à Sète. Parfois, des activistes profitent d’un accident pour crier leur haine. À Grenoble, alors que la piste accidentelle était privilégiée dans l’incendie qui a entièrement détruit l’église Saint-Jacques, en janvier, un groupuscule anonyme a revendiqué le sinistre. «Nous avons débridé nos rages en incendiant l’église», dit le texte. Signé «Des courts circuits».

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/183797677098

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :