Le progrès ne tombe pas du ciel prétend théoriser le macronisme: pas rassurant!


Le progrès ne tombe pas du ciel prétend théoriser le macronisme: pas rassurant!:

Au fil des pages du livre d’Ismaël Emelien et David Amiel, aucune grâce d’écriture, aucune évocation, aucun lyrisme ne vient alléger la pénible impression de lire une fiche de communicant.

Le macronisme était une geste, un verbe, une incarnation: on allait enfin en connaître la doctrine. Le progrès ne tombe pas du ciel (Fayard): dans un essai au titre anti-jupitérien, deux des conseillers d’Emmanuel Macron, jusqu’ici silencieux, allaient livrer enfin la pensée du président philosophe et le sens de sa victoire en 2017. C’est donc avec curiosité qu’on a ouvert le livre d’Ismaël Emelien et David Amiel. Las, c’est peu de dire que ces 150  pages sont décevantes. Aucune grâce d’écriture, aucune évocation, aucun lyrisme ne vient alléger la pénible impression de lire une fiche de communicant.

» LIRE AUSSI – Les théoriciens du macronisme sortent de l’ombre

Emelien et Amiel ambitionnent pourtant de donner du fond au mantra du président, qui martèle que l’opposition entre progressistes et populistes est la seule envisageable. Ils veulent faire la preuve que le macronisme n’est pas un pragmatisme, mais qu’il repose sur «un socle cohérent et exigeant de convictions». On ne piochera pas dans leur ouvrage des références intellectuelles qui puissent donner l’indication d’une filiation idéologique: le sociologue Marcel Gauchet seul trouve grâce à leurs yeux, entre des citations de John Lennon et Martin Luther King. On ne trouvera pas non plus le sens de la nuance qu’on aurait auguré chez des théoriciens du «en même temps»: le passé, noirci au possible («Pendant des millénaires, le quotidien a consisté à accepter et à exécuter au mieux les devoirs imposés par la société») est opposé à la glorieuse révolution des Lumières qui a permis enfin le règne de l’autonomie individuelle, tandis que les libéraux (les gentils) sont schématiquement opposés aux marxistes (les méchants) et aux conservateurs (les très méchants).

La bonne vieille «égalité des chances» ou la très républicaine «méritocratie» leur paraissent trop ringardes: maximiser les possibles, ça fait sans doute plus Obama

Ce traité de savoir-vivre à l’usage des Marcheurs repose sur un principe: «maximiser les possibles». «Chacun de nous a plusieurs vies possibles qui l’attendent et a besoin de pouvoir les explorer, en luttant contre tous les déterminismes» estiment les auteurs. Dès lors il faut lever les obstacles, les freins, qui empêchent les individus de se saisir de leurs potentialités, telles que l’immobilité géographique, ou la rente immobilière. La bonne vieille «égalité des chances» ou la très républicaine «méritocratie» leur paraissent trop ringardes: maximiser les possibles, ça fait sans doute plus Obama.

Ils prônent la «décentralisation» avec une naïveté parfois touchante (pourquoi ne pas mettre la Cour des comptes en province puisque la Bundesbank allemande est bien à Francfort!). Hardis, ils proposent de «commencer par le bas»: on se demande bien où étaient les deux conseillers pendant les deux premières années d’un mandat vertical.

La pauvreté conceptuelle de l’ouvrage nous oblige à nous référer ailleurs pour pouvoir lire entre les lignes. Dans son livre Il faut s’adapter (Gallimard), la philosophe Barbara Stiegler décrit bien les soubassements de cette philosophie néolibérale, qui se distingue du libéralisme en ce qu’elle rompt avec le traditionnel laisser-faire pour «organiser» l’émancipation des individus (qui ne tombe, donc, pas du «ciel»). D’où l’accent par exemple mis sur la formation qui doit intervenir «tout le long de la vie» pour permettre une continuelle adaptabilité des individus à une société en mutation.

Les trois ennemis du Progrès sont d’après eux «le populisme de droite», qui «veut figer l’identité», le «populisme de gauche» qui «veut figer l’économie», et «l’intégrisme»

Ce progressisme n’a rien de neuf. Il s’appuie sur une vision malléable de la nature humaine, l’insatiabilité des désirs et la plasticité de nos besoins voués à toujours s’accroître. Selon Emelien et Amiel, l’origine de nos maux réside dans la «frustration» que constitue le décalage entre les promesses de l’autonomie et la réalité. Mais les auteurs ne perçoivent jamais que cette frustration est encouragée, promue par la société de consommation dont elle est le moteur.

Les trois ennemis du Progrès sont d’après eux «le populisme de droite», qui «veut figer l’identité», le «populisme de gauche» qui «veut figer l’économie», et «l’intégrisme», comprendre, la Manif pour tous et les islamistes. «La caserne, le kolkhoze et le couvent», qu’il faut fuir à tout prix, et troquer, peut-être pour l’Eurostar, un espace de coworking, ou un rooftop, lieux permettant sans aucun doute d’ouvrir de meilleures «opportunités».

Aujourd’hui, la mondialisation qui bouleverse les acquis sociaux, l’équilibre environnemental et le droit à la continuité historique des peuples impose moins de «maximiser les possibles» que de préserver l’existant. «Comment se fait-il que des gens sérieux continuent à croire au Progrès alors que les évidences les plus massives auraient dû, une fois pour toutes, les conduire à abandonner cette idée?» écrivait déjà le sociologue américain Christopher Lasch dans Le Seul et Vrai Paradisen 1991. Emelien avait 4 ans, Amiel n’était pas né. Mais déjà le progressisme était tombé du ciel des idées.

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/183883163854

Publicités

Un commentaire sur “Le progrès ne tombe pas du ciel prétend théoriser le macronisme: pas rassurant!

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :