Bonne nouvelle, « les impôts vont encore baisser »


Bonne nouvelle, « les impôts vont encore baisser »:

Le grand débat maintenant terminé, le gouvernement attend avec impatience les pistes de travail déterminées par Emmanuel Macron pour la deuxième partie de son quinquennat. Alors que la baisse des impôts pour les classes moyennes est un sujet récurrent de revendication, Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics assure, dans les colonnes du Journal du Dimanche, que ça va devenir une réalité. “Le président de la République nous a demandé de rétablir les comptes publics au service d’une ambition : baisser les impôts. Nous l’avons donc déjà fait en supprimant les cotisations salariales pour le chômage et la maladie, la taxe d’habitation, l’ISF, en créant une flat tax sur les revenus du capital, en allégeant l’impôt sur les sociétés, en supprimant une vingtaine de petites taxes dès 2018… Nous sommes le gouvernement qui a le plus diminué les impôts au cours de ces vingt dernières années”, a-t-il déclaré.

Aider ceux qui gagnent entre un et trois SMIC

Le ministre explique également que le gouvernement est prêt à privilégier les classes moyennes, en baissant leur impôt sur le revenu. “Celui ou celle qui gagne entre un et trois SMIC, qui paie un loyer élevé, qui a besoin de sa voiture pour aller travailler, qui vit seul(e) et doit faire garder ses enfants et qui a peur de ne pas s’en sortir, c’est lui ou elle que nous devons aider”, a-t-il fait savoir, toujours dans le JDD.

Concernant l’impôt pour tous, Gérald Darmanin n’a pas peur de dire qu’il est contre. Pour lui, faire payer l’impôt sur le revenu à ceux qui sont au RSA ne reviendrait pas à une baisse d’impôt, mais bien à une hausse et serait ainsi contraire au plan de route d’Emmanuel Macron d’aider les plus démunis.

>> A lire aussi : Impôt sur le revenu : vers un allègement pour les classes moyennes

Interrogé sur une baisse de la TVA voulue par les Gilets jaunes, Gérald Darmanin a estimé que ça ne constituait pas le “meilleur moyen de soutenir le pouvoir d’achat” car “la difficulté avec la TVA, c’est que la baisse ne se répercute pas forcément au profit du consommateur”. “Il ne faudrait pas qu’une perte de recettes pour l’État se traduise seulement par une augmentation des marges des distributeurs. C’est souvent ce qu’on a observé par le passé”, a-t-il ajouté.

Source: capital.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :