Chez Amazon, un algorithme vire les employés « pas productifs »


Chez Amazon, un algorithme vire les employés « pas productifs »:

D’après les documents révélés par The Verge, Amazon aurait mis en place un système qui note automatiquement les employés pour leur productivité, et qui leur envoie des avertissements, voire un avis de licenciement en cas de défaut de productivité. 

En février dernier, Amazon révélait ses résultats annuels pour 2018, bien supérieurs aux attentes de la plupart des analystes : le chiffre d’affaires s’est élevé sur l’année 2018 à 233 milliards de dollars, soit une hausse de 31% par rapport à 2017. Si la santé financière de l’entreprise est au beau fixe, on ne peut en dire autant de celle morale et physique de ses employés.

En avril, The Guardian pointait le manque de considération de la plateforme d’e-commerce pour ses employés blessés, des employés qui doivent se battre pour obtenir des soins médicaux pour des blessures dues à leur travail. C’est cette fois-ci The Verge qui révèle de bien curieux procédés : en l’espace de 14 mois, Amazon aurait viré plus de 300 employés dans un seul entrepôt de Baltimore, pour défaut de productivité. Plus glaçant encore, les documents recueillis par The Vergeune lettre, augmentée d’informations venant d’un avocat représentant l’entreprise – révèlent un système automatisé d’avertissement et de licenciement. 

Amazon Terminations by on Scribd

 

Les Temps modernes 2019

Dans les faits, Amazon définit un taux de productivité renseigné pour chaque employé dans un système automatisé. « Le système d’Amazon enregistre les taux de productivité de chaque salarié et sur cette base, génère automatiquement avertissements et lettres de licenciement sans action du superviseur », lit-on dans la lettre. Amazon précise que les superviseurs sont éventuellement en mesure de révoquer le licenciement, sans préciser toutefois les modalités. « Les salariés d’Amazon nous disent se sentir traités comme des robots, parce que leur travail est géré et supervisé par des robots », commente auprès de The Verge Stacy Mitchell, co-directrice de l’Institut pour l’autonomie locale (Institute for Local Self-Reliance) et grande critique de l’entreprise américaine. 

Amazon ou une version 2019 des Temps modernes (Image issue du film Les Temps modernes, 1936)

Le système note également le « TOT », le « time off task », soit le temps passé à ne pas travailler. Si l’employé a interrompu son travail trop longtemps, il reçoit alors des avertissements qui peuvent mener à un licenciement. Certains employés éviteraient de faire leur pause pipi pour être certains d’assurer leur taux de productivité. Amazon indique aussi prévoir une nouvelle formation pour les 5% les moins efficaces de l’entrepôt et change les objectifs de productivité dès que 75% des employés atteignent les leurs. Ou quand le supplice de Sisyphe prend effet dans le monde du travail. Atteins ton objectif, on l’élèvera. 

Amazon en plein déni ?

L’ironie de l’affaire veut que la fameuse lettre ait été produite comme défense par Amazon, qui souhaitait dénoncer les accusations d’un employé qui pensait avoir été viré pour son engagement politique. Surtout pas, argue l’avocat de la firme, Amazon ne vire pas pour engagement politique, mais par manque de productivité. Et pour justifier l’action de l’entreprise, s’est fendu de ces explications.

Rappelons qu’en France, l’entreprise a viré quatre de ses employés pour avoir soutenu les Gilets jaunes sur Facebook. Amazon considère également que ses employés bénéficient d’avantages suffisants, dont le taux horaire de 15 dollars de l’heure aux États-Unis (obtenu au forceps par les travailleurs au prix de manifestations sur plusieurs années) pour accepter les exigences auxquelles on l’expose. L’entreprise serait-elle en plein déni ou en belle crise de mauvaise foi ?

« Aujourd’hui, je mets au défi nos principaux concurrents dans le commerce (vous vous reconnaîtrez !) de faire aussi bien que nous et de mettre en place un salaire minimum de 15 dollars. » C’est en termes que le patron d’Amazon, Jeff Bezos, roule des mécaniques dans une lettre ouverte publiée le 11 avril où il s’érige Robin des Bois des GAFA. Une attitude pas vraiment appréciée par ses concurrents de la grande distribution. Sur Twitter, le vice-président de Walmart, Dan Bartlett s’amuse à détourner l’injonction de Bezos d’un « Hé, concurrents dans le commerce (vous vous reconnaîtrez ! ), pourquoi ne pas payer vos impôts ? ». Et d’ajouter dans son tweet le lien redirigeant vers un article pointant l’absence d’impôts d’Amazon qui dégage pourtant en 2018 11,2 milliards de profits. 

SUR LE MÊME SUJET

> Amazon licencie quatre salariés pour avoir soutenu les gilets jaunes sur Facebook

Pour la justice américaine, vos amis Facebook ne sont pas vos vrais amis

Amazon accusé de « destruction massive » de produits neufs

Amazon en guerre contre les syndicats

Image à la Une : Manifestations contre Amazon dans le Queens en 2018 – Shutterstock

Usbek & Rica
Source: usbeketrica.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :