L’intérieur annonce une nouvelle loi Renseignement


L’intérieur annonce une nouvelle loi Renseignement:

L’intérieur annonce une nouvelle loi Renseignement

« Forcément, il y aura une nouvelle loi, car un certain nombre de dispositifs arrivent à échéance en 2020. Il s’agira d’en faire le bilan et de les pérenniser éventuellement ».

Sur le plateau du Grand Jury RTL / Le Figaro / LCI, Laurent Nuñez confirme qu’une nouvelle loi Renseignement va être présentée, déjà pour régler la clause d’extinction associée aux boîtes noires de la loi de 2015.

Pour mémoire, le gouvernement avait fait passer ces dispositifs de traitements automatisés de données de connexion, alors très critiqués, en leur associant une date d’extinction à la fin 2018. En 2017, dans le projet de loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, cette date fut repoussée au 31 décembre 2020.

À l’approche de la date fatidique, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur prévient que ce dispositif pourrait donc être finalement sacralisé. Tout dépendra du bilan des boîtes noires, que le gouvernement doit dresser au plus tard le 30 juin 2020, comme ce fut là aussi voté.

Surtout, le représentant de l’Intérieur prévient que ce réexamen « sera aussi l’occasion de voir, avec l’ensemble des services de renseignement, s’il faut adapter nos techniques au développement de nouvelles technologies, comme le développement de la 5G ».

Après les propos de la députée Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission des lois à l’Assemblée nationale, il s’agit d’un nouveau témoignage d’une réforme assurée du texte de 2015.

À découvrir dans #LeBrief

Voilà plus d’un an que l’annonce avait été faite outre-Atlantique par le département d’État. La mesure, qui avait même fait l’objet d’une proposition de loi en 2017, est désormais effective.

Les demandeurs d’un visa devront désormais fournir leurs noms utilisés sur les réseaux sociaux, leurs précédentes adresses email et l’ensemble de leurs numéros de téléphone utilisés ces cinq dernières années.

« La sécurité nationale est notre priorité absolue lors du traitement des demandes de visas, et chaque voyageur ou migrant vers les États-Unis est soumis à un contrôle de sécurité approfondi » a expliqué le département d’État à l’agence Associated Press. Nous travaillons constamment à l’amélioration de mécanismes pour améliorer nos systèmes de vérification afin de protéger les citoyens américains, tout en favorisant les voyages légitimes vers les États-Unis ».

Si l’ancien système réservé aux zones à risques concernait 65 000 personnes, le nouveau régime en frappera 14 millions chaque année.

Donald Trump veut reconquérir la Lune et envoyer des hommes sur sa surface en 2024. Avant de poser le pied, plusieurs missions sans équipage, mais avec des charges utiles, sont prévues.

Dans le cadre du programme Commercial Lunar Payload Services (CLPS), trois sociétés ont été retenues pour le moment. Elles devront se charger de l’intégration de leur charge utile, du lancement depuis la Terre et de l’atterrissage à la surface de la Lune :

  • Astrobotic : 79,5 millions de dollars pour aller vers Lacus Mortis
  • Intuitive Machines : 77 millions de dollars pour aller vers Oceanus Procellarum
  • Orbit Beyond d’Edison : 97 millions de dollars pour aller vers Mare Imbrium

Pour rappel, la NASA veut ensuite installer une présence humaine sur la Lune en 2028, avec une première base.

Skybound Games et Beamdog annoncent que les titres vont revenir d’outre-tombe sur PlayStation 4, Xbox One et Nintendo Switch.

Baldur’s Gate: Enhanced Edition Pack, Baldur’s Gate II: Enhanced Edition Pack,  Planescape: Torment et Icewind Dale Enhanced Edition seront disponibles le 24 septembre aux États-Unis , alors qu’il faudra attendre le 3 décembre pour Neverwinter Nights: Enhanced Edition. Le reste du monde devra à chaque fois attendre quelques jours de plus.

Les précommandes pour certains titres sont ouvertes. Comptez 49,99 dollars tout de même.

Mike Pompeo, secrétaire d’État américain, est en visite en Europe. Il profite d’une escale en Allemagne pour attaquer de nouveau Huawei sur les risques liés à la sécurité. Les États-Unis ont déjà fait part de leurs inquiétudes au reste du monde, mais ils montent d’un cran, comme le rapporte Reuters.

« Il y a un risque que nous changions d’attitude [sur notre coopération avec nos alliés] si des données privées ou relatives à la sécurité nationale passent par des réseaux que nous jugeons peu fiables », lâche Mike Pompeo.

En clair, les États-Unis se réservent le droit de ne pas partager certaines informations confidentielles avec des pays qui décideraient d’utiliser des équipements Huawei.

Pour rappel, l’Europe laisse la décision à chaque pays. L’Allemagne est l’un de ceux qui ne sont pas catégoriquement opposés à l’arrivée de Huawei, à condition d’avoir des garanties suffisantes.

C’est en tout cas ce qu’affirment quatre sources différentes à Reuters. La société pourrait revendre ses actifs et ses brevets. Un porte-parole de la société affirme que « Stratolaunch reste opérationnel », sans entrer dans les détails.

Pour rappel, cette société avait été créée par Paul Allen, cofondateur de Microsoft, décédé mi-octobre 2018. Elle avait depuis réussi le premier test de son moteur PGA et un vol de plus de 2h du plus grand avion du monde.

Elle n’est par contre jamais revenue sur son avenir suite au décès de son fondateur.

actu@nextinpact.com
Source: www.nextinpact.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :