Bayer contraint d’investir davantage pour l’agriculture durable


Bayer contraint d’investir davantage pour l’agriculture durable:

Le chimiste allemand, qui défend l’utilisation du glyphosate, veut accélérer sur le numérique et le biocontrôle.

Au cours des dix prochaines années, le chimiste Bayer affirme vouloir investir 5 milliards d’euros dans la recherche de nouvelles méthodes de lutte contre les mauvaises herbes. Confronté à l’hostilité grandissante de l’opinion envers les produits phytosanitaires, glyphosate en tête, le géant allemand voit aussi se durcir les réglementations en Europe. Le Gaucho, un de ses produits phares, accusé de tuer les abeilles, a été interdit l’an dernier après vingt ans de débats.

Bayer n’est pas le seul dans ce cas. Le 29 mai, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé le retrait du marché français de 76 produits fongicides à base d’époxiconazole, commercialisés par le chimiste allemand BASF. En novembre, elle avait interdit les produits à base de métam-sodium.

«Sans le rachat de Monsanto, qui nous a donné accès au numérique et aux semences, nous ne pourrions pas mener ces recherches»

Tout cela a un effet direct sur l’activité Crop Science (agriculture) de Bayer: en France, son chiffre d’affaires a reculé à 447 millions d’euros en 2018, contre 529 millions en 2017. Le groupe doit s’adapter. «Le bio, l’agriculture raisonnée, le consommer local vont continuer à se développer», souligne Benoît Rabilloud, président de Bayer en France.

Concrètement, cela passe d’abord par des efforts de recherche. En 2018, Bayer a dépensé 1,95 milliard en R&D sur ses activités agricoles, dont un tiers pour les phytosanitaires classiques et les deux tiers pour des solutions moins polluantes: des semences étudiées pour mieux résister sans pesticides, des techniques (biocontrôle) qui utilisent insectes, champignons et autres bactéries pour défendre les cultures, et des technologies numériques pour mieux cibler l’épandage des produits chimiques et diminuer les quantités diffusées.

Chute de l’action

«Sans le rachat de Monsanto, qui nous a donné accès au numérique et aux semences, nous ne pourrions pas mener ces recherches», explique Benoît Rabilloud. Bayer continue de juger opportun le rachat, en 2018, de l’américain, inventeur des OGM et producteur du glyphosate (plus connu sous le nom Roundup), herbicide classé cancérigène probable par l’OMS.

Pourtant, outre-Atlantique, le groupe fait face aux plaintes de 13.400 personnes contre ce produit. Au cours des premiers procès, les juges ont accordé des sommes colossales aux victimes (2 milliards de dollars pour le dernier). Bayer, qui fait systématiquement appel, a provisionné 613 millions d’euros pour faire face aux frais juridiques de ces procédures. Le groupe s’en trouve fragilisé: le cours de l’action a été divisé par deux depuis le rachat de Monsanto et les actionnaires ont désavoué en assemblée générale fin avril la politique du président du directoire, Werner Baumann.

Mais Bayer compte demander d’ici à la fin de l’année la prolongation de l’homologation du glyphosate en Europe. En 2017, après une volte-face, la substance avait été de nouveau autorisée pour cinq ans. Le groupe proposera à des scientifiques, journalistes et représentants d’ONG d’être associés à la procédure. Plus généralement, il veut créer un «sustainability council», composé d’experts indépendants dont il prendra l’avis. Et il s’engage à ne pas vendre dans les pays en développement des produits interdits dans les pays développés. Reste à voir si ces gages de transparence suffiront à redresser une réputation entachée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :