Procès de l’ancien légionnaire qui avait tué son agresseur gare du Nord


Procès de l’ancien légionnaire qui avait tué son agresseur gare du Nord:

La victime était un dealer qui avait agressé le militaire et sa compagne. Cinq ans après, l’accusé, qui a quitté l’armée, plaide la légitime défense.

Un ancien légionnaire comparait ce mardi pour la mort d’un dealer l’ayant agressé gare du Nord à Paris en 2014. Accusé de «violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner», l’ancien soldat entend faire valoir d’ici vendredi prochain la légitime défense de son acte.

» LIRE AUSSI – Le légionnaire tue son agresseur: mise en examen pour violences volontaires

Il y a cinq ans, en 2014, un légionnaire et sa compagne sont accostés par un dealer gare du Nord, à Paris. La discussion avait dégénéré, le dealer avait sorti un couteau et poignardé à la main le soldat qui avait réussi à arracher l’arme des mains de son agresseur. À la suite de l’affrontement, l’agresseur s’était effondré pour décéder quelques heures plus tard à l’hôpital des suites d‘une blessure à la cuisse.

Le dealer, connu des services de police et en fuite pour s’être soustrait aux conditions de l’aménagement de sa peine, avait déjà été condamné pour violence avec armes. Il était sous l’emprise de l’alcool et du cannabis au moment des faits.

La question de la légitime défense

Si la légitimité de la défense de l’accusé n’est pas remise en cause par l’instruction, c’est la proportion qui est au cœur du procès. Pour la défense, la victime s’est empalée sur le couteau qu’avait arraché le soldat des mains de son agresseur. L’accusé soutient ne pas avoir porté de coups mais s’être mis en garde, couteau toujours en main, pour se protéger. La victime se serait blessée mortellement en donnant des coups de genoux. Cette thèse, jugée peu crédible par l’accusation, est soutenue par Me Henri de Beauregard, avocat de l’accusé. Selon lui, «tous les experts médicaux qui ont examiné la victime ont constaté que la blessure était compatible avec cette thèse».

Pour l’accusation, l’accusé a volontairement porté un coup de couteau à la cuisse de la victime, elle conteste donc la thèse de la légitime défense. Pour Me Henri de Beauregard, l’accusé «avait la main transpercée de part en part, du sang qui giclait, la douleur qui lançait, et un agresseur qui ne cessait de revenir. Il a fait au mieux, avec le seul souhait de se protéger et de faire cesser les assauts». Selon son avocat, aujourd’hui, «il continue à dire que quelle que soit la manière dont il réexamine la situation, il ne voit pas comment il aurait pu faire autrement».

Défendant la probité de son client, attesté selon lui par la confiance que ses supérieurs avaient en ce légionnaire jamais condamné, Me Henri de Beauregard s’étonne de la difficulté à faire reconnaitre la légitime défense. «Avec la légitime défense, on a parfois l’impression qu’il faudrait l’appliquer avec tellement de rigueur qu’elle ne s’appliquerait jamais, déclare-t-il. Franchement, si elle ne s’applique pas ici, on ne sait pas quand elle pourrait s’appliquer».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :