Des zones d’ombre subsistent autour de l’assassinat de Jamal Khashoggi


Des zones d’ombre subsistent autour de l’assassinat de Jamal Khashoggi:

Un an après, la reconstitution du sinistre puzzle de la disparition du reporter dissident saoudien a pris des allures de film d’horreur.

De notre correspondante à Istanbul

Elle avoue avoir perdu la notion du temps. «C’était il y a un an, déjà. Mais c’est comme si c’était la semaine passée», murmure Hatice Cengiz au dernier étage de ce café du quartier Fatih. Pour l’ex-fiancée turque de Jamal Khashoggi, le bonheur s’est
arrêté net le 2 octobre 2018, à 13 h 14 exactement, lorsque son futur mari pénétra sous ses yeux amoureux dans l’enceinte du consulat d’Arabie saoudite. «Il n’en est jamais ressorti», souffle-t-elle d’une voix abattue. De cet instant
précis qui ne devait être qu’une simple visite de routine pour récupérer les papiers nécessaires à la noce, la jeune femme en foulard beige et baskets branchées se souvient de tout: l’attente, l’inquiétude qui s’installe au fil des heures, la gaieté
du matin rattrapée par la peur. Puis, le silence, aussi épais que l’enceinte impénétrable de la représentation consulaire saoudienne. Avant de finir par comprendre qu’elle ne le reverrait plus. «À partir de là, ma vie a basculé», dit-elle.

» LIRE AUSSI – Disparition de Jamal Khashoggi: l’onde de choc

Un an plus tard, la reconstitution du sinistre puzzle de la disparition du reporter dissident saoudien a pris des allures de film d’horreur. Une fois passée la folle spirale des rumeurs et des démentis, la thèse de l’assassinat s’est imposée au bout de
quelques jours comme une évidence, avant d’être confirmée par les premiers éléments de l’enquête. Aujourd’hui, ce sont, de loin, des enregistrements réalisés clandestinement par les services de renseignement turcs dans le consulat saoudien qui servent
de meilleure preuve à ce crime odieux. Les extraits de ces captations sonores, mises à disposition de plusieurs chancelleries occidentales, et publiés en juin dans un rapport glaçant de l’ONU, sont sans équivoque quant à la préméditation de l’exécution.

» LIRE AUSSI – Arabie: un an après, le prince héritier peine à faire oublier l’affaire Khashoggi

On y apprend que le crime a été commandé à une «équipe» spécialement arrivée de Riyad à l’aube du 2 octobre à bord d’un jet privé. Un des dialogues rapportés implique notamment Maher Mutreb, conseiller du prince héritier Mohammed Ben Salman et titulaire
d’un passeport diplomatique, et le médecin légiste Salah Tubaigi, qui exerce auprès du ministère de l’Intérieur. À 13 h 02 (soit peu avant l’entrée de Jamal Khashoggi), ces derniers s’interrogent ainsi sur la façon de dépecer son corps.
«Est-ce qu’on pourra mettre le tronc dans un sac?», demande Mutreb au Dr Tubaigi, qui lui répond: «Non, trop lourd.» Tout en poursuivant: «On va couper les articulations, ce n’est pas un problème. Le corps est lourd. D’abord, je coupe sur
le sol. Si on prend des sacs plastiques et que je les coupe en morceaux, ce sera réglé. On emballera tous les morceaux.»

«Animal sacrificiel»

«L’horreur d’écouter la voix de quelqu’un, la peur dans la voix de quelqu’un et le fait que vous écoutiez quelque chose de vivant… Cela fait frissonner votre corps.»

L’avocate britannique Helena Kennedy

La suite, inimaginable à cet instant même pour Hatice, est tout aussi terrifiante. À l’issue de l’échange, Mutreb s’enquiert de savoir si «l’animal sacrificiel» est arrivé. Puis, à 13 h 13, une autre voix annonce l’arrivée imminente de Khashoggi.
Le journaliste est alors conduit au deuxième étage du consulat. Une voix, probablement celle de Mutreb, lui explique: «On vous rapatrie (à Riyad, NDLR). C’est un ordre d’Interpol.» À ces mots, Khashoggi s’insurge, affirme être attendu à l’extérieur
du consulat et refuse d’envoyer un texto à son fils. Dans un entretien récemment accordé à la BBC, l’avocate britannique Helena Kennedy confie son émotion à l’écoute de ces extraits: «L’horreur d’écouter la voix de quelqu’un, la peur dans la voix
de quelqu’un et le fait que vous écoutiez quelque chose de vivant… Cela fait frissonner votre corps», dit-elle en se remémorant les paroles de Khashoggi.

Aux alentours de 13 h 33, toujours selon le rapport onusien, le journaliste saoudien déclare à ses tortionnaires: «Vous allez me droguer?». La réponse est immédiate: «Nous allons vous anesthésier.» Des bruits de lutte se font entendre. Puis,
le silence. La victime s’est tue. Avant de laisser la place, à 13 h 39 à un bruit strident. D’après les autorités turques, il s’agirait de la fameuse scie à os, déjà évoquée par plusieurs sources dans de nombreux médias. Selon Agnès Callamard,
rapporteure spéciale des Nations unies, ces différents éléments constituent autant de «preuves crédibles» justifiant l’ouverture d’une enquête sur les liens de MBS avec ce crime.

«Où se trouve le corps de Khashoggi ? Qui a signé la peine de mort du journaliste saoudien ? Qui a dépêché les 15 assassins (…) à bord de deux avions en direction d’Istanbul?»

Recep Tayyip Erdogan dans le «Washington Post»

À ce jour, la justice saoudienne a innocenté le prince héritier et inculpé 11  personnes, demandant la peine de mort contre cinq d’entre elles. Pour sa part, Recep Tayyip Erdogan se dit déterminé à poursuivre ses «efforts pour faire la lumière
sur le meurtre». Dans une tribune publiée le 29 septembre dans le Washington Post (auquel collaborait Khashoggi), le président turc dresse l’inventaire des questions qui restent en suspens: «Où se trouve le corps de Khashoggi? Qui a signé
la peine de mort du journaliste saoudien? Qui a dépêché les 15 assassins (…) à bord de deux avions en direction d’Istanbul?»

Autant d’interrogations partagées par Hatice Cengiz – et qu’elle entend rappeler ce 2 octobre 2019, à 13 h 14, lors d’une commémoration organisée par ses proches devant le consulat saoudien d’Istanbul. Tout un symbole. «Tant que son corps
n’aura pas été restitué, Jamal n’a pas de sépulture, dit-elle. Mais se réunir et discuter avec ses amis, c’est un peu comme si je visitais son tombeau.»

Originalement publié sur Tumblr: https://ift.tt/2AMTh5e

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :