Le scénario d’un candidat loufoque inquiète le pouvoir


Le scénario d’un candidat loufoque inquiète le pouvoir:

ANALYSE – Les membres de La République en marche craignent l’arrivée d’un candidat sans programme, à l’image de Coluche en 1981, pour l’élection présidentielle de 2022.

Et si la France connaissait un scénario à l’ukrainienne? Un humoriste qui fait acte de candidature un 31 décembre, telle une boutade, lance sa campagne sur les réseaux sociaux plutôt que sur les estrades, assume son inexpérience politique et finit par
l’emporter, haut la main, face au président sortant. C’est ce qui est arrivé à l’homme de télévision Volodymyr Zelensky. En avril dernier, il a battu à plates coutures le chef de l’État en
exercice, Petro Porochenko. Avec un score sans contestation: 30 % des voix au premier tour et 73 % au second. Son mouvement politique, créé à l’occasion, portait le même nom que l’émission qu’il animait…

Cette hypothèse de travail commence, en tout cas, à être évoquée par certains macronistes. Conscients d’avoir creusé l’écart avec leurs rivaux sur la scène politique française, persuadés que le Rassemblement national compte encore trop d’opposants coalisés
contre lui, ils craignent que le danger ne vienne finalement d’ailleurs. D’un pitre sans programme, capable de capter les populismes de tous bords et les déçus, nombreux de la politique. D’un candidat loufoque.

«Un profil à la Cyril Hanouna»

«Le risque, pour nous, serait l’émergence d’un phénomène à la Coluche, abonde un ministre proche du président de la République. Alors, là, on serait très très mal.» L’histoire est connue: Coluche avait failli se présenter en 1981. Avant
de renoncer, il avait eu le temps de roder quelques slogans restés célèbres comme «Avant moi, la France était coupée en deux. Maintenant, elle sera pliée en quatre». Un macroniste de la première heure évoque, lui, un «un profil à la Cyril Hanouna».
L’animateur de C8 entretient, cependant, de très bonnes relations avec l’actuel chef de l’État.

Au-delà de ce cas de figure pour l’instant purement théorique et d’un système majoritaire qui limite ce scénario dans notre pays, cette hantise prend sa source dans la puissance du rejet des élites. Un sentiment très ancré selon l’enquête du Figaropubliée mercredi 9 octobre, avec la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) et l’institut OpinionWay.
Il y apparaît que plus de trois Français sur quatre envisagent un vote antisystème en 2022. Considérable.

Le rejet des élites s’inscrit en fait dans une tendance mondiale, qui dépasse les frontières de l’Ukraine. En Italie, le comédien Beppe Grillo a jeté les bases du mouvement 5 étoiles. Au Guatemala, le président Jimmy Morales a aussi brillé dans des sketchs. Aux États-Unis, avant son élection, Donald Trump était un personnage bien connu des amateurs de télé-réalité. Au Royaume-Uni, Boris Johnson, alias «Bojo le
Clown» ou «Boris le Bouffon», caracole en tête des sondages…

En France, certains comiques n’hésitent plus à poser un pied en politique. Membre du comité de soutien de Marcel Campion pour les municipales à Paris, Jean-Marie Bigard avance un point commun avec lui: «Comme les forains, mon seul but est de divertir le peuple. C’est tout,
a-t-il écrit sur son compte Twitter. Rien à foutre de la politique. Je vous laisse, je vais faire la sieste et me gratter les couilles devant la TV.»

Originalement publié sur Tumblr: https://ift.tt/2MnlB50

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :