Retraites: les limites du «en même temps» de Macron


Retraites: les limites du «en même temps» de Macron:

DÉCRYPTAGE – Les difficultés quant à la mise en place du futur régime universel font poindre une belle usine à gaz.

Si l’engagement d’Emmanuel Macron à supprimer les régimes spéciaux rappelle le courage dont a fait preuve Nicolas Sarkozy en 2010 en brisant le tabou de l’âge de départ à la retraite, la mise en œuvre de sa réforme ressemble en revanche de plus
en plus à l’absence d’audace de François Hollande en 2014 qui avait reporté de six ans (après 2020) le relèvement acté de la durée de cotisation.

Sur la délicate question des retraites, le célèbre «en même temps» présidentiel se heurte en effet à une impasse technique qui amoindrit sa crédibilité sur le sujet. En rappelant sur RTL qu’une «solution intelligente»sera trouvée pour chaque profession «qui proteste», le chef de l’État laisse penser que la date d’entrée en vigueur du futur régime universel des retraites pourrait être différenciée selon
le «pacte avec la nation» que les salariés principalement des régimes spéciaux ont conclu il y a «parfois 15 ans, 20 ans, 25 ans».

Le flux et le stock

Et donc que sa réforme pourrait ne s’appliquer, pour «nos policiers, nos gendarmes, nos militaires, nos infirmières» mais aussi pour les personnels faisant carrière «à EDF, à la RATP ou à la SNCF», qu’aux futurs entrants.
Une belle usine à gaz en perspective dans les régimes concernés, en traitant différemment «le flux et le stock», dont seuls les technocrates français semblent détenir le secret de fabrication…

Emmanuel Macron devrait en outre se souvenir de la conséquence financière d’avoir laissé les entreprises (les mêmes EDF, SNCF ou RATP) impactées en 2008 par la réforme Bertrand – qui alignait à terme la durée de cotisation des régimes spéciaux
sur celle du privé et du public – négocier directement les compensations au changement de système.

Selon le pointage de la Cour des comptes en 2016, les mesures notamment salariales qui avaient été arrêtées en interne avec les syndicats pour amoindrir le choc vont coûter, à terme, plusieurs… centaines de millions d’euros par an aux
caisses de retraite concernées.

Quelle que soit la solution, différencier les modalités d’entrée en vigueur de la réforme annihilera la promesse du candidat Macron de bâtir un «système universel de retraite plus simple, plus juste, pour tous». Et ce si le plan
Delevoye ne s’applique qu’aux futurs recrutés des actuels régimes spéciaux pour éviter le blocage du pays, en décembre, par quelques centaines seulement de milliers de salariés en colère.

De quoi mettre légitimement hors d’eux les salariés du privé et le corps enseignant – soit 18 millions de personnes – qui, le cas échéant, ne bénéficieront pas du même traitement de faveur. Entre deux maux, un président devrait savoir
choisir le moindre…

Originalement publié sur Tumblr: https://ift.tt/2JrZZCu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :