Les Français prévoient un duel Macron-Le Pen en 2022 mais ne le souhaitent pas


Les Français prévoient un duel Macron-Le Pen en 2022 mais ne le souhaitent pas:

SONDAGE – À 30 mois de l’élection, le chef de l’État et la présidente du RN se préparent à un possible «remake» de 2017.

À l’approche de la mi-mandat d’Emmanuel Macron, les regards commencent à se tourner vers l’élection présidentielle de 2022. Les sondages annoncent une réédition du duel de 2017 qui avait opposé Emmanuel Macron à Marine Le Pen. Une hypothèse que
l’on envisage désormais d’un côté comme de l’autre. Après tout, c’est déjà ce qu’annonçait le résultat des élections européennes de mai 2019, lorsque le RN et LREM étaient arrivés largement en tête devant des Républicains en perte de vitesse
et une gauche morcelée.

Le duel semble programmé. Les oppositions de droite et de gauche dénonçant même la stratégie élyséenne d’organiser une réédition du second tour de 2017, gage, selon elles, d’une réélection assurée du président sortant. À l’appui de cette analyse,
le dernier thème choisi par Emmanuel Macron, l’immigration, qui avantagerait aussi bien le pouvoir que son opposante numéro 1: Marine Le Pen. Si le chef de l’État réfute l’idée de vouloir installer le débat sur le terrain de la patronne du
RN, il commence tout de même à être interpellé sur le sujet, et pas uniquement par des politiques. «Qu’est-ce que vous allez faire contre Marine Le Pen qui va vous battre?» l’a récemment interrogé une passante lors du déplacement
d’Emmanuel Macron à La Réunion. «Je ne vais rien faire avec Marine Le Pen», a répliqué le chef de l’État.

Il arrivera peut-être, je ne sais pas, qu’un jour vous ayez l’occasion de débattre à nouveau avec le président de la République

Le premier ministre Édouard Philippe à la présidente du Rassemblement national

Pourtant, si les Français prédisent pour 2022 un nouveau second tour entre les finalistes de 2017 (68 % le jugent probable, selon un sondage Ifop pour Le Figaro), ils sont encore davantage à ne pas le souhaiter (72 %). Pour les sympathisants
du Rassemblement national (RN), l’heure de la revanche semble avoir sonné. Ils sont les seuls à souhaiter massivement (70 %) un duel Macron-Le Pen, là où les autres personnes interrogées issues de sensibilités politiques différentes ne
dépassent pas 20 %, toutes préférences confondues. Le paradoxe est moins fort qu’on ne le croit. Les Français peuvent très bien en effet pronostiquer le duel et, dans le même temps, le craindre. L’enjeu pour les deux finalistes virtuels
sera donc de faire coïncider les deux courbes.

«Il arrivera peut-être, je ne sais pas, qu’un jour vous ayez l’occasion de débattre à nouveau avec le président de la République», a lancé la semaine dernière à l’Assemblée nationale le premier ministre Édouard Philippe à la présidente
du Rassemblement national. Marine Le Pen aussi y pense. Elle juge «assez probable qu’on puisse se retrouver avec Emmanuel Macron lors d’un second tour» en 2022. Au-delà des sondages, le paysage politique plaide pour un tel
scénario. «Aujourd’hui, je ne pense pas que la situation des autres mouvements politiques leur permette (…) d’être au second tour», a expliqué Marine Le Pen sur Europe 1. Pour s’en convaincre, il suffit aux deux finalistes
de regarder autour d’eux.

Le clivage gauche-droite qui a structuré la vie politique française depuis plus de deux siècles ne semble plus aussi opérant. Pour 64 % des personnes interrogées par l’Ifop, il ne veut même plus dire grand-chose et est dépassé. Ils sont
27 % à estimer que l’opposition gauche-droite a encore du sens mais n’est plus dominante. Seuls 9 % veulent que ce clivage continue à jouer un rôle déterminant. À noter que, paradoxalement, les électeurs macronistes ne sont pas les
plus convaincus de la fin de ce clivage (56 %), alors même qu’Emmanuel Macron en a fait l’un des piliers de son offre politique. À l’inverse, les électeurs lepénistes sont, eux, 73 % à le revendiquer. Une chose est sûre, les partis
politiques traditionnels à gauche et à droite semblent être durablement remis en cause par les Français. La parenthèse macroniste n’est sans doute pas près de se refermer.

À gauche, le morcellement. À droite, l’affaiblissement. Au PS, on ne parvient toujours pas à se remettre du quinquennat de François Hollande qui a laissé les socialistes exsangues. On guette sans grand espoir le surgissement d’un improbable poids lourd susceptible de le remettre sur la route de l’Élysée. Pour l’heure, personne ne s’impose. Dans notre sondage, c’est Bernard Cazeneuve
(21 %) qui devance très légèrement Ségolène Royal (20 %) pour être estampillé «bon candidat de gauche». Du côté de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, avec 17 %, voit s’effriter inexorablement le capital qui lui avait permis de
rêver d’accéder au second tour en 2017. Son outrance dans l’opposition et l’émergence d’ambitions dans son camp l’empêchent pour l’heure de se rendre incontournable. À droite, Les Républicains cherchent toujours leur place face à un
président de la République qui ne cesse d’empiéter sur leur territoire. Après avoir mis en œuvre beaucoup de réformes auxquelles la droite a renoncé lorsqu’elle était au pouvoir, voilà désormais qu’Emmanuel Macron leur coupe leur position
de repli en s’attaquant à l’immigration. C’est l’un des objectifs de la politique des quotas que met en place le gouvernement.

Si la leader de l’extrême droite française se montre si optimiste, c’est aussi parce qu’Emmanuel Macron vient jouer sur son terrain: celui de l’immigration

François Baroin, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Gérard Larcher… les présidentiables cherchent la voie sans parvenir à s’imposer.
Certes, Baroin (32 %) est jugé comme étant un bon candidat pour la droite mais ne distance Xavier Bertrand que de deux points (30 %), reléguant Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez loin derrière avec respectivement 17 % et 11 %. Dans
ce paysage politique dévasté par l’élection d’Emmanuel Macron en 2017, il ne reste plus que Marine Le Pen à tenir debout. Remise de son débat raté de l’entre-deux-tours, elle se prépare au match retour. S’il devait avoir lieu, il ne
se déroulerait plus du tout dans les mêmes conditions. Face à elle, ce n’est plus tant la résistance à l’extrême droite qu’incarnerait Emmanuel Macron que l’usure du pouvoir. Marine Le Pen ne se cache d’ailleurs même plus de penser
à la victoire et de se préparer à l’exercice du pouvoir. Elle assure même disposer de «toute une série de gens autour (d’elle) qui ont très largement les capacités d’être ministre. Il n’y a aucune difficulté là-dessus. Ma difficulté ce sera de choisir parce que j’aurai un grand choix».

Si la leader de l’extrême droite française se montre si optimiste, c’est aussi parce qu’Emmanuel Macron vient jouer sur son terrain: celui de l’immigration. Pour l’acte II de son quinquennat, le chef de l’État a choisi ce thème comme
pilier de son action, avec la défense de l’environnement et l’économique et le social. Le terrain d’affrontement est délimité. Les acteurs s’installent.

Originalement publié sur Tumblr: https://ift.tt/2KekYt4

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :