Polémique sur Finkielkraut: «Faudra-t-il désormais un permis de second degré?»


Polémique sur Finkielkraut: «Faudra-t-il désormais un permis de second degré?»:

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Invité mercredi soir d’une émission sur LCI, le philosophe a été accusé sur les réseaux sociaux de faire l’apologie du viol. David Desgouilles dénonce la manipulation de militantes féministes qui prennent pour argent comptant une phrase ironique.

David Desgouilles est membre de la rédaction de Causeur. Il a publiéDérapage (éd. du Rocher, 2017). Son dernier roman,Leurs guerres perdues, vient de paraître aux éditions du Rocher.


FIGAROVOX-. L’académicien a lancé à son interlocutrice, Caroline de Haas: «Je dis aux hommes: violez les femmes. D’ailleurs, je viole la mienne tous les soirs et elle en a marre.». Cette phrase reprise en boucle sur les réseaux sociaux, et les chaînes d’info, est un extrait tronqué de ces propos. Vous qui avez écrit sur les dérives des réseaux sociaux dans Dérapage, comment réagissez-vous au détournement des propos du philosophe?

David DESGOUILLES-. Il s’agit effectivement d’un détournement. Alain Finkielkraut a répondu avec ironie à Caroline De Haas. Comme chacun de nous peut le faire quotidiennement, il a voulu illustrer le côté absurde de ce qu’il venait d’entendre,
par une réponse elle-même volontairement absurde. En écoutant la séquence entière, aucune personne de bonne foi ne peut croire que le philosophe viole son épouse chaque soir.

J’ai découvert que le compte Facebook du collectif NousToutes dont Caroline De Haas est l’une des dirigeantes, propageait une vidéo de quelques secondes, découpée afin qu’on n’entende que ce petit extrait et qu’on ne puisse en saisir le contexte
et son raisonnement. En usant ainsi malhonnêtement de leur paire de ciseaux, les auteurs de cette vidéo scandaleuse ont en fait signé leur forfait. Si les propos d’Alain Finkielkraut étaient si scandaleux – même dans le contexte – comme
on a pu me répondre, pourquoi alors le collectif n’a pas posté la séquence en entier? Évidemment pour lui faire dire autre chose qu’il voulait dire et pis, le contraire de ce qu’il voulait dire. Un cas d’école de procédé honteux.

Au-delà de la polémique, à notre époque, le second degré devient-il impossible?

Cette expérience qui arrive après d’autres, démontre que – au minimum – certaines personnes n’y ont plus droit. Il suffit d’être catalogué dans le «Camp du Mal» par un groupe d’activistes.

À l’instar du permis de conduire, il y a donc dorénavant un permis de second degré et d’ironie.

Lorsqu’un humoriste de France Inter a déroulé un sketch dans lequel il expliquait les outrages qu’il ferait subir à une journaliste de Valeurs actuelles «derrière un canapé» (sketch qui d’ailleurs, n’avait pas besoin de la paire de ciseaux
de NousToutes), où était Caroline De Haas? Il se trouve qu’on peut très bien admettre que le sketch en question ne révélait en rien les intentions de l’humoriste et qu’il fallait effectivement le prendre au second degré. À l’instar
du permis de conduire, il y a donc dorénavant un permis de second degré et d’ironie. Mais je trouve que les inspecteurs chargés de délivrer ledit permis n’ont pas toute l’indépendance requise…

Certaines personnes demandent la démission d’Alain Finkielkraut de France Culture. On peut rapprocher cela du contexte brûlant de la censure dans les universités. L’intolérance totale pour la pensée contradictoire a-t-elle gagné?

Elle est en train de gagner. Sylviane Agacinski, Mohamed Sifaoui et François Hollande en ont été les dernières victimes à l’Université, ce scandale s’accompagnant d’ailleurs d’une faiblesse consternante des pouvoirs publics.

L’activiste refuse le débat et le contradictoire.

Dans Dérapage, que vous avez bien voulu citer, je tentais de décrire le phénomène de meutes numériques qui demandent la mort sociale de leur prochain. Pour une remarque graveleuse alors qu’il se croit hors antenne,
le héros du roman perd tout: travail, perspective d’en trouver un autre, sa conjointe, et son logement. La mort sociale est proche de se transformer en mort physique. Mais un activiste n’a pis que pendre de ces conséquences
triviales. Pour lui, la fin justifie les moyens comme l’illustre le découpage honteux de la séquence concernant Alain Finkielkraut.

L’activiste refuse le débat et le contradictoire. Ces derniers légitiment l’adversaire, alors que l’objectif est de le délégitimer, de le faire disparaître du paysage. Les propos de l’universitaire Maboula Soumahoro sur le
même plateau de LCI n’exprimaient pas autre chose: Alain Finkielkraut, c’est un monde révolu: il doit disparaître, il n’est pas légitime.

Un appel a été lancé pour un rassemblement féministe contre les violences sexistes à la suite de cette polémique. Que cela vous inspire-t-il?

Cet appel à rassemblement fait partie des armes habituelles des activistes pour faire passer leur message. Après la vidéo tronquée, le rassemblement. L’important, c’est de faire passer l’adversaire pour un salaud. Que le message
imprime, et que tout le monde oublie qu’il n’a pas dit ce qu’on lui fait dire. Qu’on oublie aussi peut-être que Madame De Haas a manifesté dimanche avec des gens qui préconisent qu’on frappe sa femme, et qui légitiment,
eux, le viol conjugal. Maître Szpiner qui avait été placé par David Pujadas tout près d’elle semblait regretter ce voisinage et l’a clairement fait savoir en début d’émission. C’est une des rares raisons d’espérer. Tout
le monde n’est pas dupe de ce genre d’activisme à géométrie variable.

Originalement publié sur Tumblr: https://ift.tt/2Obj0uo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :