«Afghanistan Papers»: ce que révèlent les documents obtenus par le Washington Post


«Afghanistan Papers»: ce que révèlent les documents obtenus par le Washington Post:

Le quotidien américain a publié le contenu de centaines d’interrogatoires de personnes impliquées dans cette guerre. Mensonges, corruption, coûts exorbitants… Nous faisons le point sur les dessous du plus long conflit armé de l’histoire américaine.

Les documents divulgués par le Washington Post, lundi 9 décembre, pourraient être l’équivalent des fameux «Pentagon Papers» qui ont rendu public l’implication politique et militaire des États-Unis dans la guerre du Vietnam de 1955 à 1971. Cette fois, c’est la face cachée d’un autre conflit armé qui est
divulguée: la guerre d’Afghanistan, lancée en 2001 par George W. Bush, au lendemain des attentats du 11-Septembre.

Le Washington Post publie des extraits de plus de 2000 pages d’entretiens avec des personnes impliquées dans ce conflit réalisés par le Bureau de l’inspecteur général spécial pour la reconstruction de l’Afghanistan (Sigar). L’agence gouvernementale Sigar a été créée par le Congrès
en 2008 pour enquêter sur les dysfonctionnements et les fraudes dans cette zone. En 2014, elle a eu une nouvelle mission: diagnostiquer les échecs politiques et militaires dans ce conflit. Plus de 600 personnes ont été interrogées. C’est le
fruit de ces entretiens qui a été divulgué par le Washington Post ce lundi, en vertu du Freedem of Information Act qui oblige les agences fédérales à transmettre leurs documents, à quiconque en fait la demande. Le quotidien a également obtenu des centaines
de pages de notes de service rédigées par les équipes de l’ancien secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld.

Selon ces documents, des hauts responsables américains sont accusés de n’avoir pas dit la vérité sur cette guerre contre les talibans lancée il y a 18 ans, la plus longue et la plus coûteuse de l’histoire des États-Unis. Nous faisons le point
sur ces révélations qui mettent en lumière les secrets de cette guerre.

● Objectifs incertains: «Je n’ai aucune visibilité sur qui sont les méchants»

Dans une des notes de service rédigées par Donald Rumsfeld, ancien secrétaire à la Défense (2001 – 2006), à ses assistants, il est écrit: «Je suis peut-être impatient. En fait, je sais que je suis un peu impatient. Nous n’allons jamais retirer l’armée américaine d’Afghanistan, à moins de veiller à ce qu’il se passe quelque chose qui fournira la stabilité qui nous permettra de partir».
Et de conclure: «Help!» («À l’aide!»). Ce mémo est daté du 17 avril 2002, soit six mois à peine après l’entrée en guerre des États-Unis.

Au début, l’invasion américaine en Afghanistan avait un objectif clair et déclaré: exercer des représailles contre al-Qaida et empêcher la répétition des attaques du 11 septembre 2001. Mais, petit à petit, les objectifs se sont multipliés, au
point de devenir de plus en plus flous. L’ennemi était-il al-Qaida ou les talibans? Le Pakistan était un ami ou un adversaire? Qu’en était-il de la croissance de l’État islamique? Selon le Washington Post, ces documents montrent que
le gouvernement n’a «jamais trouvé de réponse à ces tergiversations». Conséquence: sur le terrain, les troupes américaines ne savaient pas distinguer qui était l’ennemi de l’allié.

» À voir aussi – Quel Afghanistan en 2024?

Quel Afghanistan en 2024 ?
L’élection présidentielle du 28 septembre désignera l’homme à la tête du pays pour les cinq prochaines années. 72.000 hommes seront déployés pour tenter de sécuriser un scrutin à hauts risques, dans un pays où aller voter
peut vous coûter la vie.

Partager
Video Player is loading.

Play Video

Play

Unmute

Current Time 0:00
Duration 32:59
Loaded: 0.50%

Stream Type LIVE

Seek to live, currently playing liveLIVE

Remaining Time -32:59
 
Playback Rate

1x

Chapters

Descriptions

Subtitles

Audio Track

Fullscreen

Quel Afghanistan en 2024 ? – Regarder sur Figaro Live

«Ils pensaient que j’allais arriver avec une carte leur indiquant qui étaient les bons et les méchants», a déclaré un ancien conseiller anonyme d’une équipe des forces spéciales à l’agence Sigar en 2017. «Il leur a fallu du temps pour comprendre que je n’avais pas ces informations entre les mains. Au début, ils n’arrêtaient pas de me demander: “Mais qui sont les méchants? Où sont-ils?”».

La confusion régnait également au Pentagone. Dans une note de service, Donald Rumsfeld s’est ainsi plaint en septembre 2003: «Je n’ai aucune visibilité sur qui sont les méchants. Nous manquons cruellement d’intelligence humaine».

● La guerre des chiffres: «Nous ne savions pas ce que nous faisions»

Depuis 2001, plus de 775.000 soldats américains ont été déployés en Afghanistan. Parmi eux, 2300 ont été tués et 20.589 ont été blessés au combat, selon les chiffres du ministère de la Défense. Après 18 années de guerre, les États-Unis,
première puissance mondiale, ne sont toujours pas parvenus à s’imposer en Afghanistan. Comment un tel fiasco a-t-il été possible? «Nous étions dépourvus d’une compréhension fondamentale de l’Afghanistan. Nous ne savions pas ce que nous faisions»,
a déclaré en 2015 Douglas Lute, général trois étoiles de l’armée américaine chargé de superviser les guerres en Irak et en Afghanistan,
aux enquêteurs gouvernementaux, selon une des notes divulguées par le Washington Post. «Qu’essayions-nous de faire ici? Nous n’avions pas la moindre idée de ce que nous entreprenions», a-t-il ajouté.

Afin de faire de l’Afghanistan un pays moderne, débarrassé de la corruption et des talibans, disposant d’une armée et d’une police compétente, Washington a dépensé sans compter. Selon le quotidien américain, le département d’État,
le ministère de la Défense et l’Agence américaine pour le développement international ont dépensé entre 934 et 978 milliards de dollars depuis 2001. Ces chiffres n’incluent pas l’argent dépensé par d’autres agences, telles que
la CIA ou le ministère des Anciens combattants qui est responsable des soins médicaux pour les soldats blessés.

● Une image peu flatteuse: «Le peuple américain a constamment été berné»

Plusieurs des personnes interrogées par le gouvernement dans ces notes ont décrit des efforts soutenus du gouvernement fédéral pour maquiller la situation en Afghanistan. Afin de la rendre la plus favorable possible. «Chaque point de données statistiques était modifié pour présenter la meilleure image possible»,
a ainsi affirmé Bob Crowley, un colonel de l’armée qui a agi en tant que conseiller principal de contre-insurrection auprès du commandement militaire américain entre 2013 et 2014. John Sopko, chef de l’agence fédérale qui a mené les entretiens,
a de son côté affirmé au Washington Post que «le peuple américain a constamment été berné».

«Les mauvaises nouvelles étaient souvent étouffées. (…) Lorsque nous avons essayé d’exprimer des préoccupations stratégiques plus vastes sur notre capacité à l’emporter ou la corruption, il était clair que ce n’était pas le bienvenu»,
poursuit Bob Crowley.

«Nous n’envahissions pas les pays pauvres pour les rendre riches», a déclaré James Dobbins, un ancien haut diplomate américain qui a été envoyé spécial à Kaboul sous George W. Bush et Barack Obama. «Nous n’envahissons pas des pays autoritaires pour les démocratiser. Nous envahissons des pays violents pour les rendre pacifiques, et nous avons clairement échoué en Afghanistan».

● Développement de la corruption: «Notre plus grand projet»

Une des erreurs dénoncées dans les entretiens réside dans la volonté de Washington d’avoir voulu imposer très rapidement à l’Afghanistan la mise en place d’un gouvernement démocratique, calqué sur le modèle américain. Mais
il s’agissait d’un concept étranger aux Afghans, habitués au tribalisme, au monarchisme, au communisme et à la loi islamique. «Notre politique était de créer un gouvernement central fort. Mais c’était idiot parce que l’Afghanistan n’a pas d’antécédents de gouvernement de ce type»,
a déclaré un ancien responsable du département d’État en 2015. «Le délai pour créer un gouvernement central fort est d’un siècle. Nous n’avions pas ce temps-là».

On nous a donné de l’argent, on nous a dit de le dépenser, alors on l’a fait. Sans raison

Source anonyme.

Alors les États-Unis ont fait marcher la planque à billet, allouant plus de 133 milliards de dollars pour créer le «nouvel Afghanistan». Un montant supérieur au plan Marshall destiné à relancer l’ensemble de l’Europe
occidentale après la Seconde guerre mondiale. L’argent servit à développer les écoles, les infrastructures dans le but d’améliorer la sécurité et d’atténuer le sentiment anti-américain de la population. «C’était une erreur de jugement colossal»,
juge une source anonyme, cadre de l’Agence américaine pour le développement international (Usaid). «On nous a donné de l’argent, on nous a dit de le dépenser, alors on l’a fait. Sans raison».

Cet afflux d’argent dans le pays a également renforcé la corruption à un niveau inégalé. «J’aime utiliser une analogie avec le cancer», a déclaré Christopher Kolenda, colonel déployé à plusieurs reprises en Afghanistan. «La petite corruption est comme le cancer de la peau. Il existe des moyens pour y faire face et vous serez probablement guéri. La corruption au sein des ministères, au niveau supérieur, est comme le cancer du côlon. C’est pire mais si vous le diagnostiquez à temps, vous serez probablement guéri. En revanche, la kleptocratie est comme le cancer du cerveau. C’est fatal. Et c’est ce qu’il s’est passé avec l’administration du président Hamid Karzaï».

La population aurait alors, selon ces notes, assimilé la démocratie à la corruption. Policiers, juges et politiques étaient corrompus. «Notre plus grand projet, malheureusement, a peut-être été le développement de la corruption de masse»,
a jugé Crocker, diplomate à Kaboul en 2002 et de 2011 à 2012.

● Nombre de civils tués: «Si ce nombre baisse, vous gagnez»

La question qui était sur toutes les lèvres de l’administration, à chaque fin d’année depuis 2001, était le nombre de civils afghans tués durant les douze mois écoulés. «C’est le point de référence que j’avais proposé»,
a déclaré James Dobbins, ancien diplomate américain. «Si ce nombre augmente, vous êtes perdants. S’il baisse, vous gagnez. C’est aussi simple que cela».

L’année dernière, 3804 civils afghans ont été tués, selon les Nations unies. C’est le nombre le plus élevé depuis que l’ONU a commencé à recenser les victimes civiles, en 2009. Et tout le monde attend désormais
les chiffres de l’année écoulée.

Originalement publié sur Tumblr: https://ift.tt/2E1sSCD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :