5G: La France dit «oui» à Huawei, avec beaucoup de précautions


5G: La France dit «oui» à Huawei, avec beaucoup de précautions:

Le décret d’application, peu précis, ne répond pas aux inquiétudes des opérateurs télécoms pour le choix de leurs équipements.

La 5G en France verra-t-elle le jour avec ou sans Huawei? Ni le texte de loi voté au printemps, ni son
très attendu décret d’application, paru ce dimanche, ne permettent de véritablement répondre à cette question. Sur fond de guerre commerciale, les Américains ont décidé de fermer leur marché au groupe chinois, l’accusant d’espionnage pour
le compte de Pékin. Le gouvernement français a opté pour une autre stratégie qui lui permet de ne pas stigmatiser Huawei: les opérateurs télécoms devront obtenir une autorisation du secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale
(SGDSN) pour leurs équipements de réseaux radio-électriques. L’absence de validation dans les deux mois sera considérée comme un refus.

«Nous sommes plus que jamais dans l’attente de clarifications au regard des investissements à venir», tempête Arthur Dreyfuss, président de la Fédération française des télécoms et secrétaire général d’Altice (SFR). Dans quelques semaines,
les enchères portant sur l’attribution des licences 5G vont en effet être lancées. Les opérateurs estiment que les textes ne leur permettent pas de déterminer quels équipements seront autorisés. Et, donc, qu’ils ne peuvent pas planifier leurs
dépenses pour les années à venir. «Nous connaîtrons les règles du jeu après les enchères», déplore l’un d’eux. Un des sujets de préoccupation concerne la définition des zones dans lesquelles il sera interdit d’utiliser les matériels
du groupe chinois. Avant la promulgation de la loi, une «ligne rouge» était tacitement respectée par les opérateurs français. Ils n’utilisaient pas d’équipement Huawei dans Paris, ni pour leur cœur de réseau, et Huawei représentait moins de
50 % de leurs équipements. «Le décret fait bouger cette ligne, sans déterminer clairement quelles parties du territoire sont concernées», résume Arthur Dreyfuss, qui agite le spectre d’un retard du déploiement de la 5G en France,
imputable à ces nouvelles contraintes. «Les opérateurs télécoms ne méconnaissent pas les risques ni les zones à bannir», estime de son côté Éric Bothorel, député LREM et rapporteur de la loi Huawei. Charge à eux d’éviter les zones
«sensibles» ou susceptibles de l’être. D’aucuns reprochent à l’État de s’être défaussé sur les opérateurs. Ils pourraient choisir de tourner le dos à Huawei, par prudence.

Discrimination?

Tous les opérateurs français n’ont pas le même degré d’exposition. Pour des raisons historiques, Orange et Free ne sont pas clients, du moins en France. Ce qui n’empêche pas Stéphane Richard, PDG d’Orange, de se montrer critique sur le texte.
Et pour cause, son groupe utilise massivement des équipements Huawei dans d’autres pays, notamment en Espagne. Iliad, la maison mère de Free, est dans une situation comparable.

Celle de Bouygues Telecom et SFR est plus critique. Ils ont opté pour des équipements du groupe chinois pour leur 4G. Or, comme pour les Lego, toutes les marques de briques ne sont pas compatibles entre elles. Ces deux opérateurs craignent donc
de devoir «déconstruire» une partie de leur réseau, s’ils ne peuvent pas s’appuyer sur l’existant pour déployer leur 5G. «Si un équipementier était amené à être interdit sur tout ou partie du territoire, il faudra que le gouvernement assume les conséquences d’un tel changement»,
ajoute Arthur Dreyfuss, qui en appelle à un soutien financier de l’État.

Pour le moment, Ericsson et Nokia, qui se trouvent de facto en position de force, «jouent le jeu»: ils n’ont pas augmenté leurs tarifs. Et ils se gardent bien d’accabler leur rival étant très présents en Chine. Nokia y a notamment
hérité de la forte présence d’Alcatel Lucent, racheté en 2015. Pour Huawei, qui se garde de critiquer la volonté de Paris de «contrôler les nouvelles technologies», s’inquiète d’une éventuelle «discrimination» à son égard.

Originalement publié sur Tumblr: https://ift.tt/2RJVtEC

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :