Paris est la proie d’une délinquance de plus en plus massive


Paris est la proie d’une délinquance de plus en plus massive:

Vols à la tire, cambriolages, violences contre les personnes… le bilan parisien des crimes et délits du quotidien vire à l’écarlate.

Si vous écoutez bien ce que dit le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, l’emballement de la délinquance de masse dans la capitale ne doit rien au hasard. C’est une «hausse objective». Le chef du plus grand parquet de France
le reconnaît: «Les chiffres depuis le 1er janvier ne sont pas bons.» Ce qui signifie, en langage de profane, qu’ils sont franchement mauvais.

Les vols sans violence ont, par exemple, crû de plus de 15,7 % depuis le 1er janvier, passant de 124.875 à 144.552 faits. Plus de 430 vols par jour, sous toutes les formes, du vol à l’étalage au vol sur chantier, en passant par les
vols simples contre des particuliers ou des établissements publics ou privés. Parmi ces délits de masse, les «vols à la tire» – c’est-à-dire tous ces petits larcins qui dégradent le climat sur la voie publique et plus particulièrement dans
les transports en commun, du vol de mobile au vol de portefeuille – ont augmenté en onze mois de plus de 35 %, passant de 23.309 à 31.505 infractions recensées. Et encore ne s’agit-il que des faits dont la justice a eu connaissance, car il
y a toute la zone grise des affaires non signalées par les victimes ou restées dans les mains courantes des commissariats.

Les cambriolages? Dieux sait si les ministres ont communiqué sur les plans et autres stratégies subtiles pour y mettre un coup d’arrêt. Le réveil est cruel: encore 5,5 % de hausse sur les onze premiers mois, après 14,4 % sur toute l’année
2018. Les faits enregistrés à Paris intra-muros sont ainsi passés en onze mois de 15.810 à 16.679. C’est un rythme moyen de plus de 50 affaires par jour! Là aussi, rien que pour les faits déclarés.

Aucun service de police n’est en mesure de digérer un tel afflux en termes d’enquêtes. La Cour des comptes elle-même le dit: la police judiciaire de proximité est dans «une situation alarmante». Son dernier rapport sur la préfecture
de police de Paris révèle que, sur l’agglomération parisienne, le taux d’élucidation des faits constatés par la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP), tous types d’infractions confondus, a chuté de
31,3 %, en 2012, à 25,9 en 2018.

Alors qu’en 2012, près d’un fait sur trois était élucidé, un sur quatre l’était en 2018.

Cour des comptes

Et les magistrats de l’ordre administratif d’enfoncer le clou: «Alors qu’en 2012, près d’un fait sur trois était élucidé, un sur quatre l’était en 2018.» Selon eux, ces taux d’élucidation «sont systématiquement inférieurs à ceux constatés au niveau national.» Or la hausse générale des faits constatés n’explique pas tout. Car le nombre de personnes mises en cause est passé de 160.020 à 125.918, (soit -21,3 %). Ce qui témoigne, selon eux, de la «moindre efficacité des services dans la lutte contre la délinquance d’une manière générale».

La question des violences est tout aussi préoccupante que celle des atteintes aux biens. Les atteintes volontaires à l’intégrité physique ont augmenté de plus de 9 % depuis janvier, pour dépasser le seuil des 40.000 faits en onze mois, soit
120 agressions et tentatives, de toute nature, chaque jour en moyenne, rien qu’à Paris intra-muros.

À son niveau, le parquet de Paris ressent bien l’impérieuse nécessité de changer de stratégie et d’organisation. À condition que les moyens alloués par la police suivent et, plus encore, la réponse judiciaire que les juges du siège, indépendants
et inamovibles, tiennent depuis toujours entre leurs mains.

Contre les vols à la tire, notamment dans les transports, le parquet veut créer, dès janvier, un groupe local de traitement de la délinquance (GLTD) spécifique, comme cela fut fait, avec un relatif succès, face au problème des rixes
à Paris, il y a un peu plus de deux ans. Ces instances permettent de mieux cibler les actions, en mettant autour de la table tous les acteurs concernés. Celui-ci réunira, entre autres, élus, policiers, magistrats, représentants
de la SNCF, RATP.

«Colline du crack»

Sur les points de deal identifiés à Paris, qui cristallisent les problèmes, il dit vouloir «intensifier l’action». Il reconnaît que le démantèlement des réseaux sur la «colline du crack», dans le 18earrondissement, a été bénéfique. Mais il concède également qu’il y a eu des «phénomènes de déport». C’est le fameux «effet plumeau», dont parlent les criminologues.

Plus délicate est la question de la pression migratoire qui amplifie les difficultés rencontrées à Paris. Le poids des mineurs isolés étrangers, pudiquement qualifiés aujourd’hui de «mineurs non accompagnés», pèse lourdement sur la
hausse des petites infractions de vol et de cambriolage notamment. C’est une délinquance plus organisée qu’il y paraît, avec de vastes filières. Une fois sur deux, la police suspecte que l’auteur des faits est un majeur. Le procureur
de Paris veut surtout s’attaquer prioritairement aux réseaux qui structurent cette délinquance. Un travail de longue haleine.

Originalement publié sur Tumblr: https://ift.tt/36IWlxg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :